Troglognouse: 383940414243444546474849505154555657

TROGLOGNOUSE

Logo Troglolog

No 48

Juillet 2004 - Juillet 2005


Bulletin du Groupe Spéléo Troglolog
Boîte postale 217, 2006 Neuchâtel
Club fondé en 1977



Gouffre du torrent: ça passe!

Crue du 14 janvier 2004 au gouffre du torrent.
Impressionnante crue du 14 janvier 2004 au gouffre du torrent. Geyser de plus de 2 à 3 mètres de haut. 
(pour repère, on voit le tas de bidons de désob sur la gauche. Un bidon fait environ 30cm de haut).
Photo: Laurent P. Pour voir l'article correspondant, cliquer ici.

Index:   Cliquez sur le texte explicatif pour atteindre rapidement le chapitre désiré.
Haut de document
, Editorial, Procès verbal de l'AG05, Rapport du caissier, Infos sur la Fête des Vendanges 05, Brèves, Le siphon du Lavanhou, Activités de l'ISSKA en 2004, Conférence spéléo à Glaris, Les fleurs du Sivellen, Spectaculaire première au gouffre du Torrent, Carnet de rapports du Sivellen 2004, Activités Troglolog 2004, Calendrier 2005, Impressum.

Editorial

Mine de rien, ça fait une année que Troglognouse n'est plus paru!
J'en ai reçu du courrier, des publications et des e-mails pendant cette période!!!
Je désespérais de trouver le temps de taper et de mettre en page tout ça, mais le début de l'été quelque peu pourri m'a un peu aidé. J'ai donc consacré trois jours de mes vacances pour vous rédiger cet opus, après m'être ressourcé pendant cinq jours au Sivellen sous un ciel plus clément que d'habitude. 
J'espère que vous saurez l'apprécier à sa juste valeur (le Troglognouse, pas le ciel).
Hormis la sensationnelle première au gouffre du torrent, vous aurez l'occasion de prendre connaissance du procès verbal de l'assemblée générale (version Web, sans les chiffres financiers), des activités 2004 (lien) dont notamment la retranscription du cahier de rapports des Sivellen que j'ai pris la peine de taper pour tordre le cou aux rumeurs qui disent qu'il n'y a plus rien à faire au Sivellen, d'une planche en couleurs pour l'identification des fleurs du Sivellen (cette version web contient les photos en plus grand format que les toutes petites photos de la version papier), une histoire de siphon rigolote, les brèves, le lien vers le calendrier 2005, quelques infos sur l'ISSKA, la liste d'adresses et bien sûr diverses informations concernant la fête des vendanges à venir, dont notamment le bulletin d'inscription en-ligne pour la tenue du stand.

PV de l'assemblée générale du 11.02.05 à Cornaux

Par A. Jeanmaire et M. Borreguerro

Remarque: la version Web de ce PV a été simplifée et raccourcie. 
N'y figurent pas les noms de famille et les informations concernant les finances du club. Ces informations sont disponibles dans la zone membres.

Ordre du jour (cliquer sur le chapitre pour y accéder immédiatement)
1. Ouverture et présences
2. PV de la dernière assemblée
3. Rapport du caissier
4. Nomination des prochains vérificateurs de comptes
5. Admissions - démissions 
6. Rapport du responsable du matériel
7. Rapport de la bibliothécaire et de l'archiviste. 
8. Election du comité pour 2003.
9. Fête des Vendanges
10. Troglognouse et Cavernes
11. Programme d'activités 
12. Souper et sortie du Club
13. Divers

1. Ouverture et présences
Présents : Florian B, Miguel B (PV), Sébastien G, Alain J (président de séance), Marie J, Ralf K, Patrice B, Pascal R, Laurent P
Excusés : Jean-Daniel P, Claude W, Pierre-Yves J (surchargé), Pierre-Yves C (de piquet), Prisca M (à Cuba), Roman H, Maria M (au chevet de sa mère très gravement malade). Jacques F est toujours au Canada.
Les autres absents ne sont pas excusés mais absents quand même.

2. Le PV de la dernière assemblée (cf. Troglognouse No : 47) est accepté sans opposition.

3. Rapport du caissier (Ralf) et des vérificateurs de comptes  
Le rapport du caisser est disponible dans la zone membres.
Les avoirs du club ont baissé de fr. 362.29 par rapport à l'année précédente. Le bénéfice de la fête des vendanges 2004 est très faible.
Les vérificateurs des comptes Pascal et Patrice ont constaté que les comptes étaient bien tenus et ont remercié le caissier pour son excellent travail, tout en recommandant à l'assemblée d'accepter les comptes et d'en donner décharge au caissier.
Le rapport du caissier est approuvé par acclamation.

4. Nomination des prochains vérificateurs de comptes
Les prochains vérificateurs sont Pascal R et Patrice B.

5. Admissions - démissions 
Pascal
R est admis comme membre actif par acclamation.
Alex R est membre candidat.
Les membres suivants démissionnent formellement :

Nicolas car " sa pratique troglologienne s'estompe d'année en année ".
Patrick, pour un " retour aux sources dans son club d'origine ", pour " l'épisode de la grotte du balai " et pour son désintérêt des " activités actuelles " en ne citant dans ces activités que le stand (source de revenu) et la sortie à ski (qui n'a pas eu lieu en 2004, remplacée par un week-end spéléo annulé faute d'inscriptions).
Daniela, après long mûrissement de sa décision. Elle démissionne car elle ne pratique plus la spéléo pour des raisons de santé et par ce que " je ne me sens plus sur la même longueur d'onde que les membres du club qui ont beaucoup changé " et " ne voit plus de raison de faire partie d'un club avec lequel je ne partage pas le même point de vue ".
Les lettres de démissions de ces trois personnes sont lues devant l'assemblée.

Démission présumée de Albin L (coup de la lettre recommandée et de l'enquête postale). Alain essayera de contacter Albin pour confirmer sa démission.
Parti sans laisser d'adresse: Yves J (ex membre candidat).
Philippe I, qui a pas mal d'arriérés, recevra une lettre qui lui dira que sans nouvelles de sa part dans les 3 semaines, il deviendra membre passif (hors SSS, sans Cavernes), mais que sa dette est toujours due.
Daniela, démissionnaire, a demandé à continuer de recevoir Troglognouse. Alain propose qu'il lui soit envoyé gratuitement en mémoire son passé dans le club. La proposition est rejetée par la majorité sauf deux personnes. Elle devra donc s'acquitter d'un abonnement comme c'est le cas pour d'autres abonnés non-membres.

6. Rapport du responsable du matériel (Florian B)
En 2004, seuls fr. 500.- ont été dépensés pour du matériel. Le budget pour l'année 2005 est par conséquent et exceptionnellement augmenté à fr. 1500.-, dont une partie pour l'achat de cordes (local/Sivelen/Lapi di Bou). Ce budget est accepté avec 1 abstention.

7. Rapport de la bibliothécaire et de l'archiviste. 
BIBLIOTHEQUE  
Les revues manquantes ont été commandées, payées (fr. 180.-), mais, semble-t-il, pas reçues. Ce problème sera communiqué à Prisca.
Le budget de la bibliothèque est maintenu à fr. 200.-. Du matériel pour une valeur fr. 70.- a été offert par Prisca. Les abonnements aux revues seront reconduits (Spelunca à 25Euros et Le Trou).
ARCHIVES
Le travail de l'archiviste est reprécisé.
Il y a 3 tâches distinctes: récupérer les résumés, faire de la saisie et créer les articles pour les revues.
1) Il s'agit de contacter les membres actifs qui " oublient " de faire leurs résumés d'expés pour leur rappeler de le faire.
2) Il faut saisir les résumés des membres qui refusent de le faire eux-mêmes sur le site d'enregistrement des résumés.
3) Enfin, il faut effectuer annuellement la synthèse et la mise en page des résumés d'activités de l'année précédente, réclamés par la rédaction de Cavernes, de Stalactite et de Troglognouse, à partir de la page Web qui fait déjà normalement une bonne partie du travail automatiquement.

