Activités du club Troglolog!

Actuellement, le site affiche les 130 plus récentes activités

Lundi 08.01.2018 - Dombresson - Source du Torrent en crue, Laurent P, Nathalie.D (5 photos)
Quelques photos de la source du Torrent en crue
(par Laurent P)
Dimanche 20.08.2017 - Touki Trou, Pierre-Yves Jeannin, Laure-Anne, Flavia et Eliane
Les étudiantes en hydrogéologie sont toujours motivées et j'organise donc une sortie avec un peu plus de verticale. A quatre et avec chacun un équipement complet, la visite de la cavité se déroule sans problème, bien qu'il s'agisse d'une pure initiation pour une des filles. L'une était un peu stressée dans une traversée un peu large au-dessus d'un vide, une autre pas 100 % à l'aise dans le boyau d'accès à la salle terminale, mais toutes ont surmonté leurs peurs et tout s'est très bien passé, mais pas le moindre natel ou appareil de photo pour garder un souvenir imagé. En sortant nous lavons le matos dans le ruisseau puis buvons encore un verre sur le chemin du retour.
(par Pierre-Yves J)
Vendredi 19.05.2017 - Grotte des Cavottes (Doubs, France), Pierre-Yves Jeannin, Cécile Vuilleumier, Alizée Cardinal, Laure-Anne Thierrin et (3 photos)
7 étudiants en hydrogéologie de l'Université de Neuchâtel sont intéressés par une sortie spéléo. On avait déjà fait une sortie à Môtiers fin 2016, l'idée est de faire une grotte un peu moins sale et un brin plus technique. La météo est plutôt déplorable ce jour là, ce qui nous incite à ne pas traîner pour nous équiper. Nous descendons dans la doline et nous déambulons dans les petits couloirs d'entrée jusqu'à la première salle (Salle du Chaos). Là, il nous faut un moment pour trouver le chemin car je suis le seul à être déjà venu, mais c'était il y a environ 30 ans! On finit par trouver le passage par la fissure de gauche dans la salle et on arrive au sommet du premier puits. Comme nous ne disposons pas d'équipements pour chacun, c'est un peu long de se passer les matériels, mais ça fonctionne pas si mal. Nous poursuivons jusqu'au 2ième puits (R7) et recommençons notre manège. Lorsque tout le monde est en bas, il est largement l'heure de manger! Nous pique-niquons et prenons quelques photos. Nous poursuivons ensuite la visite dans la Galerie nord, jusqu'à l'extrémité d'une grande Salle remontante. Il s'agit probablement de "L'ex-Salle terminale". Vu le volume de la salle et notre équipement photo, les images sont assez sombres, mais elles reflètent finalement assez bien le sentiment qu'on a dans une grande salle... La remontée fut finalement passablement plus rapide que la descente et nous arrivons à Neuchâtel à une heure encore tout à fait respectable.
(par Pierre-Yves J)
Jeudi 12.01.2017 - Baume de Longeaigue, Pierre-Yves Jeannin, Alizée Cardinal, Laure-Anne Thierrin (1 photos)
Le but de la sortie est à la fois de faire sortie spéléo un peu plus costaud que Môtiers avec Alizée et Laure-Anne, et aussi de faire différentes observation en vue de pouvoir enfin publier la topographie de la cavité qui est faite depuis 20 ans, ainsi qu'un texte descriptif. Par une magnifique journée ensoleillée, nous nous grimpons la pente jusqu'à l'entrée supérieure et nous enfilons au frais sans tarder. Nous équipons les petits puits supérieurs, Nous arrivons relativement rapidement dans la Salle à Manger. Comme il est un peu tôt pour manger, nous allons en direction de la Main, où nous inspectons cette partie, en particulier le bouchon à l'extrémité de la main, qui exhale bon courant d'air. Il faudrait quand même une fois essayer de creuser... Nous inspectons le couloir descendant vers le Puits de la Perche et remontons à la Salle à Manger. Cette fois, il est l'heure de manger! Remplis d'énergie, nous partons en direction de la Grande Salle, puis descendons jusqu'à la Salle des Génies, en posant quelques cordes d'assurage le long du chemin. Nous partons ensuite dans le Passage des Allumettes où, après quelques hésitations, nous parvenons à atteindre le Puits de la Perche. Nous l'équipons en rappel de corde et descendons. Nous cheminons rapidement jusqu'au lac que nous passons "à la dure", c'est-à-dire en se mouillant. Quelques cris et soupirs plus loin, nous voyons le jour, mais il reste à équiper la Marmite à la descente, ce qui nous laisse un peu de temps pour nous refroidir, puis il faut remonter la marmite côté sortie, ce qui est plutôt amusant. Nous voilà donc dehors, à nouveau au chaud et bien contents de notre sortie qui a quand même duré environ 6 heures.
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 11.12.2016 - Forêt des Cornées, Cécile Vuilleumier, Pierre-Yves J (5 photos)
Nous allons (enfin) voir les trous souffleurs repérés l’hiver passé et si possible descendre quelques-uns des gouffres de la région. Nous marchons depuis le contour de la route et remontons le vallon en passant par le gouffre des Ecolos. Nous posons nos affaires à côté du gouffre de la Chevillière et rayonnons. Pierre-Yves recherche la souche souffleuse repérée en mars 2016. Il est évident que les bûcherons ont travaillé récemment dans ce secteur et il semble que la souche ait été basculée. On creuse un moment à cet endroit, mais après environ 1 h, la fissure semble plutôt bouchée par de la terre. On abandonne ici. On entreprend ensuite l’élargissement de quelques fissures moussues situées dans la dalle calcaire qui monte en direction des gouffres Moussu et des Chiroptères. Il y a un réseau de petits vides situés à environ 1 m de profondeur, très corrodés et plus ou moins interconnectés. Le fond de ces chenaux est noir et formé de terre molle. Il semble que ce petit réseau soit perché sur une couche calcaire (probablement un peu marneuse), mais rien n’indique que des fissures descendent réellement plus bas. Après avoir inspectés 3 trous, nous décidons de pique-niquer et d’aller ensuite visiter les cavités connues. Nous commençons par le gouffre de la Chevillière que nous équipons avec un joli « Y » entre deux arbres. Il s’agit d’un puits très vertical de 17 mètres de profondeur. Le sol et jonché de blocs et e branches et deux plans inclinés pourraient donner accès à une suite éventuelle. Le plus simple serait de faire un bon palan et de vider le fond du gouffre. Au passage nous observons une chauve-souris, ce qui pourrait indiquer que la cavité est plutôt tempérée, donc ventilée vers le haut en hiver. Nous allons ensuite au gouffre Moussu où la situation est très similaire : puits vertical (9.5 m), sol de blocs et branches, chauve-souris. De retour à la maison, je constate que nous avons cherché certains des trous souffleurs au mauvais endroit. Il faudra donc retourner ! Nous levons les deux topos, prenons quelques photos et plions bagage.
(par Pierre-Yves J)
Jeudi 09.06.2016 - Grotte de Môtiers, Pierre-Yves, Cécile Vuilleumier, Urs Eichenberger et 10 étudiants
Comme au bon vieux temps de la SSS, nous avons organisé un stage à Môtiers! Le stage s'adressait aux doctorants des universités romandes (y.c. Berne) et traitait de l'hydrogéologie du karst. 10 participants se sont annoncés et le programme fut intense. Après une introduction en salle de 2 heures sur le karst, nous partons pour la grotte! Grâce à l'aide de Cécile, nous avons pu organiser deux injections de traceur, l'un à l'extrémité de la 2ième galerie, l'autre dans la cave. Le niveau était élevé et nous n'avons pas pu aller jusqu'au Bourbier. Les traceurs sont ressortis après environ 30 à 60 minutes, mais les courbes ne sont pas encore dessinées... Nous verrons le détail prochainement. Nous avons aussi tous ensemble travailler à délimiter le bassin d'alimentation de la Sourde et avons effectué un jaugeage (mesure du débit) de cette source. Les étudiants étaient motivés et je crois vraiment contents à la fin du cours. Désolé, je n'ai pas de photos!
(par Pierre-Yves J)
Samedi 04.06.2016 - Champignonières d'Avenches, Pierre-Yves, Pierre et un dizaine de membres du SCVN-D (2 photos)
Le Spéléo-club du Vignoble Neuchâtelois, dont je fais également partie, a organisé une sortie spéléo tranquille, avec grillades à la clé. Nous sommes donc allés voir ces galeries dont la taille est parfois surprenante (salles de 20 à 30 m de diamètre). Il y a au-moins une dizaine de galeries, mais certaines sont déjà complètement effondrées. C'est peu stable! Nous faisons aussi un petit exercice topo et mon fils Pierre dessine sa première topo dans l'une de ces galeries (résultat joint).
(par Pierre-Yves J)
Vendredi 20.05.2016 - Grotte d'Anjeau (Gard, France), Maric H, Alex H. (8 photos)
Lors de nos vacances entre l'Hérault et le Gard, nous avons fait une randonnée depuis les Gorges de la Vis, pour rejoindre le Pic d'Anjeau. Sur la carte, une grotte était signalée avec une étoile et les panneaux indicateurs conduisaient à cette cavité et non au sommet proche! Intrigués, nous avons fait un détour et n'avons pas été déçus. Cette cavité commence par un immense porche perdu dans la forêt. Une pente mène à une première salle, puis un barrage de concrétion forme une porte (env.3x15 mètres) qui donne dans une deuxième salle. Le concrétionnement massif orne les lieux et permet d'escalader en 2 endroits jusqu'au plafond. Nous avons pu constater les progrès des APN: vu la taille de la cavité et nos maigres éclairages, nous sommes contents des performances de notre Olympus.
(par Maric H)
Samedi 14.05.2016 - Creux Peugier (Doubs, F), Pierre-Yves J,, Cécile Vuilleumier, Pierre Uccelli, Gislaine Maccabeh, Bernard H (12 photos)
Visite de cette petite cavité sympathique de France voisine. Un joli et vaste P21 marque l'entrée de la cavité (d'ailleurs mal placée sur la carte nationale française, cf figure). Suit un galerie avec passages bas, salles et concrétions jusqu'à un petit puits. Celui-ci a la particularité d'être en fait une salle d'environ 15 m de diamètre, dont le fond est entièrement occupé par un lac. Nous devons donc atterrir dans un canot, traverser le lac et remonter sur corde de l'autre côté. C'est amusant et plutôt joli. Suit une galerie remontante parcourue par une grande coulée de calcite. On décide de croquer une morse avant de traverser un nouveau lac où on se mouille jusqu'au ventre. La galerie remonte encore, assez concrétionnée et, après un petit ressaut, finit par être entièrement obstruée par la coulée de calcite. C'est une ancienne galerie phréatique de grande dimension et nulle doute qu'elle doit se poursuivre après le bouchon calcitique... Pierre en a profité pour améliorer certains équipements et Bernard pour paufiner sa technique de passage de fractionnements. Après 5 h sous terre, on est tous heureux de revoir les vaches, le soleil et la pluie (qui alternent, la seconde prenant l'avantage sur le premier). Merci à Pierre et Gislaine pour l'organisation.
(par Pierre-Yves J)
Mercredi 27.04.2016 - Grotte de Milandre, Pierre-Yves J, Cécile Vuilleumier et deux journalistes
Une journaliste et un photographe désirent faire un reportage sur le karst en Suisse et les outils développés par l'ISSKA pour sa gestion. Nous les accompagnons donc à Milandre pour qu'ils voient de leurs propres yeux les eaux souterraines karstiques. Arrivés sur place, nous nous rendons compte que la rivière est bien en crue (300 L/s à l'amont, alors qu'il y a 20 L/s en étiage!). La ballade est très réussie, avec une bonne ambiance de rivière souterraine... Nous allons jusqu'à la Grande Cascade où nous prenons quelques photos sous le bouillon, c'est rafraîchissant. On prend encore quelques photos à l'extérieur où Praezis (Ph. Häuselmann) et Pierre Meury font des mesures de CO2 de l'air du sol. Nous finissons par quelques photos des sources. On verra bien dans le prochain Geo (version CH-allemande) ce que ça donnera!
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 24.04.2016 - Grotte de Chez-le_Brandt et Cornées, Pierre-Yves J, Pierre J. (3 photos)
Par un temps très variable (de neige à grand soleil), nous allons dans la grotte de Vers-Chez-le-Brandt pour y faire quelques mesures et test avec la caméra thermique de l'ISSKA. Le but est double, montrer que les températures dans les grottes profondes sont très uniformes (en gros qu'on en voit aucun contraste thermiques) et montrer que les grottes peu profondes présentent des contrastes thermiques mesurables avec un caméra thermique. Au passage nous profitons pour faire des photos de la galerie en vue d'un levé 3D par photogrammétrie de la cavité. Les photos sont loupée pour la plupart, car dans cette grande galerie, l'éclairage est insuffisant. Le levés thermiques sont un peu plus concluants: la zone profonde produit effectivement des images thermiques uniformes, indiquant que les écarts de températures entre les parois, le sol et le plafond sont clairement inférieures au 1/10e de degrés. Dans la galerie latérale où se trouve le sismographe, on relève une zone froide au niveau de la galerie principale (vers -20 m), une zone plus chaude entre -15 et -9 m, et une zone plus froide dans les cheminées qui remontent à env. 4 m sous la surface. Nous visitons la grotte jusqu'au fond. Après un petit pique-nique sous la neige, nous allons chercher la dernière cavité que nous n'avons pas encore retrouvée dans la forêt des Cornées (Baume à Cavegnac). Nous la trouvons assez facilement et levons une topo de surface passant aussi par la Cuisine à Constant Guye. Nous avons ainsi pu resituer toutes les cavités de la cette forêt. Nous sommes prêts à aller les visiter avec l'arrivée du printemps...
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 10.04.2016 - Grotte de Treyvaux (Bôle), Pierre-Yves J, Pierre J., Emmanuel J., Marie J.
La grotte de Treyvaux a servi de but à une excursion dominicale en famille. Le but était de voir si cette grotte pourrait servir de site de comparaison d'un point de vu climatique à la grotte de Lascaux. Je cherche donc une salle avec une faible couverture rocheuse (moins de 7 m). La grotte est vaste, présente un beau plafond bien plat, mais la falaise qui la surmonte est trop haute, donc la couverture de roche trop épaisse. En plus, la salle est vraiment un peu trop près de l'extérieur. Nous profitons pour admirer quelques moisissures spectaculaires sur les déjections des différents mammifères ayant utilisé la grotte pour passer l'hiver... Au passage j'ai pu ajuster les coordonnées qui ne sont pas très exactes dans le Gigon. Les coordonnées correctes sont: 553'911 / 201'894 / 529 m. Pour accéder, il faut descendre après l'extrémité ouest de la propriété de "La Tourelle". La cavité se développe dans l'Urgonien jaune et ne présente a priori plus les déchets que signale Gigon (1976). La topo présentée dans le livre est tout à fait correcte.