8. Election du comité pour 2004.
Le comité est réélu en bloc.

9. Fête des Vendanges / revenus alternatifs
Le bénéfice de la FV 2004 a été faible. Le chiffre d'affaire reste pourtant stable, mais les quantités vendues ont baissé de moitié.
Compte tenu de cette situation, nous avons effectué les réflexions suivantes :
Les frais de fonctionnement annuels du club sont connus.
En maintenant les cotisations à leur niveau actuel, un seuil de bénéfice est demandé à la fête des vendanges. Si la Fête des Vendanges n'avait pas lieu, il faudrait augmenter les cotisations d'au moins fr. 38.- par membre pour seulement équilibrer les comptes du club.
Il est décidé de maintenir les cotisations inchangées et de poursuivre la participation du club à la fête des vendanges, mais en s'efforçant d'améliorer le bénéfice de celle-ci.
Un groupe de travail étudiera les moyens d'y parvenir lors d'une prochaine réunion mensuelle. Les pistes suivantes sont d'ores et déjà évoquées : effort de décoration, affiche lumineuse, animation, serveurs munis de casques acéto, trousiphon dans un alambic, fontaine à trousiphon avec pompe, augmentation du prix des cocktails (fr. 4.- le trousiphon, mais moins cher au reremplissage du verre et bon rabais à la bouteille, fr. 5.- la sangria). 
Accessoirement, nous avons un potentiel de plus de fr. 500.- de bénéfice, si nous parvenons à vendre plus de badges.
Alain va également s'adresser à la Loterie Romande pour un soutien financier.

Organisation de la FV 2005 :
Commandes, contrat de stand, fond de caisse, administratif lié aux ressources matérielles: Ralf 
Organisation de la présence au stand: Alain 
Transport de marchandise: Laurent, aidé par Patrice.
Florian fait remarquer qu'il veut moins s'impliquer qu'en 2004 ou il avait organisé le souper du club et le pelage des pêches en plus de sa présence au stand. Il est déchargé de l'organisation du souper et du pelage et accepte donc une participation similaire au stand.
Une présence accrue au stand est promise par Ralf et Laurent. Pascal annonce qu'il participera également volontiers

Le pelage des pêches n'aura lieu lors du souper de club, mais probablement pendant une réunion mensuelle.

10. Troglognouse et Cavernes
Le No 48 sera réalisé par Alain. Les articles sont les bienvenus !

11. Programme d'activités (calendrier SSS, expés, entraînement, ACO)
Les rencontres mensuelles ont toujours lieu le 1er mardi du mois.
Au Lapi di Bou, un rapprochement a eu lieu entre l'interclub TROGLOLOG, GSL, GSR et SCVJ, qui a déjà obtenu des résultats très intéressants (dont un gouffre de -110/300 m environ, avec jonction probable avec le collecteur) et la SSG. Un camp commun est proposé du samedi 20 au mardi 30 août (participation de la SSG prévue plutôt du jeudi 25 au mardi 30). Des collaborations sont également envisagées à d'autres niveaux (traçages, topos, etc.).
Au Sivelen, GU14 sera tantôt terminé, mais deux autres gouffres sont très prometteurs, il s'agit de J/Psi1 et Eta14. Geissbachhöhle a été également une excellente découverte de l'année 2004 et sera l'objet de notre attention. Des spécialistes ont été approchés pour s'occuper de l'aspect scientifique et les démarches auprès du canton ont été entamées.
A la Schratten, pas de nouvelles à ce jour, aucun membre présent à l'assemblée n'ayant de déclaration à faire.

12. Souper et sortie du Club
Il n'y aura pas de souper du club cette année.
La sortie à ski du club aura lieu les 19-20 mars à Zinal, mais sera financée par chacun.
Le bon mot de la fin : le subventionnement de la sortie à ski se faisant avec le bénéfice annuel - qui est de fr. 0.-, Ralf propose qu'on fasse une sortie descente en lugeant sur des sacs à poubelle à la Tourne. Le club offre le rouleau de sacs à poubelles. Le caissier offre même de rembourser des sacs grand format à 110 litres... :-) 

13. Divers
On signale, accessoirement, que les ACO, autrefois une source de revenus, vont être abandonnées dès 2006 dans les écoles.
Alain a eu l'idée de rechercher des jeunes intéressés par des sorties le mercredi après-midi.
Personne n'est vraiment disponible pour l'accompagner, sauf éventuellement Pascal moyennant préavis de 2 à 3 semaines et si disponible (il est déjà occupé à faire de la grimpe avec les jeunes de l'OJ). Si quelqu'un est disponible et qu'il s'annonce, ça permettra de relancer l'idée.
Aucune autre proposition n'a été reçue dans les divers.
L'assemblée est close à 22h20

Pour le PV:  Le président
Mise à jour finale par le secrétaire  
Alain Jeanmaire
Miguel Borreguerro

Rapport du caisser

Les comptes 2004 de notre club se clôturent avec une fortune en baisse de SFr. 362.29. Cette baisse paraît négligeable mais se révèle symptomatique d'un problème plus profond, qu'il convient d'analyser avec beaucoup d'attention.

En effet, l'examen des comptes montrent que les charges du club sont désormais en déséquilibre par rapport aux revenus, engendrés à la fois par le bénéfice de la Fête des Vendanges et la part de la cotisation qui revient au club, soit SFr. 30.00 par membre.

Au niveau des charges 2004, il faut considérer les SFr. 96.40 consacrés à fignoler l'équipement du local comme des charges exceptionnelles. Le point le plus inquiétant est la somme consacrée au loyer ainsi qu'aux frais d'eau et d'électricité. En effet, avant le déménagement dans les locaux de Cornaux, le loyer était très faible, eau et électricité compris. En 2004, le total du loyer et des charges en eau et en électricité est plus élevé, en hausse de SFr. 441.40. Nous noterons encore que le budget matériel, habituellement fixé à SFr. 1'000.00, n'a été utilisé qu'à 50% et que le souper du club n'a engendré que très peu de frais de part la participation de très peu de personnes. A remarquer également que Didier Schürch doit encore présenter un décompte pour les pêches utilisées pour les Fêtes des Vendanges de plusieurs années, ce qui représente une charge latente de quelques SFr. 350.00 sauf erreur.

Au niveau des revenus, on notera que la Fête des Vendanges 2004 n'a engendré qu'un très faible bénéfice, encore en baisse par rapport aux années précédentes. L'encaissement des cotisations s'est fait de bien moins bonne manière qu'en 2003 puisque le montant des cotisations impayées est passé de SFr. 1'235.00 en 2003 à SFr. 1'730.00 en 2004. Les mauvais payeurs sont de retour !

Ainsi, si on considère un budget de fonctionnement normal du club, comme c'était le cas les années précédentes, on constate un excédent de charges qui représente le bénéfice minimal à réaliser à la fête des vendanges pour couvrir les frais liés à un budget normal. Si, en plus, on ajoute le souper du club et un week-end de club, il faut considérer alors un bénéfice nécessaire qui dépasse largement ce qui a été réalisé dans l'exercice de 2004. On est loin d'y être, d'où peut-être la nécessité de réformer le contenu de notre offre pendant cette fête ou de chercher d'autres sources de revenus.

La rigueur du budget 2004, acceptée lors de la dernière assemblée générale, a permis de bien maîtriser nos dépenses. Toutefois, cela devrait rester une mesure exceptionnelle alors que, faible bénéfice de la Fête des Vendanges 2004 oblige, ce train de mesure devra être reconduit en 2005 si on ne veut pas que les comptes du club entament une lente mais sérieuse régression.

Le caissier : Ralf Kolly

Informations sur la Fête des Vendanges 2005

La fête aura lieu du vendredi 23 au dimanche 25 septembre 2005.
Vous trouverez un bulletin d'inscription pour la tenue du stand de la Fête des Vendanges en annexe de la version papier de ce Troglognouse 48 ou, bien sûr sur la page d'inscription en-ligne. 
Merci de t'inscrire dans les délais, avant le 5 septembre 2005. 
TA PRESENCE EST ATTENDUE
Inscription à l'aide du talon annexé ou en ligne sur http://speleo.webne.ch/troglolog
Si tu as l'occasion de vendre des badges, merci d'en demander d'autres à Alain (c'est pas ça qui manque, on en a 200 à vendre).

Brèves

La TSR a fait un petit reportage sur la spéléo qui sera diffusé dans le cadre de l'émission "Tout en région".

Copie d'un message de Michel Blant du 25 juin 04 concernant la datation des os de la grotte du balai:
Une bonne nouvelle : le petit morceau d'os de lynx du balai est de 32600 +/- 290 BP, ce qui représente une petite sensation. Il existe en effet très peu de données sur cet animal à cette époque, où sa provenance est encore sujette à discussion.

Après le massacre de l'entrée du Cernil par M. Page qui avait sorti tous les blocs et posé une barrière, le trou était béant et ça posait problème. Entre temps, ça a changé. Toujours avec autant de délicatesse, le trou a été recouvert de grosses poutres DIN en acier, elles même camouflées sous des rondins.
Une trappe a été aménagée pour les spéléos. Du très gros œuvre, mais ça remplit son rôle.

Dès cette année, on aura une diminution de 20% du prix de l'électricité au local qui s'établit à 0.162 Fr/kWh de jour et 0.110 de nuit. Ca fait baisser les 8Fr de consommation trimestriels, mais pas les 61Fr TTC de location de compteur… Par mois, les compteurs coûtent donc 30.-, non négligeable par rapport aux frais de location des locaux!!!!

Florian teste sous contrôle médical la décompression à l'œil de perdrix avant la plongée.

Les comptes de la SSS se sont soldés avec un déficit de 2153.75 Fr (mieux que budgété à -15'660.-).
Les cotisations SSS 2005 restent inchangées à 50.- Fr pour les membres d'un club.


France 3, a contacté l'ISSKA dans le cadre de l'émission "La carte aux Trésors". Avec la participation des clubs du Nord-vaudois et du Val de Travers, une énigme menant à la Glacière de Monlési a été mise sur pied. L'émission sera en principe diffusée le 18 août sur la TSR.

Marie a renoncé à descendre dans le gouffre des 3 pitons aux aiguilles de Baume. Arrêt sur araignée.

Cet hiver, Miguel est monté au Lapi Di Bou à peau de phoque avec son fils Cédric, Eric, André et GPS. L'un des cinq participants a permis de localiser la position de plein de trous souffleurs.

En octobre 2004, pour la première fois, un gouffre a dépassé les 2km de profondeur. Il s'agit de la Krubera Cave dans le Caucase occidental, en territoire Abkhazique (rien à voir avec l'Hapka zique!!!).

Le groupe neuchâtelois de protection du patrimoine spéléologique et karstique nous fait savoir que la dépollution de l'année 2005 aura lieu aux gouffres 1 et 2 de la Barigue (Chx-de-Fds). Après 3 ans de palabres, le propriétaire du terrain, la fondation d'Ebauches SA (SMH) confirme l'assainissement du gouffre. Les dates retenues sont finalement les 20-21 août pour l'intervention ou 27-28 août pour les dates de rechange. Ceux qui désirent participer peuvent contacter Denis: patrimoine@isska.ch.

Il a coulé pas mal d'eau à J-Psi1. Le P6 annoncé par Alain a rétréci au lavage pour ne faire plus que 4m97. Par contre, l'entrée a été élargie à l'explosif… pour pouvoir laisser passer Marie… 

Le groupe spéléo de Cheseau continue d'explorer le réseau découvert après minage d'un diverticule de la grande grotte aux fées de Vallorbe. Ca continue et ça chiffre en kilomètres. Pour le moment, un des soucis est de comprendre le comportement des crues qui semble agir à retardement et de façon peu prévisible. L'accès est restreint et il faut montrer patte blanche.

Il va semble-il se créer un "Institut Suisse du Karst". Prononcez donc les lettres ISK. Ca ressemble à quoi?

Pas facile d'avoir des grands pieds… Ne le dites pas à Laurent qui s'est embourbé dans une des nouvelles galerie du gouffre du torrent. Il a dû être sauvé par son coéquipier qui a dû creuser autour de ses bottes pour le dégager!

Dans un courrier du 1er février 2005, Pierre-Yves a demandé la liste des adresse e-mail des membres pour que l'ISSKA, le bureau de la SSS et les présidents de commission puissent envoyer des e-mails de façon plus rapide qu'au travers de SSS-Info. Aucune liste n'a été fournie. Les membres qui désirent fournir leur adresse e-mail peuvent le faire individuellement après de l'ISSKA: info@isska.ch. Ce n'est pas nécéssaire pour les membres suivants dont l'adresse était déjà connue: François, Pierre-Yves C, Jacques, Gérard, Maric, Alain, Pierre-Yves J, Marie, Ralf, Laurent, Catherine, Pascal et Claude.

En 2004, un record a été atteint: celui du nombre de dépollutions des cavités neuchâteloises. En effet cinq cavités ont été nettoyées de leurs déchets: la baume barrée (Les Bayards), le Creux de la Pouête Mange (Cernier), la grotte du chemin de fer (Boudry) et surtout le gouffre de la Prise Fège (St-Sulpice) et le gouffre de la Galandrure (Les Planchettes). Un rapport détaillé est à disposition au local.

Décidément, Florian est très très allergique à l'accordéon. Si on le fait absorber suffisamment de substances de couleur anti-histaminique (blanc, rouge, rosé), on arrive quand même à lui faire surmonter sa répulsion naturelle. La preuve en image.

La société éditrice de Spelunca est un ramassis d'escrocs. On n'a toujours pas reçu notre commande des revues qui manquaient alors qu'on a payé depuis longtemps. Il y a eu des e-mails sans réponse et de téléphones avec des promesses non tenues. 

L'aberration de gestion de la clé de la grotte de la Tourne est bientôt réglée. 
En raison de son âge, M.Antonietti renonce à gérer cette clé qui pourrait bien finir en des mains plus sérieuses et plus compétentes: à l'ISSKA.

Le canton de Glaris a accepté qu'une fouille soit effectuée par des paléontologues du musée d'histoire naturelle de Genève dans la grotte à ours de Geissbachhöhle. La fouille sera limitée à une zone particulièrement intéressante de la grotte et aura vraisemblablement lieu à la fin de l'été.

Lecteurs de la bibliothèque spéléo de la Tchaux attention: celle-ci sera fermée jusqu'en décembre 2005.

Pour sensibiliser la population Chaux-de-Fonnière aux paysages karstiques, l'ISSKA organise trois excursions auxquelles vous pouvez vous inscrire (adulte 20.-, enfant 10.-, famille 50.-).
Ce sont trois ballades commentées sur le karst du coin qui auront lieu le 10.09, le 17.09 et le 01.10.
Détail et inscriptions directement depuis le site de l'ISSKA www.isska.ch ou par téléphone 032 913 35 33.


Au Sivellen, un esprit prudent a permis à un squelette quasiment complet de grand murin (tous les doigts sauf un) d'être sauvé d'une atroce fin par broiement des os sous un pas pesant et mal placé.

Pour ceux qui n'ont pas encore ouvert "Cavernes No1-2004", vous devez lire l'article hallucinant du gouffre du Seyon retrouvé grâce au récit d'un vieux bouquin dont je vous livre un passage en amuse-bouche: "Depuy le deuxième repos avance huict toises en direction du lac. Le soleil au zénith passant au travers d'un trou estrange dans ung pan surélevé à cousté senestre te montrera le chemin. Le végétal tu ne craindras pas et lez poinctures du pénitent te donneront la voye du corridor de la vouivre".

Pour ceux qui n'ont pas reçu cette publicité, Pascal Donzé (tél 022 362 58 58) fabrique, quasiment à prix coûtant, des casques électriques amagnétiques étanches (jusqu'à 80m) à LED extrêmement puissantes (3, 5 ou 6W) avec accumulateur sur le casque ou séparé et chargeur automatique. Paraît-il que ces casques sont formidables. Inconvénient, il coûtent quand même entre 430 et 800.- Fr.

Notre caissier, Ralf, va se marier en septembre. Il y a eu Didier en août 2003, Florian en septembre 2004.
C'est peut-être contagieux??? Ouïe! Sur qui ça va tomber, l'année prochaine?


C'est Urs Widmer qui remplace Roman Hapka à la rédaction de Stalactite.

Si vous voulez bien rire, lisez l'article sur le dynamitage en page 41 et 42 de Stalactite 02/04.Vous apprendrez que le dynamitage fait des vibrations, des gaz et des gravats et que si on agrandit une galerie, c'est plus facile de progresser dedans. Tout ça avec croquis et formules pseudo-scientifiques! mdr

Alain et François ne savent plus comment faire pour dépenser leur argent. Ils ont trouvé une bonne combine: ils achètent des billets Easyjet et ne vont pas prendre l'avion! Bon truc: il fallait y penser!

Il est parti! Sébastien est actuellement en Himalaya pour ouvrir une nouvelle voie sur un des sommets avec une équipe du club alpin. Il sera de retour dans quelques semaines pour partager avec nous le récit de cette folle aventure.