(par Pierre-Yves J)
Vendredi 25.03.2016 - Milandre, Pierre-Yves J, Cécile Vuilleumier (4 photos)
L'objectif du jour est de tenter de topographier un étage intermédiaire, boueux et humide, situé entre la galerie fossile de l'aval de Milandre et la rivière souterraine alimentant la Bâme. Nous devons aussi aller récupérer une sonde de pression dans la rivière souterraine, un peu en amont du point où on y descend. Nous démarrons la topo depuis la salle sombre et boueuse du début de la partie touristique. D'abord, nous allons vite observer quelques trous latéraux dans le toboggan de boue qui descend au fond de la-dite salle (zone appelée aussi Curling). En ne se mouillant presque pas, mais en se tapissant de boue, nous descendons jusqu'à la rivière de la Bâme et remarquons quelques orifices latéraux par où l'eau déborde en crue. Après cette escapade, notre tenue de camouflage est parfaite pour commencer la topo: aucune différence entre le sol boueux et nos combis. Après 13 points topos, nous devons nous avouer vaincus, le courant d'air passe, mais les 30 cm d'eau et 15 cm d'air qui le surmontent nous incitent à attendre l'été pour poursuivre la topo... Nous décidons donc d'aller à l'autre bout de la galerie pour revenir dans la direction de ce maudit lac par l'autre côté. Nous allons donc à la trappe et après une petite visite d'une partie de la rivière que nous n'avions pas encore vue, nous attaquons la topo. Il nous faut attendre 11 points topo avant de buter sur... 1 lac avec 30 cm d'eau et 15 cm d'air! Visiblement ce n'est pas le même... il nous restera donc un bout de topo à faire dans cette galerie! Nous allons ensuite récupérer la sonde dans la rivière principale. Cécile remarque que la sonde est complètement recouverte de calcite (environ 1/2 mm) qui s'est déposée pendant les 12 derniers mois. Nous inspectons encore quelques passages et imaginons différentes idées sur le dépôt de boue dans les galeries de Milandre... A la sortie, nous troublons l'Allaine (fraîche!) en y nettoyant notre matériel!
(par Pierre-Yves J)
Samedi 19.03.2016 - Gouffre des Rutelins, Pierre-Yves J, Eve Chédel (SVT), Marc Boillat (SCVN-D) et Antoine Ducommun (SCVN (2 photos)
Il est envisagé de publier un article dans Stalactite sur le gouffre, donc il serait bien de compléter au moins quelques éléments de la topo. C'est à deux équipes que nous descendons dans la région de la Cathédrale. Marc et moi topographions la descente de la parois du fond de la Cathédrale, alors que Eve et Antoine partent d'une lucarne située au départ de la galerie du Sablier et descendant en parallèle encore plus loin. Comme nous avons terminé avant eux, nous partons encore faire la topo de la "Voie lente" le long de la galerie principale. Nous leur laissons un mot au bas du puits. Après notre topo, nous ne les trouvons pas et pensons qu'ils sont peut-être remontés, bizarre de n'avoir donné aucun signe. Nous remontons et effectivement les trouvons dehors étendus au soleil! En fait ils n'avaient pas vu notre mot et avaient trouvé bizarre que nous soyons remontés sans leur laisser un mot... La prochaine fois, nous placerons une lampe allumée à côté de notre mot! Au bilan, la Cathédrale est maintenant assez bien topographiée et nous avons pu nous coordonner pour rassembler au mieux les éléments de topo existants.
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 13.03.2016 - Forêt des Cornées, Pierre-Yves J,, Pierre J. (2 photos)
L'hiver très tardif, nous avait laisser penser que les conditions ne seraient pas favorables cette années pour rechercher des trous souffleurs dans la neige... Et pourtant, le 13 mars il semble que le froid (environ -2°C) et la couche de neige (env. 80 cm) soient suffisants... Nous prenons donc nos raquettes et partons à la chasse aux courants d'air. Nous montons dans le secteur du gouffre de la Chevillère et, surprise, nous découvrons toute une série de trous souffleurs... Nous les photographions un à un (p.ex. photo 1) et les localisons par une topo de surface qui devrait nous permettre de les retrouver au printemps... Un peu congelés, nous poursuivons par la région de la Baume du Chenal où nous voyons également un ou deux trous dans la neige. Nous redescendons ensuite en passant par le gouffre du Piqueur, bien connu pour son trou souffleur, qui n'est en fait guère plus grand que ceux que nous avons découverts aujourd'hui (photo 2)! Nous revenons donc satisfaits de notre ballade. Suite au printemps!
(par Pierre-Yves J)
Samedi 20.02.2016 - Touki-Trou, Jacques, Cécile Vuilleumier (SCNV), Sabrina Joye (SCJ) (4 photos)
Visite. Très joli trou. Les parois semblent souvent creusées dans du conglomérat de beau calcaire beige, la roche étant très "pétée". Au ressaut dans le boyau de la Désolation, la roche est très poreuse et friable, presque comme de la cornieule. Beau miroir de faille SO-NE avant la Vire. Même impression de saccharoïdisme (!) au fond des puits sous la Vire (càd la roche ressemble à une empilée de morceaux de sucre). Trois chauves-souris en hibernation dans les puits. Visite du fond reportée pour une partie de l'équipe, car j'ai pris par erreur une vieille PVC taille 3 au lieu de 4 et ça aide pas du tout dans l'étroit. Beaucoup de fossiles, concrétions en cerveaux en bas de la Vire (photo). À refaire en regardant la géol de plus près. À la sortie, petit secours pour aller chercher une clef de plombier: lors du déséquipement, un des mousquetons refusa de se laisser dévisser. Il sera puni en finissant à la poubelle. Toutes les photos sont de Sabrina.
(par Jacques F)
Dimanche 14.02.2016 - Source de l'Areuse, Môtiers: observations hydrologiques, Jacques, Cécile Vuilleumier (SCNV)
La sortie topo à Milandre prévue pour aujourd'hui ayant été annulée, nous profitons d'aller estimer voir ces deux sources en crue. À la source de l'Areuse (14.2 m3/sec à 17h30 selon l'OFEV), pas de nouvelle découverte d'artifacts des Rutelins autour de la source. À Môtiers, estimation des débits par mesure des dimensions et de la vitesse de l'eau: petites source le long du chemin vers la Sourde en direction de la cascade: 4 LPS; la Sourde: < 2800 LPS (probablement surestimé la profondeur et la vitesse, mais la largeur a été prise au disto); Bied de la Pouetta Raisse: env. 100 LPS; Ruisseau de Riau (à la Cascade: 100-150 LPS. Sinon, à la Sourde, seule la Petite Grotte coule, et la source la plus occidentale au bord du Bied. À la Cascade, seule la source inférieure coule, l'eau dans le Puits sous le sentiers et plus de 2m plus bas que le seuil. Au Triangle le niveau était de +12m à ce moment (18h30) - juste en dessous du débordement.
(par Jacques F)
Mercredi 10.02.2016 - Lascaux, Pierre-Yves J et Sandrine Géraud (DRAC)
Après deux jours de discussions intensives sur des méthodes d'observation de la grotte de Lascaux, je peux passer 20 minutes dans la Salle des Taureaux pour y faire des observations ciblées en relation avec notre projet.
(par Pierre-Yves J)
Samedi 06.02.2016 - Rencontre d'hiver SSS (Berne), Pierre-Yves J,, Maric Hof et plein d'autres!
Après le rencontre administrative du matin (présidents des clubs de la SSS), l'après-midi est consacré à une série d'exposés sur l'atmosphère et le climat des grottes. J'y présente les observations faites par l'ISSKA sur le CO2 dans la grotte de Milandre. D'autres exposés parlent de radons, de méthane, de ventilation, etc. Le soir, une série d'exposés d'explorations sont présentés. On y parle du Tropfloch (SIebenhengste) que Maric et sa famille retopographient...
(par Pierre-Yves J)
Samedi 30.01.2016 - Wäggital, positionnement UGPS, Pierre-Yves J,, Pierre J. + 9 personnes de l'OGH (5 photos)
Nous montons en raquettes à la cabane de la Lufthütte le vendredi soir. Nous arrivons vers 23h00 et Pierre ne demande pas son reste pour aller se coucher. La Lufthütte est une cabane particulière puisque la grotte du même nom s'ouvre à l'intérieur même de la cabane! En fait les paysans avaient construit la cabane sur le trou souffleur qu'ils utilisaient comme frigo naturel pour conserver le fromage. C'est donc à cause de la grotte que la cabane s'appelle ainsi (Luft = courant d'air). Le samedi matin, les spéléos de l'OGH se répartissent en trois équipes pour aller dans la grotte et l'une d'elles emporte l'émetteur ainsi qu'une radio Nicolas.Nous fixons un rendez-vous téléphonique à 13h00, ce qui nous laisse le temps d'aller faire une ballade en raquettes à la recherche de trous souffleurs au-dessus de la cabane. Nous en trouvons d'ailleurs deux beaux et faisons quelques photos. Il fait nettement plus froid que nous l'avions pensé (-5°C au lieu des +5°C annoncés) ce qui nous incite à ne pas trop traîner sans bouger... Nous repassons à la cabane et descendons à notre point de rendez-vous. A peine la radio allumée, avant même l'heure du rendez-vous, nous établissons la communication. Tout est en place et nous pouvons commencer le travail de localisation dans la grande clairière en assez forte pente où le dessin de la topo indique que l'extrémité de la grotte doit se trouver. Très vite nous repérons l signal, mais il nous faut un bon moment pour aller dans la bonne direction (il y a toujours deux possibilités, il suffit de choisir la bonne!). Après environ 1h de recherches, on arrive à une localisation très précise (à environ 1 m près) avec une mesure de distance de 45 mètres. Il est toujours marrant de se dire que nos collègues sont à 45 mètres, mais qu'il leur a fallu 3 h dans la grotte pour arriver à ce point et nous 30 minutes en surface... Nous plantons un repère sur ce point et localisons un second point que nous matérialisons également. L'opération est donc terminées, ils peuvent ressortir! Nous effectuons encore une topo de surface pour relier les points et si possible les localiser sur la carte. Nous pouvons alors redescendre à la voiture et rentrer à la maison. Pierre mettre 1 semaine à s'en remettre, puisqu'il tomba malade dans l'auto en rentrant!
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 10.01.2016 - Forêt des Cornées, Pierre-Yves J, Pierre J (2 photos)
C'est par une jolie pluie battante, tendance neigeuse, que nous partons à la recherche des dernières cavités que nous n'avons pas encore trouvées. Aujourd'hui, nous recherchons le gouffre des Ecolos, de la Chevillière, le gouffre Moussu, le gouffre des Chiroptères, la cuisine à Constant Guye et la Baume à Cavegnac. Après quelques recherches, nous trouvons le gouffre des Ecolos dont les coordonnées publiées sont trop à l'est. Nous montons un ravin au fond du duquel on trouve facilement la Baume de la Chevillière. Le puits est visible sur les modèles numériques de terrain, ce qui nous permet de le positionner avec précision. De là nous cherchons le gouffre Moussu et celui des Chiroptères distant d'à peine 10 m. Nous faisons une topo de surface depuis le gouffre de la Chevillière passant par ces deux gouffres et montant jusqu'à un chemin pour se raccorder. Au passage nous trouvons un petit trou souffleur. Après cette topo, nous sommes un trempés et redescendons par le ravin de la Cuisine à Constant Guye, cavité que nous trouvons facilement. Par contre, il faudra revenir pour une topo de surface et trouver la Baume à Cavegnac. Au retour nous recherchons le banc à nérinées (= limite Portlandien-Kimméridgien), mais nous ne l'avons toujours pas trouvé! Au retour nous constatons que deux lacs se sont formés derrière les Verrières!
(par Pierre-Yves J)
Samedi 02.01.2016 - Forêt des Cornées, Pierre-Yves J, Pierre J, Hector P (1 photos)
Il fait moche et pourtant mon fils propose d'aller se promener dans la forêt des Cornées! Son copain Hector n'est pas en reste et nous partons donc poursuivre nos recherches de cavités. Nous commençons par le Cabri des Cornées, qui est facile à trouver, car visible sur le MNT. Au fur et à mesure qu'on monte dans la forêt, la neige se met à tomber, les enfants sont heureux. Nous trouvons facilement la Baume de Sibérie et les deux Baumes du Chenal. Nous levons une topo de surface pour pouvoir les situer avec certitude. Au passage nous découvrons une fissure qui mériterait désobstruction. Nous redescendons, bien trempés, le chemin lorsque nous constatons un trou en formation au milieu du chemin (coord. approximatives 197'510 / 528'100). Le trou n'est pas gros, on peu y enfoncer un bâton sur environ 1 m... Vu ce trou au milieu du chemin et l'état lamentable de toutes les barrières entourant (plutôt ayant entouré) les cavités), nous allons envisager de contacter la commune pour les informer de le leur responsabilité en cas de chute de personne...
(par Pierre-Yves J)
Mardi 29.12.2015 - Grotte à Farinet, Fully (VS), Alex et Maric Hof (5 photos)
Lors du retour d'une séance de grimpe, Alex croisa 2 jeunes avec des casques sur leur sac, ce qui l'incita à engager la conversation. Il apprend qu'ils ont visité la Grotte à Farinet. Vu les conditions de ce début d'hiver sans neige, voilà un but d'excursion pour le lendemain. Nous montons la route d'accès à Jeur Brûlée jusqu'au virage coté 720m où nous laissons la voiture et prenons un sentier qui passe par dessus Mayen Loton. Après environ 45 minutes de marche, nous repérons un "F" gravé sur un tronc et prenons à droite la sente raide en suivant des points rouges. La grotte, purement tectonique, se développe dans du rocher cristallin. Nous visitons quelques dizaines de mètres de galeries et sommes surpris par la dimension de certaines salles.
(par Maric H)
Lundi 28.12.2015 - Forêt des Cornées, Pierre-Yves J, Pierre J (1 photos)
Aujourd'hui, l'objectif est de vérifier la carte géologique du coin. Les modèles numériques de terrain nous permettent aujourd'hui de voir dans la morphologie détaillée du terrain les couches géologiques les plus compactes et les plus tendres. Or en comparant ces données avec la carte géologique de Mühlethaler 1931, il semble y avoir des incohérences étranges. Nous partons donc à la recherche des affleurements de couches fossilifères documentées sur la carte géologique, en particulier du "Banc à Nérinées", facile à reconnaître. Trois heures plus tard, après avoir recherché sans succès 4 points décrits par le géologue, nous en déduisons que sa carte est pour le moins approximative. La position des informations qui y figures doit considérée avec une incertitude de l'ordre de 250 mètres, ce qui est vraiment beaucoup dans un lapiaz! On comprend aussi les écarts entre les coordonnées des cavités qu'il avait repérées à l'époque et nos déterminations actuelles... En résumé, globalement sa carte est probablement correcte, mais la plupart des indications qui y figurent sont mal situées... Si on veut quelque-chose de correct, il faudra le refaire entièrement! Nous découvrons toutefois une petite cavité peut-être artificielle, à côté de la ferme de Bellevue (Les Bayards). La cavité s'ouvre dans une ancienne carrière.