Cette année, l'introduction de la limite d'alcoolémie au volant à 0.5 pour mille va certainement être nuisible aux ventes de notre stand de la Fête des Vendanges…

Toutes nos condoléance à Maria M. H. pour le décès de sa maman après une longue maladie.

Depuis cet hiver (2004), et suite à une nouvelle jurisprudence relative aux avalanches, l'exploitant du téléphérique du Lapi di Bou exige que l'on soit accompagné d'un guide de montagne ou d'un chef de course pour nous laisser monter - auparavant, il nous suffisait de signer une décharge. Les expés hivernales aux Pingouins semblent donc à présent compromises.

En été 2003, un temple Gallo-Romain a été découvert près du sommet du chasseron. Les archéologues organisent donc des fouilles et s'intéressent aux gouffres avoisinants qui pourraient contenir des pièces d'intérêt archéologique de cette époque.

Catherine habite à présent en France dans une maison isolée sur le causse. Elle travaille partiellement à l'élaboration de plans de secours spéléo pour les pompiers et est responsable du groupe d'exploration spéléo du département. Elle fait beaucoup, beaucoup de spéléo et vous en verrez un aperçu ci-dessous.

L'histoire du siphon de l'aven du Lavanhou

Je ne résiste pas à vous livrer un résumé de la croustillante histoire de l'aven du Lavanhou (commune de Montbrun, causse Méjean, Lozère, France) extrait d'un article publié par "notre" Catherine Perret dans les annales du XIe rassemblement des spéléologues caussenards.

Initiée voici à peine 15 ans, l'exploration de l'aven du Lavanhou est une suite mouvementée de déceptions et de rebondissements, toujours marquée par l'acharnement des spéléos à trouver le chemin des profondeurs. L'entrée de l'aven est dégagée en 1988. En 1990, deux séries de dynamitage par ce club sont nécessaires pour franchir le premier méandre (17 m), puis le second (25 m). En 1991 et 1992, une troisième campagne permet la découverte de la suite jusqu'à un siphon terminal.
Dix ans plus tard, une nouvelle équipe est déterminée à franchir le siphon coûte que coûte. Le trou est donc rééquipé en fixe jusqu'au siphon. Durant l'été 2001, plusieurs théories sont échafaudées sur les modalités de franchissement du siphon. Après quelques immersions infructueuses (essais en apnée, passage très étroit, visibilité nulle), les options restantes sont de le vider ou d'attaquer la voûte (ce qui a d'ailleurs déjà été commencé et ne semble pas évident). Plusieurs tentatives parallèles donneront l'avantage à la première hypothèse : Nicolas Albouy et Didier Azéma plongent un tuyau de 12 m de longueur et 3 cm de diamètre dans la flaque et comprennent qu'il est ressorti à l'air libre, lorsqu'il se met à exhaler une brise d'inconnu… On tente alors d'écoper le siphon à l'aide de bidons de 6 litres déversés dans un bassin formé par une bâche en amont du siphon, bassin lui-même évacué par le tuyau passant à travers le siphon. Ce stratagème permet de faire baisser suffisamment le niveau pour que le siphon se désamorce et laisse entrevoir le seuil aval, mais ne permet pas de passer. Deux semaines plus tard, une opération regroupant 21 spéléos durant plus de 36 heures aura pour but de tirer un câble d'alimentation 220 V jusqu'au siphon, et d'en miner la voûte. L'avance de 1.5 m ne permit pas de passer. Finalement, l'installation du câble autorisa en automne 2002 la pose de deux petites pompes immergées dans la flaque… et son passage. A l'instant du désamorçage du siphon par les pompes, un fort courant d'air chasse l'eau en vagues. Cet impressionnant phénomène est néanmoins de courte durée, et par la suite, nous n'avons pu déceler aucun souffle d'air dans le réseau post-siphon. La différence de pression au moment du désamorçage pourrait indiquer que le tronçon entre les deux siphons est isolé des variations de pression atmosphérique extérieure. Il semble donc très improbable, de trouver un accès plus aisé ou un shunt du siphon.
Le 14 novembre 2002, commandant l'action des pompes par téléphone post-siphon à l'équipe restée à la génératrice en surface, Nicolas Albouy, Philippe Blanchet, Laurent Chalvet, Guillaume Coërchon et Catherine Perret explorent 290 m de galeries post-siphon et en lèvent la topographie. Outre les 290 m de galeries post-siphon, par la suite sera encore trouvé 230 m de conduits remontants atteints au terme d'une escalade partant de ?200 m menée jusqu'à ?70 m environ (et ça continue…). L'aven du Lavanhou affiche actuellement une profondeur de ?258 m et une longueur topographiée de 1210 m au total.

L'ISSKA à 5 ans. Depuis l'an 2000, son budget est passé de 180kFr à 460kFr, mais, pour faire quoi?
Je vous propose une mini-synthèse du rapport annuel d'activités 2004 permettant de se faire rapidement une idée des travaux de l'institut. Les extraits suivants ne représentent qu'une faible partie de l'ensemble.

Voilà en gros les travaux principaux qui ont été réalisés, ceci principalement sous forme de mandats alors que les subventions ont fondu. L'exercice comptable 2004 a d'ailleurs été déficitaire de 23kFr environ.
Sachant que les finances du club Troglolog n'ont pas permis de verser la cotisation (500.-) de membre du Conseil en 2005, si certains lecteurs de Troglognouse désirent soutenir individuellement les activités de l'institut, il peuvent le faire sous forme d'un don à: ISSKA, CP818, 2301 La Chaux-de-Fonds, CCP 17-148860-2.

Traduction d'une lettre en allemand de l'ISSKA reçue le 21.02.2005
(je remercie Marie qui a bien voulu faire la traduction vu que je ne parle pas un mot d'allemand)

En novembre 2004, l'ISSKA a pris contact avec l'Office de la nature et de l'environnement. 
Le 7 décembre 2004, je me suis rendu à Glaris pour mieux faire connaître l'ISSKA et les spéléologues auprès de ces autorités. Le Canton de Glaris s'est montré très intéressé. 

Le 4 janvier 2005, nous avons reçu un courrier par lequel le Canton demande une conférence sur la spéléologie dans le Canton de Glaris. Cette conférence devrait comprendre deux parties : 

Pour la partie spécifiquement glaronaise, il s'agirait bien-sûr de mandater quelqu'un venant des organisations spéléologiques qui travaillent dans la région, l'OGH ou les spéléos zürichois. Il ne faut pas oublier les spéléos actifs sur place. Le temps à disposition pour ces deux conférences serait de 60 à 80 minutes. 

J'ai fait la proposition suivante à Monsieur Fritz Marti:

Pour l'instant, je pense organiser l'exposé en 3 ou 4 parties: 
1) Introduction sur le karst et les cavités, leur valeur et leur protection (ISSKA, Jeannin)
2) Karst et grottes des hauteurs du Canton de Glaris (Yvo Weidmann, OGH)
3) Karst et grottes du Canton de Glaris, région Nord-Ouest (quelqu'un de l'AGS-Regensdorf, probablement H. Stünzi)
4) Karst et grottes du Canton de Glaris, région Nord-Est (Jeannin, GS Troglolog).
Eventuellement, nous pourrions aussi demander à quelqu'un venant du groupe spéléo "Windloch im Klöntal". Monsieur Wildberger, qui s'est occupé de la sélection des géotopes souterrains, sera aussi informé. 
Nous aurions ainsi une jolie vue d'ensemble et les gens auraient la possibilité de poser des questions. Les spéléologues qui seront sur place connaissent très bien ces régions. 

Les dates retenues sont le 15 ou le 17 février 2006 (dans une année). 

Nous vous prions de nous faire savoir si vous êtes intéressés à participer à cette conférence et si les dates proposées vous conviennent. Peut-être que vous connaissez quelqu'un d'autre, qui connaît bien le canton de Glaris et qui serait intéressé. 

Avec mes meilleures salutations. 
Pierre-Yves Jeannin

Les fleurs du Sivellen au printemps et au début de l'été

Sélection de 34 fleurs caractéristiques par ordre alphabétique. Photos de Alain Jeanmaire. Détermination par François Bourret.
Résolution conseillée: 1280x1024 avec le menu de gauche ou 1024x768 sans le menu.
Deux liens intéressants vers des sites de fleurs des alpes: Plantes.Sauvages et Florealpes (s'ouvrent dans une nouvelle fenêtre).


Aconit Napel (casque de Jupiter)

Adénostyles à feuilles d'alliaire

Anémone sylvie

Anthyllide vulnéraire (F. Bourret)

Aster des Alpes

Campanule

Compagnon rouge

Crépide dorée

Digitales à grandes fleurs

Doronique à grandes fleurs

Driade

Gentiane de Clusius

Gentiane ponctuée

Gentiane printanière

Géranium (des prés)

Homogyne des Alpes

Joubarbe des toits 

Linaigrettes

Lis orangé

Lunetières

Marguerite

Myosotis

Orchis vanillé

Pédonculaire verticillée

Primevère oreille d'ours

Raiponce hémisphérique

Renouée vivipare

Rhododendron

Silène acaule

Silène enflé

Soldanelle

Trèfle

Valériane

Spectaculaire première au gouffre du Torrent (Val de Ruz)

Par Alain J, selon les informations de Pascal H, corrigé et complété par Pascal H. Photo de couverture par Laurent P.

Qu'est ce que c'est, déjà, le gouffre du Torrent?

On en parlait déjà dans Troglognouse 44 (2002). A cette époque, la profondeur du gouffre du Torrent atteignait 30 mètres. Après trois nouvelles années, la désobstruction du gouffre avait atteint 53 mètres dont un premier puits vertical de 25 mètres, suivi d'une galerie inclinée avec une pente d'environ 60°. Le moteur de ce projet pharaonique, Pascal Huguenin, n'a jamais faibli et c'est avec Laurent Perrenoud que chaque mètre cube de déblai a été patiemment ressorti et chaque mètre cube de béton a été coulé.

La découverte

Le 7 juillet 2005, Laurent n'était malheureusement pas disponible, et c'est avec Eric Vogel, qui venait pour la première fois, que Pascal est retourné creuser. Après un bon creusage (quarante bidons de matériaux), pour une fois, la galerie devient pénétrable sur plusieurs mètres. En fait ce sera dix mètres pas très stables, mais permettant de traverser le bouchon qui colmatait l'entrée du système karstique. Derrière ces dix mètres, une galerie en forte pente où on peut se tenir debout, large de plus de 2 mètres, mais très très très boueuse et ça sur… 60 mètres!!! Ca double le développement de la cavité, et en plus ce n'est pas fini car la galerie débouche au plafond d'une grande salle inclinée un peu semblable à celle du Cernil avec ces 15m de large environ et 13m vers le point bas. L'amont de la salle, en pente et très glissant, n'a pas encore été visité. L'aval, lui, se termine sur une galerie basse (basse, ça veut dire 1.5m de haut…), protégée des intrus par un lac d'environ 5 à 6m de long et 2m de large. En fait le lac n'est profond que de 60cm et nos courageux spéléologues n'hésitent pas à se tremper les cuisses pour le traverser. La galerie reste d'environ 2m de large mais devient très haute (6 à 8m de haut). Des blocs sont tombés du plafond et bouchent le passage, mais pas n'importe quels blocs! Il faut les escalader et une corde de 30m est nécessaire pour descendre dans la galerie qui est encombrée par un chaos de blocs. La suite est moins pentue et son extrémité basse est colmatée. Sur la droite avant l'obstruction on trouve un cône de sable de trois mètres de hauteur. Fort heureusement, il existe un shunt accessible en opposition permettant de retrouver la suite de la galerie de l'autre côté du colmatage.
A partir de cet endroit, la cavité passe de boueuse à totalement propre et continue en pente jusqu'à un plan d'eau qui continue avec une pente à 30° environ. Pascal estime à 110m la distance entre l'arrivée au plafond de la salle et le plan d'eau terminal, ajouter encore 60m entre la fin de la creuse et la salle et ça fait une première d'environ 170m, totalement unique dans le canton de Neuchâtel ces derniers 10 ans!

L'aspect de la cavité

Il y a eu 12 ans de travaux d'excavation, de développement de matériel , fabrications de treuils, système de guidage pour transporter les bidons de matériaux, pour déboucher cette cavité ou chaque mètre a été gagné à grand coups de treuil, de sueur et de bétonnage pour sécuriser l'accès. L'entrée, à côté de la source diffuse de la rivière, est matérialisée par un puits circulaire d'environ 80 cm de diamètre en pierre cimentée, protégée par une grille et surmontée des installations de treuillage. Une sortie d'eau latérale est aménagée dans un bord du mur, mais c'est très largement insuffisant pour contenir les puissantes crues lors de la mise en charge. Pour se faire une idée de la violence des crues, l'une d'elle a été photographiée alors que l'eau giclait à 3 mètres de hauteur en dessus du puits (je rappelle que le diamètre est de 80 cm, je vous laisse imaginer l'énorme geyser que ça représente, photo en p.1).
L'aspect de la cavité est donc dicté par la violence des volumes d'eau qui la traversent.
Au départ, donc, un puits vertical de 25m, bétonné, suivi d'une galerie en pente de 28m, c'est l'excavation.
Ensuite une partie peu stable de 10m de long suivie de 50m très boueux en pente donnant accès à la grande salle.
Dans la grande salle, tout de même une coulée stalagmitique de 3m de haut. Un mini lac suspendu en haut et un autre en bas à l'entrée de la galerie aval. Tout l'aval est de grande hauteur et les parois sont minées de coups de gouge très marqués en provenance du bas. Il y a des concrétions, jusqu'à 1.5m de haut. Dans les vingt derniers mètres de galerie, la boue a totalement disparu et ça se termine par un plan d'eau à environ -100m de profondeur qui est peut-être un siphon ou peut-être une voûte mouillante. Un débit d'environ 10 fois le débit d'entrée doit circuler par ce passage en forte crue, du sable est éjecté contre le haut, la roche est taillée de bas en haut.

Un système hydrogéologique d'un très grand intérêt…

Les priorités de Pascal sont d'abord d'éviter les accidents qui pourraient découler de l'instabilité des blocs et les risques courus par la vitesse de montée des eaux. Certains grondements inquiétants ont déjà été entendus lors des opérations d'excavation alors qu'aucune cascade ne semble possible dans la partie découverte.
Les priorités immédiates sont donc:

D'après les traces laissées par le courant, Pascal estime le débit du siphon terminal à 10m3/sec en crue, alors qu'il sort rarement plus de 1m3/s par la galerie creusée. Comme il n'est pratiquement pas possible qu'il y ait des fuites dans les parties bétonnées, il y a donc sûrement des soutirages de crue dans les plafonds qui remontent vers la surface et notamment vers la source. Le siphon étant à env. -100, il se trouve à la hauteur de Valangin, donc largement en dessous du niveau de la nappe phréatique du Val de Ruz…
Un capteur de pression échantillonnant toutes les 20 minutes a déjà donné des courbes de crue intéressantes.
Pascal a développé un nouveau boîtier électronique d'enregistrement de mesures et d'alerte par SMS alimenté par un panneau solaire. Quelques précautions devront être prises au niveau du câblage des sondes vu la hauteur d'eau (100m de hauteur, donc 10 bars de pression!). Le système sera opérationnel d'ici fin août et promet d'être d'un intérêt majeur. La suite de l'exploration et la topographie seront ensuite réalisées quand la sécurité sera assurée.

Rapports d'activités du Sivellen en 2004

Week-end du 26 au 28 juin 2004

Samedi 26 juin 2004, 
Météo: Soleil
Participants: Marie, Alain, François.