(par Pierre-Yves J)
Jeudi 24.12.2015 - Forêt des Cornées, Pierre-Yves J, Pierre J, Eve Chédel (SVT) (3 photos)
En attendant la soirée de Noël, nous allons calmer l'impatience de Pierre dans la forêt des Cornées. Nous prenons au passage Eve qui prétend (par email) retrouver les cavités que nous n'avons pas trouvées "les yeux fermés"! Nous commençons par chercher le Cabri des Envers. L'entrée est très dissimulée sous la mousse et les branches, mais il ne faut pas 10 minutes à Eve pour le retrouver et le dégager (voir photo). Les pierres de l'entrée sont dégradées, nous le recouvrons de rondins, mais cette entrée devrait être sécurisée... Au fil de la conversation, Eve nous apprend qu'elle avait rédigé son travail de maturité sur la géomorphologie de la forêt des Cornées. Elles avait parcouru 1 km2 en tous sens et décrit en détail ce qu'elle y voyait. Ce travail mériterait au moins un article dans Cavernes... En attendant, elle nous organisera une copie. Il lui revient pas alors en mémoire qu'elle avait trouvé un petit trou qu'elle avait nommé le Trou du Crapaud. On part à sa recherche et le retrouvons après environ 10 minutes, pas mal après presque 20 ans. Nous reviendrons en faire la topo. Nous passons encore au Trou Reymond et à la Baume du Trésor (photo), puis allons au Piqueur. Là aussi, Eve le retrouve assez facilement, ce qui nous permet de constater que les coordonnées (comme pour la plupart des cavités de cette forêt) sont pour le moins approximatives... Le coucher de soleil est spectaculaire! Joyeux Noël
(par Pierre-Yves J)
Samedi 19.12.2015 - Forêt des Cornées, Pierre-Yves J et son fils Pierre
Frustrés de ne pas avoir trouvé la Baume de Trésor la semaine dernière, nous revenons avec de meilleures cartes et prêts à passer un peu plus de temps à chercher ce trou. Nous voulons aussi aller voir le Creux Piton et forme un énorme cratère sur le modèle numérique de terrain (MNT) et la Baume du Cabri des Envers qui lui est tout proche. Pour gagner du temps, nous prenons nos vélos pour passer d'un point à l'autre. La Baume de Trésor est retrouvée assez facilement. Les coordonnées étaient un peu fausses! Nous situons la cavité avec précision sur le MNT, où l'on distingue l'entrée, et constatons que la barrière entourant l'entrée est complètement détruite. Nous reviendrons pour descendre ce joli puits d'environ 6 m et vérifier s'il ne cacherait pas effectivement un trésor... Nous recherchons le Cabri des Envers, mais sans succès. Il est très probable que la petite entrée soit recouverte de branches et éventuellement d'humus. Le Creux Pitou est une impressionnante doline d'effondrement d'environ 70 m de diamètre pour 15 à 20 m de profondeur. Cette doline fonctionne comme un parfait piège à air froid comme en témoignait l'abondante neige tapissant tout le fond de la doline (30 à 40 cm), alors que tout le pourtour supérieur ne présentait plus aucune trace de neige. Comme il nous restait un peu de temps avant la nuit, nous décidons de retourner chercher la Baume du Piqueur, ayant constaté des coordonnées différentes entre la base de données de la SSS et le Gigon. Hélas, la recherche est tout aussi vaine. Comme pour le Cabri des Envers, il est assez probable que l'entrée ait été recouverte de branche et progressivement d'humus. Vu la taille des traces de pneus des engins qui se promènent par là, il faut espérer que la dalle fermant la cavité est solide!
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 13.12.2015 - Forêt des Cornées, Pierre-Yves J et Pierre (mon fils) (1 photos)
Recherche de 4 gouffres dans la forêt des Cornées et des jolies zones de lapiés forestiers à éventuellement présenter aux étudiants de l'université de Neuchâtel dans le cadre d'un cours sur le karst. Le Trou Reymond est retrouvé assez facilement, les coordonnées ont l'air correctes. La barrière qui encercle l'orifice d'entrée est en très mauvais état et le puits, donné à 6 m par Gigon, semble n'en faire plus que 2 (photo annexée). Il faudrait descendre pour évaluer la situation en détail. Nous n'avons pas vu de poubelles au fond du puits. La baume du Trésor n'a pas été retrouvée, malgré des recherches assez poussées. Il semble que les coordonnées de cette cavité soient éventuellement fausses ou qu'elle ait été rebouchée. Une nouvelle séance de prospection serait nécessaire pour statuer clairement sur le sort de cette cavité. La Baume Barrée est retrouvée facilement et ses coordonnées semblent correctes. Pas de détritus récents visible dans la doline d'entrée, mais il faudrait aller inspecter le fond du puits. La Baume du Piqueur n'a pas été retrouvée. Il est vrai que l'entrée est petite et qu'il reste environ 20 cm de neige dans la forêt, mais j'ai un doute sérieux sur les coordonnées indiquées pour cette cavité. Nous relevons de magnifiques lapiés à différents endroits de cette forêt très spectaculaire. Il serait intéressant une fois de cartographier ce géotope plus en détail.
(par Pierre-Yves J)
Samedi 07.11.2015 - Gorges de Douanne, Pierre-Yves J et le Conseil de l'ISSKA
Aujourd'hui je guidais une excursion pour les membres du Conseil de l'ISSKA. J'y présentais une étude sur les problèmes hydrogéologiques liés au tunnel de Ligerz et de Douanne. Nous avons visité la source de Brunnmühle (au bord du lac), le "Fensterstollen" qui est un exutoire temporaire artificiel de ce système et le Wasserhooliloch qui est une grotte assez importante fonctionnant comme trop-plein principal du système, à l'entrée des gorges de Douanne. Cette grotte peut débit jusqu'à environ 10 m3/s en crue. Ces exutoires drainent tout le flanc de Chasseral. Pour ceux que ça intéresse, des informations sont disponibles sur ce système sur le site www.swisskarst.ch.
(par Pierre-Yves J)
Vendredi 30.10.2015 - Grotte de Milandre (topographie), Pierre-Yves J, Cécile Vuilleumier (SCNV) (1 photos)
Il nous restait à topographier l'aval de la rivière de Milandre pour jonctionner avec la topographie du 1ier octobre (siphon). Nous avions aussi l'ambition de faire un double mini essai de traçage pour tester l'endroit où la rivière de la grotte se perd partiellement vers la source de La Font (exutoire annexe du système de Milandre). Nous voulions aussi mesurer le débit de la rivière. Comme d'habitude, j'ai oublié la clé de la grotte à l'ISSKA, ce qui nous oblige à faire demi-tour et à perdre bêtement 45 minutes. Ouf, on l'a remarqué avant d'arriver sur place... Nous fonçons donc jusqu'à la rivière est descendons celle-ci jusqu'au terminus de la topo du mois de janvier. Nous descendons un gros bloc, une petite cascade, un bout de galerie et arrivons déjà au point dit "Cascatelle" où la topographie du 1ier octobre s'était arrêtée. Il a suffit de 31 m de topo! Ceci nous a donc permis de passer un peu de temps à mener nos investigations hydogréologiques (mesure de débit et traçages). Nous découvrons à cette occasion le point exacte (boyau) où la rivière se perd partiellement pour atteindre la source de La Font. Nous sommes donc très contents de notre journée, car nous comprenons de mieux en mieux comment les eaux s'écoulent dans la partie aval de la grotte. Autre suspens à l'issue de cette journée: comment ferme la boucle topo? Il y a un problème: les points topo sont dans l'eau, donc ils s'effacent. on a donc utilisé des anneaux en métal scellés dans la roche dans les années 1960, mais qui sont magnétiques, donc que l'on doit viser en visée inverse, mais il y a deux anneaux très similaires.... Heureusement, Cécile avait bien noté et même filmé en vidéo (Gopro) les lieux, ce qui me permet de démêler l'écheveau. Conclusion: la topo joue au poil; l'erreur est inférieure à 2 m sur une boucle de plus de 400 m et elle est particulièrement faible en z (0.4 m). Le distoX est donc un instrument très efficace et je suis très soulagé de ne pas devoir refaire des bouts de cette topo! Au retour Pierre-Yves profite de passer un peu de temps à dessiner le plan de la partie touristique de la grotte.
(par Pierre-Yves J)
Samedi 17.10.2015 - Rencontres d'Octobre (FFS), Lac de Chalain, Pierre-Yves J, quelques suisses et beaucoup de français (env. 50 pers en tout)
J'avais le choix entre le rencontre d'automne de la SSS (plutôt administrative) et une journée scientifique (rencontres d'Octobre organisées chaque année quelque part en France). J'ai opté pour Chalain, car le thème "CO2" me semblait particulièrement intéressant et que la réunion n'était pas trop éloignée de chez nous! J'y ai présenté nos connaissances sur le CO2 à Milandre (dans la grotte et dans les sols). J'y ai entendu plusieurs communications intéressantes sur des mesures dans différentes grottes de France, et aussi sur quelques aspects théoriques des gaz dans l'air des grottes.
(par Pierre-Yves J)
Samedi 17.10.2015 - Grotte du Taubenloch, Roland G, Alex R et plein d'autres spéléos (9 photos)
Grotte du Taubenloch. Roland, Alex et plein d’autres membres de différents clubs. Temps de visite : 09:00-11:30=2 ½ heures. Au total nous étions 25, c’est trop pour une visite de grotte. Mais il fallait le faire une fois, c’est rigolo tout ce monde. Là, de la lumière il y en avait partout. Il y a ceux qui vont vite et les lents pour les photos et pour apprécier. J’en reviens au départ. Alex et son fils Jordan sont venus chercher chez moi à 07 :00. Jordan a pris le volant jusqu’au Jura. Assemblée des spéléos tout le samedi : c’était intéressant mais long. Le soir un bon souper dans la salle. Alex et moi avons exagéré sur le rouge. Mais ça détend. Concert en fin de soirée. On s’est endormi sur l’estrade sur des matelas de gym. Le matin, tout le monde finissait de déjeuner quand nous nous sommes réveillés. C’était l’éclat de rire dans l’assemblée on s’est dépêcher de déjeuner. Alex est allé chercher la voiture et j’ai mis tout mon déjeuner entre 2 tranches de pain. Café glouglou en vitesse et hop loin. On a réussi à rattraper la colonne de voiture. Ouf. C’est pas terrible comme réveil. Il a fallu 2 heures pour ouvrir la porte blindée. Quel cirque pour visiter une grotte celée. Bref, on y va. Alex suit les autres. Moi je suis à la traîne. Il y en a d’autres qui vont arriver. Au passage, je m’en file dans un petit méandre qui donne accès à une petite salle bien concrétionnée. J’entends du monde arriver. Quelqu’un a dit : « non ? Il faut passer par là ? » J’avais les bottes qui dépassaient du trou. J’en ressorts et je continue la visite avec le reste du monde. La grotte ressemble à celle de Môtiers c’est assez humide et plus de concrétions. A mi-parcours, il y a un puits à escalader sur une échelle souple. Là, c’est un peu la queue leu leu. Il faut attendre. La suite est assez plate et je pousse jusqu’à un siphon que l’on ne franchira pas. Le club jurassien aurait voulu le vider pour pouvoir faire la suite (paraît-il qu’il y a 1.5km après l’avoir franchi ). Mais, ça s’arrête là. C’est un peu le boulevard, les spéléos vont et viennent. Au retour, à mi-distance il y a une table où certains se sont arrêtés pour un pique-nique. J’ai envie de prendre de l’avance pour sortir. Je m’engage sous une chatière et je file. Au bout d’un moment, je me rends compte que je n’ai pas passé par là, le terrain est glaiseux. Très joli. Mais j’ai envie d’aller jusqu’au bout de cette galerie. Et voilà : ça queute. Normal qu’il n’y avait plus de monde. Je me suis perdu dans cette galerie qui par endroit certains passages étaient critiques. Je retrouve la table désertée. Il y a encore 2 spéléos qui me cherchaient et me demandaient où j’étais passé. Voilà, tout le monde est là. On peut sortir. Je suis content, je ne suis pas le dernier. Il y en avait encore quelques-uns derrière. On sort. Il pleut et en plus je transpire. Je rejoins Alex vers la voiture où il a fallu marcher un bon bout sous la pluie. Je suis trempe. Heureusement que j’avais pris du rechange. Alex est déjà au sec depuis un moment et certains sont déjà partis chez eux. On dit au revoir aux autres et on rentre. Téléphone de Jordan qui était resté dans le bled avec sa copine. Il veut rentrer en voiture pour conduire. On rebrousse chemin pour aller le chercher. Alex fait un tour de Sagnard pour le chercher. On prend l’autoroute jurassienne, et c’est interminable. Bref, on a retrouvé Jordan chez sa copine. Le père nous a offert une platée de pâtes aux champignons. Délicieux pour la route et ça remet d’aplomb. Voilà, on est rentrés. Belle grotte, mais dans ces conditions : non ! Je n’aime pas du tout.
(par Alain J)
Jeudi 15.10.2015 - Grotte de Môtiers, Pierre-Yves J, Jacques F., Cécile Vuilleumier (SCNV)
Ayant reçu 9 sondes de températures avec logger de Hans Stünzi (AGS-Regensdorf) et voyant que Jacques commence à envisager une publication sur la grotte de Môtiers, je me suis proposé de placer ces sondes à différents endroits dans la grotte pour pouvoir se faire une idée du climat de celle-ci et inclure un petit chapitre à ce sujet dans la future publication. Nous allons donc placer 7 des 9 sondes à différents endroits (entrée, cave, galerie principale, Bourbier). Nous allons les laisser 1 an. Nous irons placer les deux dernière sondes dans la partie découverte par JC Pages, si les conditions nous le permettent.
(par Pierre-Yves J)
Samedi 10.10.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et Alex R. (3 photos)
Gouffre des Miroirs 16ème fois. Temps de visite : 11:15-16:15=5 heures. Alex vient me chercher vers 10 :00 chez moi. On roule à la Fruitière avec sa voiture. Le temps est brumeux. On s’équipe et cette fois, j’ai pris mes sous-vêtements polyester. Je peine énormément en montant à la petite Ecoeurne. Je m’arrête souvent à cause de ma jambe gauche (artère bouchée). Alex prend de l’avance pour équiper. On a prévu de descendre tout droit au fond. Je n’y avait jamais été. C’est Alex qui a équipé quand il est allé avec Miguel pour faire de la topo. Où dans la descente il y a un carrefour avec une vire, là on descend tout droit. Très joli descente dans la faille et arrivé au fond. Il y a une autre petite faille à franchir et qui donne accès à un puits d’environ 10m. Dans la descente du puits à 3m environ, il y a une autre faille accessible sur 5m et ça queute. Alex l’a équipée pour voir (2 ou 3 spits). Ensuite on descend au fond du puits. C’est concrétionné d’un côté de haut en bas. On pense que ça continue, mais il faudrait désobstruer et les cailloux sont gros. On se met à la tâche pour les petits et on abandonne pour les gros. On entame la remontée. A la sortie du puit, la petite faille est vraiment étroite sur 2m. En remontant, je croise un drôle d’insecte noir et jaune à six pattes. Il grimpe depuis le fond. Je ne sais pas si il vole, mais en grimpant il a glissé dans le vide. J’espère qu’il a réussi à amortir la chute ! Très jolie bête. Je sors le premier jusqu’au relais des stalagmites. On se fait une pause thé sandwich. Merci Alex qu’est-ce-que c’est bon ! On sort de la faille il y a du brouillard. On va boire une carafe de thé au coin du feu à la Fruitière de Bevaix, chez Lison. On rentre en voiture. Alex me ramène chez moi.
(par Alain J)
Samedi 03.10.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et Alex R.
Gouffre des Miroirs 15ème fois. Temps de visite : 11:00-18:00=7 heures. Alex vient me chercher à 09:00 chez moi. On passe chez Landi déjeuner et je m’achète une paire de gant en caoutchouc. Le temps un peu couvert. Les arbres commencent à jaunir, c’est l’automne. On s’équipe au parc de la Fruitière. Zut, j’ai oublié mes sous-vêtements polyester, tant pis j’y vais avec du coton. On va continuer d’équiper au fond en passant par un autre endroit. La faille est unique, mais il y a des bouchons par endroit et il faut les contourner soit par-dessus soit par-dessous. Le mieux par-dessus quand on peut. Pour équiper c’est mieux et plus sûr. Alex a planté 1 douzaine de spits. Moi, je commence à me geler. Je suis trempe sur le haut du corps et avec le coton, c’est froid. Je dis à Alex que je remonte. Ok. Je remonte doucement parce que j’ai froid. Alex a laissé du thé à mi-parcours et qu’est-ce que ça fait du bien. Je sors et arrivé en haut j’enlève ma combi en haut. Il y a du vent et avec les pulls mouillés c’est encore froid, je n’attends pas Alex, je descends me changer à la voiture. Je grelotte. Je vais à la Fruitière me boire un thé devant la cheminée. Aaah! Alex arrive ½ heure après moi. On se mange une fondue (très bonne) et une carafe de thé. Alex me ramène chez moi et on va se boire une bière grenadine à Colombier.
(par Alain J)
Jeudi 01.10.2015 - Grotte de Milandre (topographie), Pierre-Yves J (à distance), Cécile Vuillleumier (SCNV), Stéphane et Guillaume
Il s'agit ici d'une sortie "par procuration"! En effet, le temps très sec nous incite à aller topographier enfin le siphon de jonction entre l'aval de la rivière et la fin de l'Attrappe (topographie du 17 juillet). Hélas, je n'ai vraiment pas le temps d'y aller moi-même et j'envoie donc à ma place deux civilistes spéléo que nous avons à l'ISSKA! Cécile est donc accompagnée de Stéphane et Guillaume que Cécile ira tenter cette jonction. Nous envisageons même une petite plongée si nécessaire pour boucler enfin notre topo. Cécile, encore relativement peu expérimentée est donc passablement sous pression ce jour là, puisque c'est la première fois qu'elle est "cheffe d'expédition" qui plus est avec un objectif un peu inhabituel que représente cette éventuelle plongée. Tout se passe presque bien: la topo est levée jusqu'à la partie non siphonnante de la rivière de Milandre (Cascatelle), sans avoir besoin de plonger (le siphon est ouvert de 30-40 cm), l'aval de la rivière, topographié en juillet, est prolongé de quelques mètres jusqu'à un nouveau siphon et tout le monde ressort bien vivant (et mouillé). Seul bémol (qui coûtera quand même un peu cher), l'appareil de mesure du CO2 a été complètement inondé et est hors service (coût 800.-).
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 20.09.2015 - Caverne du Pont d'Arc (réplique grotte Chauvet), Pierre-Yves J, Pierre Jeannin et la famille Pantillon
L'ouverture de la réplique de la grotte Chauvet représente un événement qui me semblait suffisamment intéressant pour faire le voyage. Une famille de nos amis s'intéressant fortement à l'archéologie et disposant d'un pied à terre dans la Drôme, nous avons décidé d'aller passé le week-end du jeûne là-bas et de visite cette fausse grotte. D'un point de vue visuel, la copie est bluffante, j'ai été vraiment impressionné par la qualité de la reconstruction des éléments fins typiques d'une grotte, en particulier la texture et la couleur des parois. Le site est bien conçu et le musée est très bien fait. Cependant, l'ambiance de la grotte originale (que j'ai eu la chance de visiter en 2009) n'a pas pu être reproduite complètement. Il manque le calme, le volume, le noir, l'humidité. Le chemin est probablement un peu trop présent dans la copie par rapport au volume de la cavité reconstituée. C'est toutefois très impressionnant pour le visiteur qui ne peut comparer à l'original. La guide de notre tour était compétente et c'est un moyen extraordinaire de donner accès à un large public à un site aussi fragile et unique. Malgré le petit bémol, je conseille!
(par Pierre-Yves J)
Samedi 19.09.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et Alex R. (4 photos)
Gouffre des Miroirs 14ème fois. Temps de visite : 14:00-17:00=3 heures Alex vient me chercher chez moi à 12h00. On va dîner à l’Ile via la Fruitière de Bevaix. On s’équipe au parc et on ne sait pas encore où on va descendre. Alex propose trois solutions. Soit on va tout au fond, soit on équipe mieux au début et on retire des cordes pas nécessaires lors de la visite précédent ou on équipe à l’extérieur de la Petite Ecoeurne au cas il y aurait un secours à faire. Ce serait plus facile d’extraire quelqu’un par la lucarne. La sortie est plus large. On opte pour cette dernière, au cas où, Alex s’est acheté 50m et 15m de corde de 10.5 diamètre. On descend l’Ecoeurne et depuis la 1ère entrée on file par l’ext. En bas 15m jusqu’au 2ème relais qui donne sur un ressaut de whaou 35 ~40m. 2 spits avec liaison d’une chaine. Descente plein vide. Alex en 1er. Le temps est clair avec des nuages par ci par là. Grand soleil c’est beau. Depuis le 2ème relais, la corde touche environ 3-5m plus bas et ça, c’est pas bon. Il faudrait mettre soit 1 spit soit 1 déviateur. Dans cette descente on pénètre directement dans la faille. Depuis le fond de cette faille on remonte contre l’intérieur et là à l’entrée Alex met un spit pour assurer la descente contre l’intérieur. On arrive au sommet d’un gouffre. Là, il y a une traversée à franchir pour arriver à un relais qu’on avait équipé depuis l’intérieur en passant par l’entrée du haut. Alex sort par là. Moi, je lui dis que je préfère remonter par l’extérieur pour 3 raison. La 1ère c’est de faire des photos et c’est d’être dehors. La 2ème c’est pour pas trop salir la combi à la sortir en haut dans le MondMilch et la 3ème c’est pour déséquiper jusqu’en haut. Je remonte lentement. Quand je vois la corde qui frotte contre le rocher, ce n’est pas trop rassurant. La corde est neuve, ça ira pour cette fois.
(par Alain J)
Samedi 05.09.2015 - Milandre (surface), Pierre-Yves J, Cécile Vuilleumier et une quinzaine de participants (2 photos)
Excursion en surface pour expliquer différents aspects des études liées à la grotte de Milandre. On y présente en particulier les études liées à la protection de la grotte face à la construction de l'autoroute A16, mais aussi différents aspects hydrogéologiques plus généraux. Enfin, nous avons quelques discussions intéressantes sur les relations entre la pédologie (étude des sols) et la grotte. En effet, les sols, en stockant et consommant plus ou moins d'eau, contrôlent très fortement d'une part l'hydrologie (régime de l'eau atteignant la grotte), d'autre part, ils produisent le CO2 qui dissout les calcaires et "contamine" l'air de la grotte. Suite au réchauffement climatique, la production de CO2 du sol augmente, induisant une augmentation du CO2 dans la grotte et la dissolution des calcaires (la minéralisation de l'eau à Milandre a augmenté de près de 10% en 25 ans). Merci à Didier Cailhol pour les photos.
(par Pierre-Yves J)
Mercredi 02.09.2015 - Môtiers, La Sourde, Jacques, Cécile Vuilleumier (SCNV)
Jaugeages de la Sourde après la jonction avec le Bied de la Pouetta-Raisse. Le débit du Bied est estimé à 0.3 LPS (à la cascatelle des Toblerones, vers le parking). Aucun écoulement dans le lit du Bied n'est visible sur de longues distances avant la jonction avec la Sourde. Deux jaugeages effectués sur des distances différentes (avec et sans bassin) donnent 18.75 et 18.72 (!) LPS. Ensuite, topo de l'entrée du Soupirail de la Petite Grotte. Il ne reste plus que de menus objectifs topo à la Sourde, enfin !
(par Jacques F)
Samedi 29.08.2015 - Gouffre des Rutelins, Pierre-Yves J, Jacques F, Cécile Vuilleumier (SCNV) (1 photos)
L'objectif principal de la journée était de récupérer des sondes de pression placées dans les deux siphons en 2014. Ensuite, en fonction du temps disponible, nous ferons de la topo d'une ou deux galeries latérales. Nous descendons donc en premier dans le siphon de la Cathédrale pour récupérer et placer une nouvelle sonde. Comme l'ancienne sonde était placée d'un côté du puits et que nous voulons mettre la nouvelle de l'autre côté (plate-forme pour la plongée), nous descendons de chaque côté et faisons une ou deux visées pour accrocher la position des sondes à la topo. Ca prend un peu de temps, mais ça se passe bien. Nous allons ensuite au siphon situé à l'extrémité de la cavité et y récupérons la sonde. Le niveau est très bas, on voit la grande galerie qui se poursuit sous l'eau, mais la voûte descend visiblement encore de quelques mètres sous l'eau... Le seul moyen d'en savoir davantage sur ce siphon sera de le plonger... Pierre-Yves monte dans la petite niche située dans la Salle terminale et équipée d'une corde et lève la topo. Il s'avérera plus tard que la carte mémoire de l'ordinateur était morte et qu'il faudra refaire cette petite topo (à peine 10 mètres), tout est perdu! Nous décidons encore de topographier la galerie latérale de la Salle du Rapace. Nous progressons jusqu'au sommet de la corde, mais constatons que nous n'aurons pas le temps de faire toute la galerie aujourd'hui. Nous levons donc le tronçon entre la Salle du Rapace et le sommet de la corde. Il faudra revenir avec plus de temps pour faire la suite. La topo effectuée est sauvée avec précaution (pas sur la carte mémoire!). Pierre-Yves descend vite le puits jusqu'au lac situé en bas de la corde et constate que la traversée de ce lac n'est pas si aisée, il faudra équiper ou prendre un petit bateau. Nous ressortons tranquillement et dévorons un bon soupé chez Pierre-Yves. Les sondes de pression ont fonctionné correctement, mais l'interprétation des données n'est pas évidente pour le moment. Il semble que les deux siphons réagissent de manière assez indépendant, impliquant en particulier qu'en basses eaux, le siphon de la Cathédrale soit suspendu (sans connexion directe avec la source). Il semble aussi influencé par la branche Brévine du système, alors que l'autre serait surtout influencé par la branche "Verrières".
(par Pierre-Yves J)
Jeudi 27.08.2015 - Motiers, Jacques, Cécile Vuilleumier (SCNV)
Troisième topo de surface, au disto cette fois, entre la Sourde et la Cascade - toujours pour comprendre cette erreur de bouclage Cave-Sourde. C'était le dernier tronçon à vérifier et ça colle assez bien avec les anciennes topos. Le désaccord est donc à chercher dans la topo des siphons. Patrick Deriaz a depuis offert de refaire cette topo.
(par Jacques F)
Samedi 22.08.2015 - Grotte des Rutelins, Roland G, Beat A. et Jean-Claude P. (9 photos)
Grotte des Rutelins. Jean-Claude Page, Beat Allenbach, Roland Geiser. Temps de visite : 14:00-18:45=4¾ heures. J’ai rendez-vous à 13 h chez Jean-Claude à Môtiers Grand-Rue 1. J’ai un quart d’heure de retard. Jean-Claude me montre son local spéléo. Waouh ! Le matériel qu’il a et c’est bien rangé. La classe. Il me montre la topo des Rutelins. Ça a l’air grand. On part avec les deux voitures et on se parque à la sortie du tunnel, en amont, sur une belle place. On s’équipe et on y va. Les voitures ralentissent en nous voyant. Jean-Claude ouvre la porte en fer avec une clef. Jamais vu une entrée de grotte aussi bien aménagée. Des escaliers en béton et les ouvriers du chantier ont crépi la roche. On commence à descendre par une galerie étroite équipée par une corde. Le sol est équipé de marches en fer à béton en forme de « n ». Ce sera agréable pour sortir. Une fois la galerie parcourue, une faille s’ouvre à la verticale. C’est assez étroit, et ça finit par s’ouvrir dans une grande salle très haute. On arrive au fond. De là, une galerie se prolonge sur à peu près 1.2km. Pas de concrétions, mais du sable mélangé à une sorte de quartz, par certains endroits sur le parcours. C’est magnifique, il faut voir ça ! ça forme des canules sur les pentes de sable et c’est très beau à voir. C’est un peu comme au fond de l’eau quand le sable forme des vagues. Mais c’est plus marqué. Cela provient quand l’eau descend. En fait, la galerie en période de plus, une crue noie complément la galerie sur toute sa longueur. D’après Jean-Claude, cette galerie se trouve en hauteur, donc l’eau monte par-dessous ce qui fait qu’il n’y a pas trop de courant. Il y a à peu près une quarantaine de puits en dessus et en dessous qu’ils sont en train de visiter. Je pense qu’il doit y avoir un sacré réseau autour de cette galerie. Des découvertes, il y en a encore. La visite avec Beat touche à sa fin. Jean-Claude a fini de continuer sa cheminée. C’est pas fini mais on s’arrête là. On remonte la cathédrale. Il y a deux cordes. Je monte sur une et Beat sur l’autre. C’est très joli de monter en parallèle. Jean-Claude est déjà en haut. On sort. C’est fini. J’étais très content de voir cette grotte. On va se boire un café chez Jean-Claude avec des Läkerli. Beat s’en va. Jean-Claude me montre la topo de la grotte en 3 dimensions sur l’ordi.