Nous laissons Mirliflume (la voiture à Marie) à Ennenda pour prendre le "télésiège" pour Bärenboden (Aeugsten). C'est une crosse caisse en bois où on peut s'installer à 4 ou 5 personnes. On a la chance de pouvoir monter au moment où il va partir car normalement on doit s'annoncer à l'avance pour réserver (tél. 055 640 81 53). Du 1er avril au 30 septembre entre 6h30 et 9h30 ou entre 16h30 et 19h30. Du 1er octobre au 31 mars entre 8h00 et 10h00 ou 15h00 et 17h00. Pendant la montée, on repère la grotte que l'on va voir au pied d'une falaise, mais on ne fait que deviner l'emplacement; François et Alain avaient découvert la grotte en mai 2003, sans matériel. Nous redescendons donc à pied par un petit sentier partant depuis le haut du télésiège. Plus bas, jolie grange où on peut éventuellement dormir. On continue en suivant le sentier jusqu'au croisement avec un torrent (à sec ce jour-là). On remonte dans le lit jusqu'au pied de la falaise (très raide). Le trou s'ouvre au fond du porche, au pied du rocher, sur la droite. C'est plain de restes de chamois en décomposition. Restes de repas de carnivores… Beurk! Alain et François commencent la topo, je fais des photos et vais en avant. Superbe galerie aux parois sculptées par l'eau. La galerie devient basse après 20m et il faut ramper par dessus les cadavres… Beurk!Mais ça continue! Et ça s'élargit ensuite pour déboucher dans une énorme salle! Bruit d'eau assez fracassant: la salle est traversée par une rivière (débit environ 5L/sec), vers le fond! C'est le rêve! Depuis le temps qu'on rêvait d'une rivière souterraine! En plus, la grotte est pleine d'ossements d'ours très anciens. On prélève des échantillons. Une galerie basse est pleine d'os, et aussi de dents de toute sortes. Superbe!
Il y a tellement de dents d'oiurs partout qu'on décide de l'appeler la galerie du dentiste. Des gens sont passés avant nous: il y a des tas d'os visiblement présents sur des blocs de pierre. Mais plus un seul crâne, malheureusement.
La galerie continue vers l'amont, le long de la rivière.
Il faudra retourner voir ça avec de l'acétylène, car on n'avait que l'électrique, ne pensant jamais trouver une grotte pareille! François et Alain ont topographié environ 80m et François estime les galeries découvertes à environ 150m. On ressort tout éblouis par notre découverte.
Remontée par la suite du sentier qui fait une boucle et rejoint l'arrivée du télésiège. Rencontré plein de lis orangés. Souper au petit restaurant de Aeugsten Hütte, au soleil.
A 20h30, on prend le chemin qui monte à Alpbegligen où on va dormir.. C'est absolument magnifique: c'était la première fois que j'y allais. On passe une excellente nuit à rêver de rivières souterraines, de dents d'ours et de grosses galeries… On est vraiment très bien installés, à Alpbegligen dans ce très mignon chalet en pierre au pied du Schilt, très imposant.
La nouvelle grotte s'appellera GE1 pour Geissbachquelle-Höhle (Geissbach-Bärenboden).

Dimanche 27 juin 2004, 
Météo: Légèrement couvert. Pluie.
Participants: Marie, Alain, François.

On se fait réveiller par une troupe de suisse-allemands qui passe. François nous fait un délicieux chocolat froid pour le petit déj, à base de poudre de lait + crème + eau… Slurp!!! On se dirige sur Roterd. Ca monte fort, pfff! En haut, il y a encore plein de neige. François a voulu aller changer le marquage du Tristliloch, mais c'était encore complètement sous la neige. Ket1 et Ket2 sont sous des mètres de neige aussi… On fait plein de photos de fleurs, entre les taches de neige et plus bas sur le lapiaz. François voulait continuer l'exploration de J/Psi1 et topographier (désobé à l'explosif l'automne dernier). Alain nous quitte vers la luge pour redescendre vers Mollis et prendre le train. François et Marie continuent et vont dormir à Oberstafel. Découverte de l'armoire de gauche dévastée par les souris… Snif! Plus des cordes qui trainaient à la cuisine… !!! Ouiii? Est-ce possible? Averse pendant qu'on prépare le souper! Dire qu'ils avaient annoncé plein de soleil et le week-end le plus beau qu'il soit!

Lundi 28 juin 2004. 
Météo: Pluie et soleil.
Participants: Marie, Alain, François.


Le temps est mitigé ce matin. On range le chalet et on descend sur Mittel Stafel puis sur Ennetberg. Comme on a un peu de temps, je laisse Marie descendre chercher la voiture à Ennenda pendant que je monte prospecter les falaises repérées l'automne passé à Heuboden. Evidemment, il se met à pleuvoir; heureusement, pas longtemps. J'aperçoit au loin, au dessus de Heuboden-Oberstafel une falaise avec plusieurs grands porches (à voir) puis je redescends en longeant les falaises le long de Heuboden, sans trouver de trou. A 17h, je rejoins Marie devant le bistrot de Ennetberg, le long de la route. Nous rentrons à Neuchâtel.

Trois jours du côté de Alpbegligen

Mardi 13 juillet 2004. 
Météo: pluvieuse, brouillard
Participants: Marie et Pascal

Un départ matinal (6h au Mail) nous propulse jusqu'à Glaris-Ennenda où nous prenons le "seilbahn" à 9h30. Il y a tellement de brouillard que le câble disparaît dans le néant, mais une trouée nous permet d'apercevoir notre but pour la journée. Après un dépôt des sacs, très lourds, à la cabane "Aeugsten", nous cheminons par le sud jusqu'au couloir d'accès de la grotte. Au vu de la montée, la redescente s'annonce périlleuse. Nous observons longuement la structure peu encourageante du lieu. Ce qui est sûr, c'est que nous sommes en présence d'une faille qui fonctionne peut-être en ce moment. Nous pouvons en effet apercevoir de nombreux blocs coincés ou broyés.
Nos combinaisons enfilées, nous pénétrons dans la galerie d'accès de la cavité. L'odeur y est respirable, mais le crâne du chamois garde toujours l'entrée de la salle "du Chaos".
Après un rapide coup d'œil, nous comprenons que la rivière ne coule pas aujourd'hui. Dommage, mais au moins nous pouvons progresser jusqu'au fond de la galerie. Celle-ci se poursuit, mais semble difficilement franchissable au vu de la taille des blocs qu'il faudrait déplacer. Au passage, nous pouvons admirer les multiples couches de glaise qui bordent le tracé de la rivière.
De retour à la salle du Chaos, nous descendons sur la gauche pour aboutir en fin de galerie, à de magnifiques petits sapins d'argile qui recouvrent une pente magnifiquement modelée, mais ô combien fragile.
A peine sur la gauche, nous franchissons un palier TRES glissant pour découvrir des formes surprenantes: s'agit-il de squelettes siliceux, de terriers d'animaux marins? Marie en prélève un échantillon. Il semble défini que ces structures ont été dégagées de la roche calcaire encaissante.
En remontant vers le Chaos, nous découvrons plusieurs dents d'ours et quelques os de chauve-souris.
De la salle, nous continuons vers sa partie supérieure pour y admirer les concrétions de Mondmilch qui transforment le plafond en choux-fleurs blancs ou rouges.
Pour clore la visite, nous entrons dans la galerie du Dentiste que nous visitons à grand peine, tant il y a de dents et d'os à éviter. Au vu de l'épaisseur de cailloux, il pourrait y avoir quelques ossements plus en profondeur? Mais où se trouvait l'entrée d'origine?
Nous ressortons finalement de la grotte, couverts de terre et de poils (beurk)!.
Nous dînons avant d'enlever nos chaussures tant leur aspect nous rebute.
L'étape suivante consiste à retrouver le haut de la grotte, dans le terrain. Nous rejoignons péniblement le chemin (où est la main-courante?) et escaladons les talus herbeux du coin. Nous découvrons une jolie petite fontaine en bois, alimentée par une source.
Après de nombreuses difficultés, nous atteignons enfin le haut du porche et pouvons localiser plus précisément les coordonnées GPS du trou. Nous constatons que tout le coin est en fait un vaste glissement de terrain. Nous en trouvons la niche d'arrachement qui semble toujours fonctionner. La grotte est-elle condamnée à moyen terme?
Au chalet, nous regardons la carte, dessinons "notre" version de la grotte (sommes-nous bons?) et soupons merveilleusement bien.
Quelques temps plus tard, nous réunissons tout notre courage… pour affronter la "terrible" montée à l'alpage. Chargés comme des mules, nous avalons la pente en un temps records (eh oui, Marie a encore une fois exagéré sur l'horaire). En chemin, nous rencontrons plusieurs chamois, et, miracle de la nature, pas moins de huit cerfs et biches! Nos premiers en libertés!
Nous finissons par nous installer pour la nuit dans un chalet sans bois et bien froid. Vivement le soleil demain! Et on en aura besoin, au vu du terrain de jeu qui s'ouvre devant nous… Des milliers de parois à inspecter, galère!