(par Alain J)
Mercredi 19.08.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G, Alex R et Miguel B. (5 photos)
Gouffre des Miroirs 13ème fois. Topo. Temps de visite : 15:15-01:00=9¾ heures. Alex était venu au chantier pour demander à Michel Devaux si je pouvais prendre congé cet après-midi-là. Ce fut d’accord. Alex vient me chercher chez moi avec Miguel. Chouette on est trois. Alex va continuer d’équiper la faille. Miguel ferme la marche. C’est vraiment impressionnant cette descente de faille. A un moment donné, elle est parallèle et régulière. Voilà, Alex arrive au fond. Je vais voir le long de la faille au sol. A un endroit, le sol devient malléable et j’entends des petits cailloux qui tombent en dessous ! Sur qu’on n’est pas au point le plus bas. Je découvre un reste de squelette de chauve-souris. Je ramasse le crâne en bon état et le ramène à Miguel pour qu’il le mette dans sa boîte remplie de ouate pour ne pas l’abimer. Alex monte le premier avec la chevillière et boussole et clisimètre. Miguel prend les notes. Ils font la topo en montant. Moi pendant ce temps, je prends des photos. J’ai le temps pour visiter le fond. J’aperçois une petite géode dans la faille. Joli ! Ce que ça va vite, leur manière de faire la topo. Il faut que je commence la montée, ils sont déjà haut et je ne les entends plus. Miguel m’appelle et je réponds ! Ça va, j’arrive ! Pas de stress, mais c’est pour savoir si je suis là. Ils font la topo jusqu’au relais où ils s’étaient arrêtés la dernière fois. On verra le résultat de la profondeur. C’est et ça devient pénible c’te montée. C’est long et je commence à être crevé. Enfin je sors du trou. Je suis vanné. Encore la montée de la Petite Ecoeurne et c’est l’arrivée ! Ouais … Je me suis trop habillé. Arrivé à la voiture quand je me déshabille, je suis trempe. Heureusement que j’ai des habits de rechange secs. Ah quel bonheur. Et hop en voiture. Alex me ramène à Colombier et il ramène Miguel à Corcelles. Bip Bip 03 :00 h. du matin. Catherine me téléphone de Barcelone pour avoir des nouvelles d’Alex. Je la rassure qu’il est en train de rentrer. Je mets les photos sur l’ordi. Ouais, c’est beau. Allez dodo !
(par Alain J)
Vendredi 07.08.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G, Alex R, Beat et Jean-Claude P.
Gouffre des Miroirs 12ème fois. Temps de visite : 20:00-23:30=3½ heures. Il fait beau et chaud. Alex vient me chercher chez Landi. Je croque un sandwich et un chocolat froid. 1ère rencontre avec Jean-Claude Page et Beat. On monte à la Fruitière de Bevaix. Il y a du monde. On monte à la Petite Ecoeurne. Je peine avec ma jambe gauche (arrête de fumer !) On s’équipe. Alex descend en 1er, Page en 2ème, Beat en 3ème, Roc en 4ème. Je fais des photos vers l’entrée. C’est beau 3 spéléos devant. Ça illumine les parois de la faille. On dirait une chenille lumineuse. On va jusqu’où Alex est descendu au plus bas-côté Sud de la montagne. Là où on a planté les derniers spits. J’ai toujours pas été au fond là où Alex et Miguel sont allés faire la topo jusqu’à -149m. Ce sera pour une autre fois. Jean-Claude s’arrête, il trouve que la parois est très friable. C’est dangereux d’aller plus loin, on risque qu’un caillou tombe et vienne nous obstruer la sortie. Alex descend encore, ouais ça continue ! Il plante 2~3 splits pour la prochaine descente. Il dit que ça à l’air de s’ouvrir plus bas ! Mais comment sera la fin. En parcourant, on le saura. Alex, je le sens, va aller boire son 1er coup à Gorgier. Comme il est le 1er, noblesse oblige. On remonte toute l’équipe. Je monte le 1er et je prends de l’avance, parce que Beat et Jean-Claude vont vite. Alex en plante encore un. J’entends la perceuse et on m’a fait rire. On reviendra, ça c’est sûr. Moi je pense à l’haut à -40m le laminoir. J’ai vu comme si c’était un ruisseau qui a passé par là. Là, il faut aller voir, mais il faut creuser un peu sous le ventre, le sol sonne creux, sourd. Bref, je sortis en avance, j’ai essayé mon stop. Je me suis quand même arrêté en voyant le thermos d’Alex. Et hop ! Pause thé solo. 1 verre ! Faut en laisser pour ceux qui remontent. Ça requinque. J’arrive à la sortie. Ah, la dernière chie à s’envoyer ! La corde yoyote . Ce que c’est chiant. Ça tue jusqu’en haut. C’est mieux que rien. J’ai pris mon temps pour me rechanger. Il fait si chaud que ça me sèche en étant en slip, après, habits secs ! Wouhou que c’est bon. Les deux autres arrivent. On cause en attendant Alex qui viendra ½ heure après. Il y a des orages de chaleur sur le Jura. Alex arrive ! On redescend à la voiture. Beat a fermé la voiture avec la clef dedans. On trouve un fil de fer pour ouvrir. Yes ça a marché. Bien joué Jean-Claude. Beat, et c’est pas vrai, il avait la clef dans un sac dans son pantalon. Ah ah ah ! On redescend avec les deux voitures. A Bevaix, Jean-Claude part sur Lausanne. Eh bien voilà ! A une prochaine.
(par Alain J)
Samedi 01.08.2015 - Grotte de Niaux, Ariège, France, Pierre-Yves J, Isabelle J, Marie, Emmanuel et Pierre
Visite de cette grotte archéologique assez fascinante car on chemine environ 1 km dans la grotte avant d'atteindre le "Salon noir" dans lequel se trouvent la plupart des peintures paléolithiques (13'000 ans). Les bisons et le bouquetin sont vraiment beaux. La sortie fut ponctuée d'un petit stress car un bouchon sur les routes d'accès nous a fait arriver 30 minutes en retard au rendez-vous prévu. Le nombre de visiteur étant strictement contrôlé pour protéger la grotte, il n'était pas sûr que nous puissions la visiter... Heureusement, 5 places se sont libérées en fin de journée, il a seulement fallu attendre environ 4 heures. Nous avons ainsi eu le temps de visiter la ville de Foix!
(par Pierre-Yves J)
Lundi 27.07.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et François B
Gouffre du Miroirs 11ème fois. Temps de visite : 08 :00-15 :00=07 :00. Alex vient me chercher à 07 :00. On monte avec sa voiture (sans déjeuner) à la Fruitière de Bevaix. Un vent fort, ciel dégagé avec quelques nuages. On s’équipe et descend sur corde canyoning à Alex. On descend à -80m en direction de la montagne Sud. La où Alex avait l’impression que ça queute le 24 juillet. Eh ben non, on continue. On suit la faille à un maximum de hauteur vers le fond. Alex équipe le puit et on descend, ça continue vers le fonds des parois concrétionnées. Ça se sert de plus en plus, mais ça passe . Il y a encore un puit mais plus assez de corde. On a mis la dernière corde de 50m à François. J’ai froid malgré un équipement chaud. On remonte. On se fait une pause thé qu’Alex a laissé vers les concrétions à -45m. On remonte vers la sortie. On laisse tout équipé pour la prochaine visite. Il fait soleil et le vent souffre toujours. On va se boire un coup à Bevaix à l’Hôtel du Cygne. Alex me ramène chez moi. Je vais nettoyer mon matériel au chantier. Je ne sais pas à quelle profondeur nous étions. Ma topo le dira. On verra !
(par Alain J)
Vendredi 24.07.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et Alex R. (3 photos)
Gouffre des Miroirs 10ème fois. Temps de visite : 08:30-14:30=5 ½ heures. 06:30 je téléphone à Alex pour lui demander de prendre la topo pour Mme Pochon de la Fruitière de Bevaix, ainsi que les maillons rapides équipés de gaine plus longue. Alex vient me chercher à 07 :05. On va déjeuner chez landi. Chocolat froid et sandwich bien composé. On monte à la Fruitière. Il fait un grand soleil. Alex m’a emprunté la clef à fourche 12-13 pour les maillons rapides. Il va continuer d’équiper en bas en direction de la montagne Sud. Moi, je vais visiter le laminoir en dessous du plongeoir -25m. Je m’enfile à l’Est en pensant mettre un déviateur pour reprendre la corde qui descend dans le gouffre. C’est très bas de plafond. Le 1er passage ça va, la suite, il faut enlever le baudrier. Je m’enfile à plat ventre. Une pente très légère. Ho ! Surprise, il y a plein de concrétions au fond, fistuleuses, colonnes, gouille magique ! C’est petit mais beau. Je fais des pellées de photos. J’enlève mon casque et met l’appareil photo dedans. Je rampe un peu plus au fond. Ma foi quelques fistuleuses sont au passage. Je rampe dans une gouille, je suis l’eau qui me pénètre de partout par le ventre. J’éclaire au fond. Ça à l’air de continuer et de s’élargir un plus loin. J’insiste mais ça ne passe pas au thorax. Je tapote le sol avec mes doigts. Ça sonne creux étouffé. On dirait qu’il y avait un ruisseau qui a creusé tout ça. Je retrouve le chemin en marche arrière sur la pointe des pieds et coudes, mains. Je chope des crampes dans les 2 pieds. Ah ! ça fait mal ! Faut que je trouve de l’espace pour régler ça et me retourner. En sortant, je remets mon baudrier, allongé sur le dos. Parce que de le mettre dehors vers l’entrée, il y a le gouffre. Je vais rejoindre Alex voir où il en est. Ça passe. ! Brr, il est à -80m et il remonte le long de la faille côté Sud. Ça a l’air de queuter là. J’ai froid ! Je suis trempé. Je lui dis que je remonte au soleil. Il me rejoindra plus tard ½ heure après. On paquète le matos et on va boire un coup à la Fruitière. Alex offre une topo du gouffre à Mme Pochon. On rentre. Alex me repousse chez moi.
(par Alain J)
Mardi 21.07.2015 - Môtiers, Triangle , Jacques, Cécile Vuilleumier (SCNV)
Visite pour évaluer si l'étiage donne accès aux objectifs topo restant sous l'eau. Cécile s'équipe d'une caméra GoPro pour tester si cette technologie peut inspirer le dessin de la topo (réponse: oui!). Lors de la visite le niveau du siphon était à -10.6m. Chambre Maurice: le niveau est un peu plus bas que lors de la topo avec le Gauche (SCJ) il y a bien des lunes, mais n'apporte pas beaucoup de développement (+1m à l'amont et +2m à l'aval). Arrêt sur eau à l'amont (niveau du siphon) et trop étroit à l'aval. Fin de la topo dans ce coin. À noter que la Chambre Maurice contient une quantité intéressante de sables poivre-et-sel. La roche est tapissée d'un bio-film très noir mais que sur certains pans. Ensuite, visite du Couloir de l'Antichambre du Bourbier (le Couloir des Coudes de Schnörr). Au fond, la corde à noeuds d'il y a 20 ans a disparu et on juge délicat de s'engager dane le puits-faille étroit et glissant. Pas avancé la topo sur ces objectif, il faut revenir et poser une nouvelle corde à noeuds.
(par Jacques F)
Lundi 20.07.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et Alex R. (3 photos)
Gouffre des Miroirs pour la 9eme fois avec Alex Racine. 9ème, départ d’Alex pour chercher son matériel à Champ du Moulin. Pourquoi ne l’avait-il directement pris ? Il pensait que c’était mieux de ne pas y aller ! Vu l’état de ma jambe gauche. Bon on y va quand même. Il fait très chaud, Je me fringue avec des sous-vêtements + sous combi + combi. Je sais qu’il fait froid au fond 10°. Alex a envie de découvrir un trou non visité. Et merde, il y pas pris la mèche de 10 mm. Il a seulement celle de 8mm. Donc, la visite s’arrête là. On remonte. Alex va visiter une fissure en dessous du plongeoir. Faudra que j’aille voir. Il y a des petites connexions. Je pense que c’est dans la trajectoire avec les concrétions en dessous. On ressort. Je mange un cervelas avec du pain et du thé froid. Ensuite, on va boire une bière à la Fruitière de Bevaix. Connaissance de Mme Pochon, la patronne. On redescend de la montage et cherche ma voiture chez Landi à Bevaix.
(par Alain J)
Dimanche 19.07.2015 - Grotte de Môtiers, Roland G et Damien B. (5 photos)
Visite de la grotte de Môtiers avec Damien Beraneck. C’est ma 46ème visite. On s’est fait un pique-nique au plat du Riau avec Alexandra, Léa, Aurélie (très bonne sauce de Damien: oignons déglacés au vin rouge, mayonnaise: 1 cuillère, yogourt nature), Mmh ! Visite de la cave et les 4 lacs. Le niveau est redescendu à 10.5m. Je fais quelques photos. On sort de la cave et on poursuit la galerie principale jusqu’au grand gour. Vide! On descend la 2ème galerie. A droite en bas on s’enfile dans le méandre jusqu’au fond. J’ai pris la lampe à LED Makita dans le sac orange (belles photos). On ressort et on va jusqu'aux échelles de la galerie du bourbier. Visite du méandre en dessus du bourbier jusqu’à l'étroiture où on se tient debout. Damien ne va pas plus loin. On ressort par le passage des aiguilles (le bois noir est toujours là). Sortie de la grotte. Ce qu’il fait chaud dehors, le contraste. On va rejoindre Alexandre, Léa et Aurélie au plat de Riau. On finit le rouge et le pique-nique. On part pour Boudevilliers où habite Damien. Joli appartement. On met les photos sur son ordi. Une bière et je passe à Montmollin chez l’Hibou. Soirée TV et je rentre chez moi.
(par Alain J)
Samedi 18.07.2015 - Grotte de Môtiers, Roland G et Alex R. (2 photos)
Visite de la cave de la grotte de Môtiers pour la 45e fois avec Alex Racine. On va voir les niveaux d’eau aux 4 lacs. D’après Internet Cave Link, le niveau est monté de 11 m suite à l’orage qu’il y a eu le soir avant et le matin du 18 juillet. Courte visite, je fais quelques photos et Alex sort. Il ne se sent pas vraiment à l’aise dans ce siphon, je comprends.
(par Alain J)
Mercredi 15.07.2015 - Grotte de Milandre (topo), Pierre-Yves J, Jacques F, Cécile Vuilleumier (SCNV) (2 photos)
Nous continuons de profiter de cet été sec pour topographier les parties inférieures de la grotte. Aujourd'hui, en compagnie du Jack, nous attaquons la galerie très boueuse qui s'ouvre dans le sol de la salle d'entrée de la partie touristique. Si les 70 premiers mètres sont effectivement très boueux, les passages bas dans la boue sont nettement plus courts que nous pouvions le craindre (à peine du dizaine de mètres). Derrière, la galerie devient très confortable et nous levons 220 mètres de topo, nous permettant de jonctionner avec le début de la galerie de l'Attrappe que nous avions topographiée en avril. Les fichiers annexés correspondent au dessin en coupe fait ce jour là dans la grotte, directement sur le petit ordinateur connecté par Bluetooth au distoX qui mesure les visées (longueur, azimut et pente). Le vert correspond aux argiles, les dessin est fait de gauche à droite, les carrés font 1 m de côté.
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 12.07.2015 - Sieben Hengste, Florian, Alex et Maric Hof
Maric se balade vers les Seefeld, tandis que Florian et Alex continuent l'exploration d'une galerie latérale de la Seefeldhöhle. Après 5 visées et de jolies concrétions, la galerie se divise en deux branches, l'une trop étroite et l'autre bouchée. Ensuite, ils finissent les mesures de l'axe sud qui devient trop bas. Pour terminer, ils mesurent une liaison évidente entre cet axe et le voisin. Résumé: Ce camp d'été a été très particulier pour plusieurs raisons : - Une seule cavité parcourue et sans matériel de puits. - Aucune pluie gênante, seulement un soir arrosé, et même beaucoup de soleil. - Tous les participants sont montés et descendus à la date prévue. Nous avons fait 850 mètres de topo dans la Seefeldhöhle et avons de loin pas fini... Cette cavité nous donne beaucoup plus de travail que prévu. L'enchevêtrement des galeries et la dimensions de certains boyaux ne facilitent pas la tâche des spéléos.
(par Maric H)
Samedi 11.07.2015 - Sieben Hengste, Florian, Alex et Maric Hof
Un pic nous réveille avant 7 heure en tambourinant contre un tronc entreposé sur la paroi de la cabane. Manu rentre chez lui le matin. Maric reste à la cabane et cuit du pain. Florian et Alex continuent la pointe à la Seefeldhöhle. Nous commençons la topo d'un amont qui se dissémine en une demi-douzaine de conduits plus ou moins inconfortables. Nous en dégageons trois. Les sections s'améliorent. Nous tentons de suivre le courant d'air à travers un labyrinthe. Victoire : nous ressortons par le G6.2. Nous topographions un seul cheminement et laissons plusieurs dizaines de départs à explorer. La Seefeldhöhle reçoit ainsi une sortie en complément de ses deux entrées.
(par Maric H)
Samedi 11.07.2015 - Gouffre des Rutelins, Jacques, Jean-Claude P et Beat A (GSAC), Fabien (?), Cécile Vuilleumier (SCNV)
Portage in-and-out et plongée du siphon de la Cathédrale. Le plongeur a progressé d'env. 30m en direction de la source. Il est descendu d'env. 10m pour remonter et émerger, devant trois profils en lentille sur strate, dans une galerie très boueuse. A continuer
(par Jacques F)
Vendredi 10.07.2015 - Sieben Hengste, Manuel Borruat, François Bourret, Florian, Alex et Maric Hof
Manu et Florian continuent les galeries latérales de l'aval sud. Une galerie latérale leur offre de la première étroite. Ensuite, ils mesurent l'avant-dernier axe amont côté sud. Arrivés à l'extrémité de cet axe amont, ils commencent celui le plus au sud en descendant. François et Alex topographient les conduits étroits près de l'entrée secondaire. En milieu d'après-midi, François part chez lui, tandis que Alex termine la partie étroite du labyrinthe.
(par Maric H)
Vendredi 10.07.2015 - Grotte de Milandre (topo), Pierre-Yves J, Cécile Vuilleumier (SCNV) (4 photos)
L'été étant sec, nous décidons d'aller poursuivre la topographie de la Galerie de l'Attrappe commencée en avril. Cette galerie se termine généralement à l'amont sur un siphon situé à l'extrémité aval de la rivière de Milandre. Les basses eaux devraient nous permettre peut-être de passer ce siphon et de jonctionner avec la partie aval de la rivière topographiée en janvier. Nous levons une centaine de mètres de topo et arrivons à une "puits" qui siphonnait toutes les dernières fois où nous sommes venus. Cette fois, nous pouvons le descendre à sec et rejoignons la rivière. Nous remontons celle-ci, espérant pouvoir jonctionner avec notre topo de janvier, mais hélas, après une trentaines de mètres plutôt aquatiques, la voûte descend sous le niveau de l'eau. La jonction n'est pas encore pour aujourd'hui... Au point où nous avons rejoint la rivière, nous pouvons encore topographier une quinzaine de mètres vers l'aval, jusqu'à un nouveau siphon. Nous en profitons pour placer quelques sondes de pression qui nous donneront des indications sur le niveau de l'eau dans ce secteur. Nous levons 152 m de topo ce jour là. La coupe levée sous terre ce jour là est présentée dans les deux fichiers joints. Le vert correspond aux argiles.
(par Pierre-Yves J)
Jeudi 09.07.2015 - Sieben Hengste, François Bourret, Florian, Alex et Maric Hof
Nous consacrons principalement la journée à chercher une éventuelle troisième entrée amont de la Seefeldhöhle. Florian va avec une petite pelle dans la doline à côté de l'entrée secondaire, tandis qu'Alex essaie les boyaux amont de ce côté de la Seefeldhöhle. Florian est vite arrêté par 2 blocs à tirer avec une corde que nous n'avons pas. Alex ne trouve pas d'amont probant. Il franchit un étroit méandre grâce au marteau. Ensuite, tous deux sortent et visitent un petit trou à topographier à l'ouest repéré par Maric. Finalement ils aident Maric en surface. François parcourt les différentes extrémités amont côté ouest avec un DVA et un émeteur-récepteur radio. La liaison par ondes passe à chaque extrémité. Dans le creux abrupt le plus profond, on peut se parler sans forcer la voix, mais la désobstruction serait difficile en raison de blocs. Aux autres endroits, nous ne trouvons pas d'amorce de galerie. Pour compléter la journée, François et Florian continuent l'exploration des galeries latérales de la zone traitée la veille, tandis que Alex mesure le labyrinthe après l'entrée secondaire.
(par Maric H)
Jeudi 09.07.2015 - Grotte de Môtiers, Roland G et Camille V. (6 photos)
Visite de la grotte de Môtiers avec Camille Vuillème. Les niveaux indiquent -11 mètres. On descend à la cave voir les 4 lacs. C’est la 4ème cheminée vers le fonds que l’on monte pour accéder au 4 lacs. Le niveau d’eau vers le fond se trouve à peu près à 3-4 mètres en aval de la 4ème cheminée. (voir à partir de quelle hauteur d’eau l’accès à la 4ème cheminée est bouchée). En cas de crue, la visite des 4 lacs n’est pas conseillée. Si l’eau monte fortement, il y a risque de noyade sûr, donc à éviter. Le niveau aux 4 lacs est très bas. Au pied du pan stalagmitique blanchâtre, l’eau est d’une limpidité extraordinaire. Des galeries déchiquetées se font apparaître. Je devine des suites mais il faut que je mette une combi pour aller voir. (Ce sera pour une prochaine visite). Camille s’aventure très près de l’eau en s’agrippant aux roches à la limite du plouf : Elle a confiance dans ses prises ça se sent. Elle n’a pas peur c’est génial ! On sort de la cave et on file au bourbier. Là c’était drôle. Camille reste collée avec ses bottes et plonge en avant dans la boue. Rires. Elle découvre la suite de la galerie du bourbier vers les échelles posée au sol, depuis la moitié. La 1ère fois qu’elle venue, c'était …inondé. On descend le 1er siphon et je lui montre le capteur du niveau 0 du niveau d’eau. J’ai l’impression que ça ne descend pas plus que -11 mètres (ça fait à peu près 2 à 3 mois qu’il y a pas eu de pluie). On passe au 2ème siphon depuis le fond du 1er siphon pas une étroiture. Là aussi l’eau est très claire. On remonte par le 2ème siphon très glaiseux pour accéder dans la grande galerie du fond. On s’engage dans le petit train jusqu’au 1er lac. Ça passe sans problème. On patauge dans l’eau et la glaise. Mmh. Faut passer le petit lac limpide par la gauche où il y a un bloc qui plonge en biais dans l’eau. Passage rapide pour pas se mettre trop d’eau dans les bottes, y en a quand même. Après le lac, le couloir continue en légère pente montante pour arriver à un rocher qui donne l’impression qu’il flotte. De là, passage sur la droite donne accès à la grande fissure que je vais visiter jusqu’au fond. Entre le passage et la fissure il faut escalader un passage étroit qui donne accès à une galerie montante très glaiseuse où une échelle souple donne accès à une galerie concrétionnée de stalagmites et de fistuleuses. J’y monte pas. (j’y suis déjà aller 1 fois). Camille est fatiguée. On reprend le chemin du retour. Eh oui, il faut repasser dans l’eau ! On sort de la galerie du bourbier et au pied des échelles on passe sous une chatière pour remonter le puits et prendre la galerie qui mène au bois, mis en travers pour mieux sortir de la galerie. (oublié de marquer qu'on a visité la fissure en dessus de la galerie du bourbier en passant étroit entre les concrétions). On sort de la grotte vers 23 :00 et on était rentré vers 20 :00. Donc 3 heures de visite. On est couvert de boue et trempés. C’était très beau. Le temps est chaud. On s’est fait un pique-nique avant d’entrer dans la grotte. Poulet, salade de pâtes au jambon, tomme au cumin. Il y a une expo Land Arte Plonk&Replonk et autres artistes.
(par Alain J)
Mercredi 08.07.2015 - Sieben Hengste, Marc Lütscher, François Bourret, Florian, Alex et Maric Hof
Marc entame son retour à la maison. Sans relâche, nous retournons topographier la Seefeldhöhle. François et Florian commencent par une liaison entre le premier actif et le cheminement qui va au fond. Ensuite, ils relèvent l'aval de l'actif suivant à droite (sud), puis ils remontent en explorant systématiquement les galeries latérales. Pendant ce temps, Maric et Alex visent dans 2 culs-de-sac proches de l'entrée principale, puis attaquent le labyrinthe de l'entrée secondaire. Les parties étroites ne correspondent pas au plan. Le point éloigné se situe dans un actif bas et étroit. Conclusion de la journée : l'idée initiale de ne faire que de la topo technique a du plomb dans l'aile. Les parties étroites sont parfois mal dessinées et comportent quelques fautes de branchement. De plus, nous avons fait de la première.
(par Maric H)
Mardi 07.07.2015 - Sieben Hengste, Marc Lütscher, François Bourret, Florian, Alex et Maric Hof
Marc et Florian continuent la pointe de la galerie 1 de la Seefeldhöhle. Après 9 visées, dont les dernières en position couchée dans un filet d'eau, ils butent dans un passage bas. Ils visitent d'autres départs de cette zone labyrinthique et constatent avec étonnement que le courant d'air principal va dans un amont. Pendant ce temps, Maric et Alex font la topo de surface pour la cavité désobstruée hier et la marquent G6.2. Ils en ouvrent une autre à 80 mètres en aval et mesurent aussi jusque là, mais ne la marquent pas faute de savoir si elle développera 10 mètres. François Bourret arrive dans l'après-midi. Florian et lui retopographient le cheminement qui contourne la partie inconfortable de la galerie 1. Marc va échanger le "loger" à température situé au bas du puits à environ 150 mètres de l'entrée de la Koloniehöhle. Alex mesure les diverticules les plus proches de l'entrée de la Seefeldhöhle.
(par Maric H)
Lundi 06.07.2015 - Sieben Hengste, Marc Lütscher, Florian, Alex et Maric Hof (5 photos)
Florian arrive à midi. L'après-midi, Maric et lui désobstruent les trous souffleurs en aval de la Seefeldhöhle. Le deuxième essai est le bon. Après une heure d'effort, Florian pénètre dans un labyrinthe de petits conduits qui relie les trois trous souffleurs du coin et offre de nombreuses suites. Pendant ce temps, Marc et Alex mesurent la deuxième entrée et quelques galeries secondaires.
(par Maric H)
Dimanche 05.07.2015 - Sieben Hengste, Marc Lütscher, Alex et Maric H
Marc et Alex continuent la topo du premier axe actif de la Seefeldhöhle. Nous passons la partie étroite et visons dans un premier cul-de-sac. Nous ressortons vers 13h pour retrouver Maric qui a amené le pique-nique. Elle a examiné les grès au sud-sud-est de l'entrée. Elle a trouvé quelques trous souffleurs, mais aucun directement pénétrable. L'après-midi, elle retourne, mais un peu à l'est avec un DVA. Nous continuons à retopographier selon le cheminement de l'ancienne topographie pour aller au point bas, mais cela nous fait changer d'actif. Nous dépassons le dernier point, puis constatons une erreur de dessin. Il n'y a pas un mais deux départs étroits au dernier élargissement. Après quelques coups de marteau, nous attaquons la première et nous commençons à dessiner. Nous admirons des concrétions classiques et des épaisses tordues avec des couches concentriques de matière organique, de mondmilch et de croûtes de calcite. Nous désobstruons le pincement suivant et arrêtons la reconnaissance dans une zone labyrinthique où arrive un nouvel actif.
(par Maric H)
Dimanche 05.07.2015 - Môtiers, Sourde, Jacques, Cécile Vuilleumier (SCNV)
Retopo de la Galerie Principale, du siphon au rocher de référence à la source, dans le but de résoudre l'importante erreur de bouclage entre les siphons de la Sourde et de la Cave. Après la topo, visite des secteurs labyrinthiques normalement inaccessibles. La zone supérieure est tapissée de crottes et d'excréments de toutes sortes (de solides à liquides, avec ou sans champignons - je vous épargne la palette de couleurs) et c'est vraiment difficile de progresser en évitant le contact. Mais on y est arrivé. On voulait sortir par le Boyau des Araignées pour en faire un dernier check topo, mais cette galerie autrefois belle est devenue un tel égout que nous renonçons. C'est vraiment trop dégueulasse ! Si ces crottes sont des crottes de renard, le risque d'exposition à l'échinococcose nous inquiète et on redescend par la galerie-puit menant près du siphon. C'est raide et glissant et quand même assez large; certains passages sont délicats en oppo mais on passe.