Mercredi 14 juillet 2004 
Météo: Grand soleil.
Participants: Marie et Pascal

Nuit glaciale mais réparatrice, bercée par le piétinement des souris… On se réveille vers 9h30. Préparation du chocolat matinal, à base de poudre de lait et de crème. Slurp! Délicieux! On démarre la journée vers 11h. On attaque le pierrier sous le Schilt pour aller faire de la prospection sous les falaises (30 minutes pour gravir le pierrier). On commence par aller repérer la grotte ST2 dans le Schiltthal. On constate une différence par rapport aux coordonnées de François: exactement 110m plus au nord… Argl! Retour vers notre mission: les falaises du Schilt depuis le coin en dessus de Alpbegligen. On trouve trois trous qui ne donnent rien, mais on en trouve deux très jolis…
AB1: une faille très raide avec un reste de neige au début, une quinzaine de mètres de profond, très mouillé et glissant. Plus loin, Pascal trouve AB2, un joli trou au pied d'un escarpement rocheux, direction nord, toujours au pied de la falaise.
Plus loin, on remonte un gros couloir/déversoir qui semble prometteur, mais nous sommes assez vite arrêtés par nos capacités limitées en varappe… Ayant envie de survivre à cette journée, nous redescendons. Revenir avec un hélico ou un balai volant… Poursuite de la prospection encore 1h vers le nord, puis on redescend en direction de l'alpage. Petit apéro au soleil devant le chalet, ramassage de bois (aléatoire car très mouillé) dans l'espoir d'avoir moins froid qu'hier soir… Nos chaussures et chaussettes sont encore trempées depuis hier…
Pascal emprunte une faux et un râteau dans la grange et fait les foins entre le chalet et la fontaine… Comme ça un a un joli chemin d'accès au milieu des hautes herbes. Un très joli renard arrive au milieu de l'herbe et s'arrête en nous voyant devant le chalet. Une mignonne souris a envie de goûter au repas qu'on est en train de préparer sur le banc. Elle grimpe sur les pieds de Pascal puis va piquer un morceau dans notre Tupperware devant nous! Elle fait plusieurs fois le manège pour se faire des réserves… Pas farouches ces petites bêtes!

Jeudi 15 juillet 2004 
Météo: Nuages épars
Participants: Marie et Pascal


Encore une fois nous nous réveillons bien tard par un petit déj Müesli choco + lait choco. Puis nous rangeons nos affaires et sortons dans la grisaille, attaquer le chaos qui s'ouvre devant la cabane. Nous serpentons entre les très (trop) nombreuses marques de balisage du sentier en direction d'un petit lapiaz que nous avons aperçu hier, au terme de notre recherche. Là, nous semblons déranger un chamois qui, pourtant, ne s'éloigne guère que quelques mètres. Nous comprendrons plus tard qu'il s'agit d'une mère dont le petit est mort quelques heures plus tôt et que nous retrouvons à moitié dévoré.
Nous laissons là ce drame de la nature et grimpons au sommet de l'arête horizontale derrière nous. Nous y trouvons une faille impénétrable mais profonde, traversant probablement l'arète, et d'où s'échappe un fort courant d'air froid (C04-04). Peu convaincus par la suite, nous poursuivons vers le sud et là, Marie découvre une faille profonde d'au moins 8m, large d'une vingtaine, avec un peu de neige à l'aval. C'est le HF1, premier d'une, peut-être, longue série?
Pressés par le temps, nous abandonnons nos recherches et mangeons avant de retourner à la cabane. L'amas de blocs est avalé avec plus de facilité qu'à l'aller et, hormis un chamois (encore?) nous ne rencontrons plus de bestiole.
A la cabane, nous récupérons nos affaires et plongeons en bas de la pente en direction du bistrot de Aeugsten. 
A 16h nous avalons nos Rivella et… à suivre?

Week-end du 14 et 15 août 2004

Samedi 14 août 2004
Météo: Pluie
Participants: François et Marie


Laissé Mirliflume vers le Thalalpsee, François redescend en trottinette… Que nous laissons au restaurant Mürtschenstock à Filzbach. Nous prenons le bus de Filzbach pour Mollis+Näfels Bahnhof, où nous prenons le taxi-bus pour le Fronalp. Il pleut. Eh oui, encore…
Passage à Mittel Stafel pour acheter 1kg de fromage et 1.5litre de lait. Montée sous la pluie.
A Oberstafel, on découvre notre coffre de nourriture complètement pourri et moisi! On y avait oublié des oignons ou légumes qui ont tout pourri! Donc, nettoyage à grande eau et triage…
Délicieux souper: rôti de porc, purée et haricots secs.
Les bergers viennent de redescendre ce mercredi. Il n'y a plus de rats, ni de souris, ni de vaches, d'ailleurs. 

Dimanche 15 août 2004
Météo: Soleil
Participants: François et Marie
Lieu: Stogglochhütte (Œil du Mürtschen)


Au matin: soleil. On part sur le sentier au pied du Mürtschen, direction Tross. Le sentier est minuscule et difficile à suivre. Vers Obertross, on rencontre un berger, son chien et ses moutons. On va prendre de l'eau à Obertross. On continue à monter sur les vires herbeuses et très raides, direction Mürtschen. Passage d'une vieille barrière penchée. Plus haut, François topographie SG3, à côté de SG2, au pied de la falaise. Je continue vers le haut pour aller voir l'œil du Mürtschen, qui est juste en dessus, incroyablement beau. La falaise est percée d'un énorme trou et on voit le Wallensee au travers! Féerique. On voit aussi le lac du Klöntahl de l'autre côté. Plus haut encore, j'arrive à la cabane Stogglochhütte, minuscule et très bien tenue, faite pour 4 personnes très minutieuses et ordrées. Elle se situe à 1780 mètres… au dessus du Wallensee (donc, rajouter encore 400m!!!). C'est en tout cas vertigineux pour y arriver, mais superbe. Une magnifique prairie d'altitude termine la montée, et de là haut, on voit tout le Walensee. Grandiaose. Le sommet du Mürtschen est encore plus haut, pas loin. Redescente assez longue sur le Thalalpsee. On arrive de nuit à l'auto.

Week-end du 28 et 29 août 2004. 

Vendredi 27 août 2004
Météo: Soleil
Participants: Alain et François

Montée de nuit vendredi soir. Nous avions téléphoné pour que les paysans, qui sont à Mittel Stafel, nous laissent sur le rebord de la fenêtre du lait et du fromage. Hélas, vers 23h quand on passe à Mittel Stafel, on ne trouve rien, mais le chien des paysans réveille tout le monde en aboyant!

Samedi 28 août 2004 
Météo: Soleil
Participants: Alain et François

Ce matin: grand beau.
On se lève à 10h. Après que François soit descendu à Mittel Stafel chercher notre lait et fromage (qui étaient bien en vue sur le bord de la fenêtre, mais à l'intérieur), nous déjeunons et préparons le matos pour notre petite expé. A midi, nous partons sur le lapiaz direction la zone Eta. Vers 14h, nous rentrons dans Eta14. Au fond, la désob à l'explosif a bien marché et François après avoir poussé les déblais avec les pieds peut s'enfiler dans l'étroiture et descendre… 3 mètre de puits. Le fond très étroit est bouché par des cailloux, aucune chance de désobstruer.
Après avoir fait 3 points topo là dedans, François va voir à quoi ressemble l'aval, aperçu de l'autre côté de la base du puits. Rapidement, après confirmation de Alain, on voit qu'après une courte désobstruction, cet aval a l'air très intéressant. Alain commence à taper à la massette sur le passage étroit et… moins d'une heure plus tard, ça passe! La grotte continue toujours sur la même faille et il y a un peu partout des blocs instables. Malgré ça, nous parvenons à descendre une vingtaine de mètres avant de s'arrêter sur un ressaut infranchissable sans une corde d'environ 6m. Une deuxième branche est aussi aperçue. On reviendra demain pour topographier. En remontant, on rajoute un fractionnement au premier puits du trou.
Dehors: brouillard! La nuit tombe et on se dépêche de rentrer au chalet (TPST ~7h).

Dimanche 29 août 2004
Météo: Pluie
Participants: Alain et François

Contre toute attente, il a plu pendant la nuit. Quand on se réveille, vers 10h, il pleut encore de façon intermittente. C'est très bête parce qu'on avait laissé notre matériel de progression, combinaison et même la sous-combinaison d'Alain étalés sur les rochers. La pluie s'arrêtant un peu, on se rend à Eta14 pour constater les dégâts, munis de combi de rechange. Effectivement, l'expédition dans Eta14 est impossible avec le matériel complètement trempé. On renonce à aller à Eta14, le laissant avec un peu de matériel en bas du P80:
à Chevillère de 30m + corde de 12m
La corde de 12m pourra servir à sécuriser le passage en plan incliné juste avant le puits shuntable. Un surplus de matériel est également resté dans Xi2 (à côté d'Eta14):
à Kit bleu contenant une corde de 29m en Ø10.5mm
A Eta14, on a spitté le 1er puits, mais il faut prendre un maillon rapide pour équiper le fractionnement.
Ne pouvant descendre dans Eta14, on se rend à J/Psi1 (Rambolinohöhle). Malheureusement, on a oublié que la chevillère était au fond d'Eta14 et on n'en a pas d'autre. C'est plus court d'aller en chercher une autre au chalet. Alain se charge donc du matériel trempé pour le ramener au chalet alors que François bourre l'autre sac avec le matos de progression pour J/Psi1.
1h50 plus tard, on se retrouve à J/Psi1 qui est à 300m de distance des edelweiss (près de la grotte aux inscriptions, sentier du haut). Il y a une entrée assez étroite (mais moins pire que celle du jour précédent pour accéder à la suite d'Eta14). La galerie s'enfonce à contrepente dans la montagne sous forme de méandre sur faille avec une bonne pente moyenne de 20grades. Certains ressauts sont un peu techniques, mais tout à fait acceptables.
On fait la topo jusqu'au puits de ~6m et pendant que François dessine, Alain plante un premier spit. Un deuxième spit est placé à l'aplomb du puits. En bas, c'est la surprise: la suite donne sur un puits d'en tout cas 60m. Les blocs rebondissent pendant 16 secondes avant de terminer par une belle verticale d'au moins 20m. Un bloc en équilibre en haut du puits ne veut pas descendre. Il faudra revenir avec une charge plaquée. On ressort. TPST 2h.
Il commence à pleuvoir pendant le trajet du retour et c'est sous une pluie battante qu'on arrive au chalet vers les 20h. On quitte le chalet à 21h.
A noter qu'on a laissé une massette et un burin dans une fissure de lapiaz juste à côté de l'entrée de J/Psi1. Prévoir des amarrages, une corde de 80m et du plastex pour les prochaines fois. Il y a une corde de 15m en place dans le P6. Prendre également un marteau et un tamponoir. 

Week-end du Jeûne 2004

Vendredi 17 septembre 2004. 
Météo: Soleil
Participants: François, Pascal et Marie 

Montée pénible sous de grosses charges (30m de corde mouillée, perceuse à accus) et pause à Mittel Stafel pour prendre lait, crème et fromage. Vers 15h nous atteignons J/Psi1. Pascal teste l'entrée et passe sans réelle difficulté. Mais c'est au plastex que Marie accepte de rejoindre les profondeurs de la terre. L'élargissement de l'entrée, complétée au marteau et burin, occupe une bonne partie de l'après-midi et nous ne visiterons que l'amont du P6, admirant au passage les marbrures de la cavité.
Nous abandonnons nos affaires sur place et rentrons par le haut du lapiaz. Nous ne trouvons aucun trou, mais localisons le coin de zone pour la topo du lendemain.
Fait remarquable: seul un petit nuage est venu perturber le soleil implacable qui baigne le massif.

Samedi 18 septembre 2004. 
Météo: Soleil et très chaud.
Participants: François, Pascal et Marie 

Réveil tranquille sous un soleil de plomb. Une petite brise vient rafraîchir l'ambiance.
Nous retournons donc à J/Psi1. Nous descendons tous les trois au pied du P6 et regardons François décoincer un bloc menaçant. Une fois libéré, celui-ci dévale le précipice… Nous l'entendons rebondir plusieurs fois puis glisser le long d'un probable plan incliné. Au total, nous suivons son cheminement de l'oreille pendant plus de 17 secondes!!!
Attiré par le vide, François se lance à l'équipement du haut du puits alors que Marie et Pascal terminent la topo jusqu'au sommet de l'abîme. Petite déception, le P6 est en fait un P4.93m…
Après avoir installé son premier spit au tamponoir, François se lance dans le vide. Il installe 5 fractionnements et 1 déviateur et descend de 45-50 mètres jusqu'à un mini palier à l'abri des cailloux. Et dessous, ça continue, naturellement. 
Matos laissé dans le trou (en haut du P5):
à Au fond,reste 10m de corde inutilisés (sur les 74m)
à Matos personnel intégral (sauf calebombe) 
+ Marteau + Tamponoir + Buri à François.
Pendant ce temps, Marie et Pascal s'occupent de la topo de surface depuis le coin de zone Omega/Lambda/Delta/J-Psi. Dès le retour de François, nous faisons route sur Rhô1. En chemin, nous trouvons deux trous sur une même fissure (728103/213063) d'une profondeur de quelques 6m. 
Il faudra y descendre pour s'assurer qu'ils ne continuent pas. Ils sont en zone e. Nous rentrons tout naturellement par le Schwarzkopf de nuit.

Dimanche 19 septembre 2004
Météo: Soleil
Participants: François, Pascal et Marie

On va dans Phi3 refaire la topo de Viviane: il n'y a plus de neige dans le trou! Arrêt sur puits à équiper (~6m). Petite visite et traversée dans Rhô1 tout proche. Quelques croix dans la région.

Deux jours à Geissbachhöhle

Mercredi 29 septembre 2004. 
Météo: Soleil, orage et finalement pluie.
Participants: Julien Oppliger (SCI) et François.

Nous allons à Ennenda en train. Arrivée vers 10h pour prendre le télésiège qu'on a réservé par téléphone. Très rapidement on est à la grotte après avoir laissé nos affaires dans la grange toute proche. Menu du jour: présentation des lieux à Julien, photos et suite de la topographie.
Nous ressortons de nuit, il pleuvine et nous sommes dans le brouillard. Retour à la grange où nous nous faisons à manger et dormons. Jeudi 30 septembre 2004.
Météo: Soleil.
Participants: Julien O. et François.

Suite de la topo et photos pour Julien. On découvre Petzi: un superbe crâne d'ours brun en parfait état dans une coulée de boue sous un gros caillou.
On redescend à pied en 1h15 et rentrons en train.

Week-end du 23 et 24 octobre 2004

Samedi 23 octobre 2004
Météo: Soleil
Participants: Eric Weber (SCJ) et François. 

Partis de Bienne (où je rejoins Eric), nous allons en voiture jusqu'au restaurant Fronalp. Montée au chalet sous le soleil, arrivée à 11h00.
Nous montons tout d'abord à J/Psi1 pour récupérer le matos de François en haut du grand puits, puis nous descendons à Et114. Equipement complet et c'est parti pour topographier le fond reconnu en août avec Alain.
Nous passons de nombreuses heures à topographier la "première" du mois d'août avant d'arriver à un P6 inconnu. Nous le descendons rapidement: méandre amont-aval. L'amont monte beaucoup et se termine à la base d'une cheminée qu'il faudrait escalader. L'aval, étroit, queute rapidement. On remonte et rentre au chalet.

Dimanche 24 octobre 2004
Météo: Soleil
Participants: Eric Weber (SCJ) et François.

Retour au fond de Eta14. On constate que Eric a oublié la boussole et le clisimètre. Grrr! A la place, on équipe et visite une autre branche du gouffre repérée la veille juste avant le P6. Hélas, après un petit puits nous sommes arrêtés sur une galerie très étroite. Il faudrait la désobstruer car il y a du courant d'air et ça résonne "grand" plus loin…
On retourne au chalet que l'on range avant de retourner à Neuchâtel vers 23h.
Matériel laissé dans Ji/Psi1:
à 1 massette, 1 burin et 6 maillons rapides

Samedi 30 octobre 2004
Météo: Soleil
Participants: Pascal et François

Aller et retour à Geissbachhöhle en 1 jour!
Suite de la topo. Nous topographions l'amont éboulé de la rivière et je fais 20m de première tout à l'amont. Pour continuer, il faudrait désobstruer. Pascal admire Petzi et fait des photos. Descente le soir à pied.

Toutes les activités 2004 du club

Cliquez ici pour atteindre la page des activités 2004 on-line.

Calendrier

Cliquez ici pour atteindre la page du calendrier 2005.

Impressum:

Rédaction/mise en page/Dactylographie des cahiers du Sivellen: Alain
Photocopies/agrafage: Alain
Articles: Alain, Miguel, Ralf et Catherine.
Dessins, photos et infographie: Alain, François, Laurent et Catherine. Petzi est édité par Casterman.
Validation de l'article sur le torrent: Pascal H.
Mise sous pli, adresses et badges: Alain et Adriana
Tirage papier: 50 exemplaires
Version Web: Alain


Mise en ligne: 21.07.2005.
Cette page fait partie du site Troglolog, sur http://speleo.webne.ch/troglolog