(par Jacques F)
Dimanche 05.07.2015 - Talalpsee (GL), Roland G et François B
Lac Talalp-Glaris. Lever à la cabane ~07:00. Déjeuner pain et fromage. Retour au lac Talalp. Continuer la topo mesure azimut, pente. On déséquipe. Je m’y prends mal pour la descente. C’est un peu casse gueule mon histoire. J’en ai marre de cette jambe qui me fait mal. François a perdu son casque rouge avec la super lampe. On cherche dans les éboulis, mais sans succès. Quelle chie! On va prospecter de l’autre côté du lac. Ça monte ! Je n’en peux plus. Je le dis à François. J’y propose de l’attendre à l’ombre. Il me propose que je retourne à la voiture et d’aller faire un tour à Glaris. Il vient avec moi pour déposer et reprendre d’autre matériel. Moi, je file sur Glaris. Visite écourtée. Je m'ennuie ferme dans cette ville. Je vais visiter en voiture la vallée de Sernftal en passant par Schwanden et via Elm tout au fond. C’est une base militaire pour les tirs de char. Très belle vallée. Je retourne chercher François et je l’attends au bistrot de Talalp. On se boit un coup et on a plié bagage. On rentre en faisant un petit détour par Mühlehorn pour voir le lac. On rentre. François roule. Il ne dépasse pas les 100km/h et ça met ½ heure de plus. C’est bien et une économie d’essence. Retour à Travers.
(par Alain J)
Samedi 04.07.2015 - Sieben Hengste, Alex et Maric H
Début du camp d'été. But de la semaine: topo technique de la Seefeldhöhle (=Tropfloch = Tropfsteinhöhle), afin de représenter sur notre GIS les galeries les plus connues de la montagne. Après notre installation à la cabane le matin, nous commençons la topo l'après-midi. Avec la canicule, la cavité aspire.
(par Maric H)
Samedi 04.07.2015 - Môtiers, Sourde, Jacques, Cécile Vuilleumier (SCNV)
Visite de la petite Grotte de la Sourde et topo de plein de petits objectifs, départs etc. qui restaient à faire dans ce secteur peu engageant. La jonction avec la Galerie Principale échoue - autrefois il suffisait de bien vider les poumons pour passer. Pierre-Yves m'apprendra plus tard que malheureusement la cage thoracique se rigidifie avec les années. Ben voyons !
(par Jacques F)
Samedi 04.07.2015 - Talalpsee (GL), Roland G et François B (12 photos)
Lac Talalp –Glaris. Lever à la cabane ~07 :00. On redescend à Näfels chercher 2 bouteilles d’eau et on déjeune cake au chocolat. On remonte au lac Talalp. Parquer la voiture avant la ferme sinon amende. On prépare le matériel. Perceuse lourde à accu, spit, mousquetons et hop on y va. Mon sac doit faire dans les 25kg. Bref, je peine énormément à cause de ma jambe gauche (artère qui se bouche). Je fais le tour du lac, et je rejoins François l’autre côté du lac où il y a un trou dans la falaise. J’équipe pour arriver au trou. Qu’est-ce qu’il fait chaud. Topo. Je commence à équiper pour un 2ème trou plus haut. Là, c’est vertical et je m’essaye à l’auto-assurage. J’ai planté 4 spits et après ça commençait à devenir dangereux. Je n’ai pas du tout confiance à mon auto-assurage. Je le suspends à l’envers au cas oú il pleut. Je redescends au lac avec François. Lui continue ses recherches de cavités. Moi, j’arrête là et je vais me boire une grande bière au bistrot du lac. François me rejoint plus tard. Coca. On retourne à la cabane se faire à souper. Son réchaud à gaz ne marche pas, le filtrage est foutu. Heureusement, j’en ai un petit dans la voiture. On se fait des pâtes sauce bolognaise et fromage. Joli coucher de soleil sur le lac de Zürich. Dodo.
(par Alain J)
Vendredi 03.07.2015 - Talalpsee (GL), Roland G et François B
Départ de Colombier pour Glaris. Temps de route : 19:00-22:00=3 heures. Je vais chercher les affaires chez François à Travers. 18:00-18:45. Je le rejoins au Mc do à l’entrée de Glaris. On part de là pour aller direction Filzbach (vers le Sud Ouest du lac de Walensee). Prendre une route à droite qui monte au lac Talalp. Au 2/3 de la montée une petite route part à droite environ 100m et on arrive dans un champ. Je laisse la voiture en bordure de lisière à côté d’un tas de bois et des ruches à abeilles. Le cabanon est à 50m de là. C’est très joli. Tout en bois, un banc fait le tour intérieur et gravier au fond. Quoi de mieux ? Dodo.
(par Alain J)
Mercredi 01.07.2015 - Mine du Furcil, Roland G et François B
Mines du Furcil 4ème fois. Temps de visite : 19:00-24:00=5 heures. On a eu une remarque du propriétaire qu’il fallait qu’on passe par la forêt. François était en short et ça pique les orties. Bref, on refait quelques points topo manquant ou pas juste.
(par Alain J)
Dimanche 21.06.2015 - Sieben Hengste, Maric et Alex Hof
En prévision de la topo technique de la cavité prévue pour cette année, Alex et moi faisons la topo de surface du Tropfloch (=Seefeldhöhle). Pendant nos "travaux", nous croisons une dizaine de personnes qui visitent cette cavité et les environs malgré la météo maussade.
(par Maric H)
Dimanche 21.06.2015 - Mine du Furcil, Roland G et François B (4 photos)
Temps de visite : 11:30-18:45=7 ¼ heures. On a parqué la voiture dans la propriété privée. Il y a un mot sur l’essuie-glace le propriétaire envoie un chien et vient lui aussi pour nous dire qu’il y a des places de parc à l’Est et un chemin passe dans la forêt. Initiation à la topo. C’est long ! Mais il faut être précis et méthodique.
(par Alain J)
Samedi 20.06.2015 - Grotte de Milandre, Pierre-Yves Jeannin, Cécile Vuilleumier (SCNV) et tout un groupe du SCVN-D (Marc (3 photos)
Afin d'établir des ponts entre les clubs neuchâtelois, Pierre-Yves s'est inscrit au SCVN-D. Dans le cadre de son admission, il a organisé une sortie pour le club et a proposé la traversée de Milandre. C'est donc le 20 juin que nous partons en direction de Boncourt, pour faire cette traversée que la plupart ont déjà fait, mais il y a fort longtemps. Comme toujours pour ce genre de sortie, nous entrons par l'aval histoire de traverser la boue au début et de se nettoyer dans la rivière. La grotte est très sèche. Antoine (photos) et Ptit Louis (vidéo) se chargent de faire le reportage audio-visuel de la sortie. C'est agréable après d'avoir des souvenirs et je dois avouer que sur place ils ne nous ont retardé que de manière très modérée... Les clichés joints sont d'Antoine. Les deux enfants d'Yvan (12 et 14 ans) nous impressionnent par leur aisance sous terre et s'en sortent mieux que certains vieux briscards pour remonter les cascades en escalade. Il y eut quelques ploufs mémorables. Après environ 5 heures de marche nous arrivons au pied de l'échelle du Puits du Maira. Nous profitons alors du lieu pour une grillade très conviviale tous ensemble, et prenons le chemin du retour dans la soirée. Je crois que tous les participants étaient contents de leur journée.
(par Pierre-Yves J)
Vendredi 19.06.2015 - Tunnel où le Flon part sous terre, Alain J, sa femme et son fils cadet (3 photos)
Dans le livre pour enfants "Vérix et le trésor de Lausanne" (www.carinebd.com), Vérix la petite luciole s'engage dans un mystérieux tunnel. Nous avons voulu retrouver ce tunnel et nous y promener. Mission accomplie. Après, nous avons aussi cherché la tour en bois de la page 33. Là aussi, mission accomplie (et jolie vue).
(par Alain J)
Mercredi 17.06.2015 - Mine du Furcil, Roland G et François B
Mine du Furcil. Temps de visite imprécis. Je n’ai pas regardé l’heure)~3–4 heures. On a parqué la voiture dans la propriété privée. Rien. Initiation à la topo.
(par Alain J)
Dimanche 14.06.2015 - Peseux, P.-Y. Jeannin et son fils
Equipement d'un parcours technique spéléo dans le plus grand arbre de notre jardin. Cette journée a été principalement consacrée à équiper une tyrolienne entre deux arbres, ainsi que la redescente à l'extrémité du parcours. Celui-ci inclut maintenant 4 fractionnements, deux tyroliennes et une vire. On pourra donc s'entraîner en famille!
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 14.06.2015 - Grotte de la Rolaz , Roland G et François B (12 photos)
Grotte de la Rolaz au Marchairuz (VD). Temps de visite : 14:30-16:30=2 heures. Rendez-vous chez François à Travers 10 :00. On prend l’autoroute et sortie Cossonay, via Montricher, Mollens, Berolle, Col du Marchairuz. On s’arrête en haut du Col faire des photos de fleur. On descend en direction du Brassus. On quitte la route sur la gauche dans un virage et c’est pas la bonne route. On remonte et c’est une autre route. On voulait faire le « Gouffre des Enfers » (plus sûr du nom) et François a oublié son casque et lumière. Alors, on va visiter « La Rolaz ». On prend un petit chemin avec la voiture au milieu des sapins et pâturages. On parque sur une dalle de Roche. Le trou est à ~200m. une poutre de chemin de fer est en travers du trou. Pratique pour amarrer la corde. Je descends en 1er et je refile le baudrier à François. On visite le fond relativement plat à 6~8m de la surface. François me propose de faire la boucle. Crénon ! c’est bas, étroit de la flotte et de la glaise mais ça passe. Je saute à la sortie du méandre ~1.80m de haut. Photo avant et après passage. Dégueux. On ressort du puit et on rentre par la France. Vallorbe, le Creux, Jougne, Les Hôpitaux Neufs et Vieux, La Cluse et Mijoux, Les Verrières, Travers.
(par Alain J)
Vendredi 12.06.2015 - Champ-du-Moulin, François B, Alex R, Roland G, Marie J, Pierre-Yves J, Jacques F, Alain J
Après une bonne raclette sur la terrasse d'Alex, on débute l'assemblée générale du club assez mouvementée. Il en résulte une grande rocade dans le comité. Pierre-Yves devient le nouveau président, François le nouveau caissier et Jacques le nouveau secrétaire. Alex devient un nouveau membre. Alain est prié de mettre à jour le site internet pour qu'on puisse y inscrire les activités (le nouveau site sera mis en ligne 4 jours plus tard).
(par Alain J)
Mercredi 10.06.2015 - Grotte de Môtiers, Jacques F, Cécile V (SCNV)
Tentative de finir la topo du boyau de La Plaventrée, commencée en octobre 2014 avec Astrid G et Etienne F (aussi SCNV). Le pompage de la vasque de deux jours avant a assez bien marché, et on peut s'engager dans le boyau en ne remplissant pas les bottes (avec un peu d'effort !). En fait c'est peine perdue, le boyau qui suit remplit les bottes avec de la boue liquide genre bas du bourbier. On arrive laborieusement - ou bourbeusement - au terminus topo. Il fait vite froid dans ce coin. Il me semble sentir un courant d'air remontant (jonction suspectée avec le labyrinthe), mais c'est peut-être juste la convection de mes 300W dans un endroit humide et très, très confiné. Première visée de 1m75, difficile car le topographe occupe toute la section.. puis ledit topographe fait bouchon. J'étais passé là il y a 20 ans, non sans efforts, et j'avais noté "ne plus prendre de dudule ici, c'est débile. Enlever le casque. Revenir avec marteau+burin pour la fin". Là on est en semaine, c'est le soir, on est fatigué d'une longue journée de boulot, il y a demain qui attend avec un gros programme. Donc on décide de ne pas forcer et on reviendra. Note: avoir pris le marteau/burin dans un petit kit était une erreur.. TPST 2h1/2
(par Jacques F)
Lundi 08.06.2015 - Les Eyzies-de-Tayac (Périgord), Pierre-Yves Jeannin, 8 scientifiques
Grotte de Font-de-Gaume et grotte du Pilier Visite de ces deux grottes dans le cadre d'un projet de recherche sur le phénomène de vermiculations qui attaque différentes grottes ornées. Les discussions ont été bon train. La grotte de Font-de-Gaume est touristique, mais nous avons eu droit à une visite spéciale, nous donnant accès à des parties particulièrement fragiles et vermiculées.
(par Pierre-Yves J)
Lundi 08.06.2015 - Grotte de Môtiers, Jacques F, Cécile V (SCNV)
Mesures de conductivité de l'eau, un peu partout à l'extérieur de la Sourde, au siphon de la Sourde, dans les ruisseaux de surface, et à la Cave. Une odeur nauséabonde et inhabituelle perturbe tout le site de la Sourde. Visite de la Sourde pour voir le niveau du siphon. À l'entrée de la Grotte Supérieure, un cadavre de renard en décomposition est probablement l'origine de cette odeur. Les sources au pied de la paroi de la Sourde, le long du chemin allant à la Cascade sont à sec, ce qui est assez rare, mais l' étiage n'est pas vraiment encore engagé. Finalement, pose d'un tuyau au fond de la Cave pour vider la vasque en prévision de la fin de la topo du boyau de La Plaventrée.
(par Jacques F)
Samedi 06.06.2015 - Gorges du Taubenloch, Alain J et famille (2 photos)
Ballade au frais dans les gorges du Taubenloch et examen des petits départs accessibles par les enfants au pied des parois. On n'a pas trouvé de grotte, mais on a bien profité du cadre.
(par Alain J)
Vendredi 29.05.2015 - Mauvaise Combe, Jacques F (1 photos)
Prospection rapide en soirée pour me faire une première idée du terrain. L'objectif est de retrouver les cavités mineures du Gigon. Je suis une route forestière assez récente (3-5 ans selon les nouvelles pousses) en rive droite, puis me fait happer par quelques bancs qui sentent le karst. Je les suis jusqu'à ce qu'ils se perdent dans la forêt, pas loin du haut de la côte. Le bancs sont inclinés à env. 40 grades vers le S dans ce secteur. Résultats: quelques bancs karstifiés, une petite poche karstique avec concrétions de 1m50 de haut et 1m de large, qui queute sur rétrécissement sur faille (voir photo basse résolution, le carré blanc est une carte au 25'000 pliée). Ce coin est 50 à 100m à l'ouest des coordonnées de la petite grotte mentionnée par Gigon (mais je ne l'ai pas encore retrouvée). À continuer; compter plusieurs jours pour faire tous les bancs soigneusement car il y en a beaucoup et c'est assez raide. Retour par la Petite Sagneule. Le ruisseau qui en sort devient vite un petit pipi, 0.5 LPM max. Il se perd en dessous du dernier virage raide dans le haut de la route.
(par Jacques F)
Jeudi 28.05.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et Alex R. (6 photos)
Gouffre des Miroirs 8ème fois. Temps de visite 19:30~01:00=5 ½ heures. Fais des photos. Alex purge la suite. Il remonte la corde et la love à ~-80m. On remonte. Je trouve 1 cristal de roche dans un semblant de géode.
(par Alain J)
Lundi 25.05.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G, Alex R et Miguel B. (4 photos)
Gouffre des Miroirs 7ème fois. Temps de visite : 10:30~16:00=5 ½ heures. Enfin, il fait chaud et soleil. Alex descend en 1er, Miguel en 2ème et moi. Au plongeoir, je vais voir vers la lucarne. Y a du soleil cette fois et j’escalade pour sortir dans la Petite Ecoeurne. C’est vertigineux. On doit être à mis course de la falaise. C’est à pique. Je vais faire des photos et je vais rejoindre Alex et Miguel qui équipe la suite après les concrétions. Miguel fait de la topo. Il se les gèle. Alex remonte. Je vais voir jusqu’où il a équipé. Il me déconseille d’aller plus loin. Les cailloux sont branlants. On remonte toute l’équipe. En haut, c’est le thé avec Miguel. On rentre .
(par Alain J)
Dimanche 24.05.2015 - Grotte de l'Entrée du Gor de Braye, Jacques F. Cécile V (SCNV) (3 photos)
Visite. Ça coule bien. Aucune trace de travaux récents. Plus haut dans les gorges, juste en dessous du Pont de Vert, un bout de paroi est descendu sur le chemin il y a peu. On nous avait averti ! Un sentier de contournement est déjà marqué.
(par Jacques F)
Samedi 23.05.2015 - Grand Vy, Creux de l'Eau, Baronne, Creux du Van, Jacques F, Cécile V (SCNV) (2 photos)
Dans mes notes d'il y a longtemps est écrit "Constaté lors de la coloration vers la Grand Vy: une des dolines vaut vraiment la peine de creuser - vers le Creux de l'Eau (PYJ)". Une partie du traceur était ressortie à la Sourde, faisant de cette injection le point le plus oriental prouvé du bassin versant de Môtiers. Cette sortie fut donc un 'premier contact' avec secteur. Quelques affleurements, certains un peu lapiazés, géol sympa, une doline soufflante sur la Baronne (pas le grand trou, sous un sapin). Sinon, les volumes de certaines dolines sont certes impressionnants, mais pas vraiment grand chose qui invite aussi fort à creuser que mes notes suggéraient. Le fond de la doline la plus proche de la Grand Vy est un pierrier grossier, pour les autres c'est de la terre, des gentianes, et quelques beuses. A revoir: le mauvais temps nous a poussé à faire vite. En fait, à revoir quand aussi c'est très humide (orage, fonte des neiges), au cas ou les écoulements de surface ajouteraient de l'information.
(par Jacques F)
Mardi 19.05.2015 - Local spéléo, Roland G et François B
François passe me chercher au chantier à 17:30. On va au local à Cornaux tremper les nouvelles cordes. Contrôle des autres cordes.
(par Alain J)
Lundi 18.05.2015 - Milau, Roland G et François B
Je me réveille vers 06 :00 heures. Je lave tout le matos spéléo, celui de François aussi. Il y a un ruisseau juste à côté du parking. Faire sécher le tout, je vais chercher de l’eau au cimetière du village. En chemin, je vais discuter avec un paysan du coin. Il me raconte l’eau contaminée en dessus du Causse par une station d’épuration qui rejette l’eau dans une doline et qui par le ruisseau souterrain pour alimenter le village. Il aurait trouvé le moyen, en mettant du sable et graviers pour filtrer. Ouais pour combien de temps ? On mange avant de partir. On passe Milau (wahou le pont) et retour en Suisse.
(par Alain J)
Dimanche 17.05.2015 - Traversée St.-Paul des Fonts - Pas de l'Estrech, Roland G et François B (6 photos)
Réveil à ~09:30. Sortir le matériel de la voiture. Dérouler les cordes des bobines, les lover, mettre les maillons rapides ensemble, ranger le tout dans la voiture. Déjeuner. On va avec la voiture dans le parking du village. Montée à pied au pied du Causse. On cherche la cabane de St-Paul des Fonts (ancienne fromagerie et départ de la grotte) au GPS. François l’a trouvé ! On visite la fromagerie et après on s’équipe pour faire le réseau. Après un certain cheminement, la galerie est inondée. L’eau n’est si froide. Aller Roc, vas-y, trempe toi ! L’eau a mis cuisse : ça passe ! C’est une première pour moi. On sort de l’eau dans une galerie très basse et hop, deuxième lac que l’on empreinte par la gauche sur une vire. Au bout de cette vire, il faut passer une tyrolienne à la corde dégainée sur ~3-4m. Ça tient ! On traverse un pan stalagmitique sur une vire qui débouche sur un troisième lac où là il y a une autre vire qui surplombe le lac. Une passée la galerie s’ouvre. C’est gigantesque, la hauteur. Ça monte pour accéder au sommet et après ça redescend. On arrive à la rivière souterraine entre des parois énormes. On va jusqu’au terminus du siphon. Retour sur nos pas. On emprunte un méandre assez serré au départ à se demander si c’est par là qu’il faut continuer. Je vais un bout et je vois une corde. C’est bon, François, c’est par là ! Ça c’est le Pas de l’Estrech. C’est un très long méandre parsemé de gouffres à traverser. C’est fou le changement de décors tout au long de ce méandre. Je n’ai plus d’accu pour faire des photos. Tant mieux, comme ça j’avance plus vite, les images s’enregistrent dans ma tête. C’est beau est interminable. A se demander si on va sortir une fois. C’est très déchiqueté par moment et il y a des prises partout. Le méandre est assez haut parfois. Je dépasse François par en dessus. Mais c’est de courte durée, il est plus rapide. Enfin, la sortie et il fait nuit dehors. On passe entre les buissons pour retrouver le sentier qui mène au village. On retourne au parc pour mettre la tente. Pâtes, sauce tomate. Dodo. Temps de visite : 15:30~01:00=9 ½ heures.
(par Alain J)
Samedi 16.05.2015 - Gouffre des Rutelins, Jacques F, Jean-Claude P, Beat A, Eve C, Antoine D, Cécile V, Julien G
Visite-tournage pour un reportage d'env. 3 min. au TJ du dimanche 24 mai 2015. Julien Guillaume de RTN gère tout le tournage, en en plus c'est sa première sortie spéléo sportive. Multiples poses, discussions, explications et reprises.. depuis le tunnel jusqu'au siphon du fond. Eve sort en fin d'après-midi pour s'occuper de ses vaches et redescend après pour aider à la remontée (!) Antoine a fait de très belles photos: www.aduco.ch/rutelins. PS: on a vraiment vu des Niphargus ce jour-là. TPST 8h.
(par Jacques F)
Samedi 16.05.2015 - Village troglodyte près de Bollène, Roland G et François B (6 photos)
Réveil à ~07:00. On va visiter le village troglodyte. C’est une ruine totale. On fait un immense tour en passant par le belvédère caves cathédrales, Château de Chabrière. Il fait chaud et ça sent bon le sud. On finit notre boucle. Casse-croûte. Départ pour les cavernes. Causse du Larzac. St-Paul des Fonts. On trouve une « Aire de l’Annou » parking. On plante la tente. Dodo.
(par Alain J)
Vendredi 15.05.2015 - Grotte de Choranche, Roland G et François B (3 photos)
Je me réveil. P**ain, ce qu’il fait froid. J’ouvre la tente et oh surprise, il a neigé ! On lève le camp vers 08:00, ranger le tout et départ vers 09:00 par le Col Gaudissart et arrivée à St-Jean-en-Royan. On va se réchauffer au Resto-Bar. Chocolat chaud. François note les prix selon liste pour achat chez Expé à Pont-en-Royans. Achat chez Expé le matin. Il faut repasser l’après-midi. Il pleut des cordes. François m’invite à voir la Grotte de Choranche. Majestueux, magnifique, fistuleuses dans une grande salle de 20m de haut environ. Il y a 300m de roche en dessus. Une rivière souterraine. Temps de visite : 14:30-15:30=1 heure. Coule et se déverse. Son et lumière. La guide est sympa. On passe par l’entrée et j’achète une chauve-souris en peluche. Je l’appelle Antilyde. François trouve un majestueux mammouth qu’il appelle « Silex ». Trop beau. On retourne chez Expé finir les achats et paiements. Il pleut toujours. On décide de partir pour le sud. On s’arrête en route pour manger dans un resto-route . On file jusqu’à Bollène, en face de Pont St-Esprit (Ardèche). Achats et commissions chez Leclerc. On cherche un village troglodyte. On l’a trouvé et on passe la nuit dans une de ces maisons. Waouh, pas besoin de mettre la tente. Le sol est plat et sec. On s’est fait le souper. Une paella ! Mmh ! Aller dodo.
(par Alain J)
Jeudi 14.05.2015 - Grotte du Brudoux, Roland G et François B (7 photos)
Lever 10 :00. Je vais faire un tour dans la forêt nourrir les mouches. Retour voiture. Des gens arrivent en voiture. Je leur demande la position sur la carte. Plier la tente et ranger les sacs un peu mieux. On a oublié le réchaud ! Déjeuner sandwich, saucisse de Lyon. Départ St-Julien pour la Grotte du Brudoux en passant par Grands Goulets. La chapelle en Vercors, St-Agnan en Vercors, Rousset, Col de St-Alexis, Vassieux-en-Vercors, là, arrêt, bière et achat de fromage. Départ Col de Lachau et Grotte du Brudoux. On cherche l’entrée de la grotte en remontant le ruisseau. En fait, il y a une autre entrée dans les environs. François cherche au GPS et c’est lui qui la trouve. J’avais passé 5m en dessous et rien vu. On rentre dans le gouffre. Au fond, belles concrétions que l’on passe pour arriver à une rivière souterraine. Il y a quelques passages sur cordes à faire. On arrive clef et il est rempli d’eau. Tant pis. On revient sur nos pas. Longueur environ 450m.Temps de visite : entrée vers 19 :45-08 :00=6 ½ heures. Je plante la tente et je mets la boîte par-dessus. Le Ciel avait l’air menaçant en entrant dans la grotte. Je pensais à un orage pendant la nuit et c’est plus agréable de sortir sous un abri. Je suis crevé. Dodo.
(par Alain J)
Mercredi 13.05.2015 - Les Gorges de la Bourne, Roland G et François B
(France) Vercors-Bollène-Cévennes. C’est le weekend de l’ascension. Vendredi fait le pont au boulot et j’ai demandé congé pour lundi 18 mai. On part le mercredi soir le 13 mai pour être à Grenoble et via le Vercors trouver une place pour passer la nuit. Départ de Colombier 19 :00. Arrivé à Travers 19 :30 chez François. Souper, arroser les plantes, déplacer des pots de fleurs. Charger tout le matériel dans l’Opel Break. Passer par Ste-Croix, Yverdon Mc do. François me montre la topo du Gouffre des Miroirs. Départ pour Grenoble via le Vercors. On parle des astronautes, des planètes et des voyages dans l’espace. Gravité, apesanteur. On passe chercher des sous à la Banque Populaire à Villard-de-Lans. On passe de nuit « Les Gorges de la Bourne » taillées dans la roche et des surplombs par endroit. On cherche un coin pour dormir dans la forêt et montre ma tente. Super coin vers un sommet et il y a une plateforme parc. Alt. 1120 m. Temps sec et température agréable. Il est 02 :30 dodo.
(par Alain J)
Vendredi 01.05.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et Alex R. (3 photos)
Gouffre des Miroirs 6ème fois. Temps de visite : 16:30-20:00=3 ½ heures. Il y a de la brume sommet de la Petite Ecoeurne. Il pleut ! On descend à -35m. Alex équipe un nouveau passage dans le Sud de la faille. Moi je vais voir côté Nord vers les lucarnes. Y a du jour, je vois mieux comment c’est. Il pleut. En levant les yeux, la faille donne effectivement dans la Petite Ecoeurne. Je reçois plus d’eau, je commence à être trempé. Je rentre dans la faille. Je remonte au plongeoir et je vais rejoindre Alex. Il me dit que ce serait mieux de rester ensemble pour équiper. En cas de pépin, on peut s’entraider. Ok. Alex a trouvé un pan stalagmitique très court mais très beau avec des excentriques un peu jaune pâle à filament noir. En continuant, ça descend et la faille continue de descendre à la verticale. Chouette ça continue. La perceuse n’a plus d’accu chargé et manque de corde et de spit. On remonte et je prends ma corde de 120m. Alex va équiper avec de la corde neuve 10.5 diamètres. Je fais des photos. On rentre.
(par Alain J)
Lundi 20.04.2015 - Grotte de Lascaux, Pierre-Yves Jeannin, Sandrine Géraud (Lascaux)
Visite rapide de la Salle des Taureaux de la grotte de Lascaux (la vraie!) dans le cadre d'un projet de recherche sur les vermiculations. J'ai surtout vu des vermiculations et pas beaucoup les peintures!
(par Pierre-Yves J)
Samedi 18.04.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et Alex R. (2 photos)
Gouffre des Miroirs 5ème fois. Temps de visite : 19:00-24:00=5 heures. On remonte les cordes lavées au plongeoir. On remonte un nouvel équipement pour descendre la faille plus côté nord pour aller voir la lucarne et voir où ça donne. Il y a du mond milch au départ sur une dizaine de mètre. Alex équipe ! Spit, perceuse et voilà, on arrive à la lucarne. Il fait nuit. On n'arrive pas sortir de la lucarne: il faut escalader et on n'a plus de corde. Avec un peu de recul en remontant l’éboulis au fond de la faille, on distingue au loin des réverbères Rochefort. Ça donne dans l’Ecoeurne ou pas ? On verra ça une autre fois. On laisse tout équipés pour une autre visite. On rentre, il fait nuit et moins froid.
(par Alain J)
Jeudi 02.04.2015 - Milandre, Pierre-Yves Jeannin, Anne Johannet (Alès)
Excursion de présentation de la grotte de Milandre dans son contexte. Visite en surface, puis dans la partie amont de la grotte jusqu'à la Grande Cascade. Deux étudiants font un travail de Master sur les données de la rivière souterraine. On verra ce qu'il en ressort!
(par Pierre-Yves J)
Mercredi 01.04.2015 - Milandre, Pierre-Yves Jeannin, Cécile Vuilleumier, Marc Lütscher
Séance de topo dans la partie aval de la grotte. Nous topographions env. 200 m dans la galerie de l'Attrappe (sous la galerie des concrétions). On devrait pouvoir terminer cette galerie lors de la prochaine séance. Marc en profite pour faire quelques observations à la recherche de calcites cryogéniques. Il ressort bredouille.
(par Pierre-Yves J)
Samedi 28.03.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G.
Gouffre des Miroirs 4ème fois solo. Temps de visite : 15 :00-20 :00=5 heures. Il fait encore froid. La route pour la Fruitière de Bevaix est bonne juste en dessous du Bistrot de la Fruitière. Je me fais la faille en solo. J’adore ce silence. Je fais des photos sur tout le parcours jusqu’au fond. Je déséquipe ma corde de 120m 10 ½ de diamètre et tous les mousquetons que je ramène lavé au plongeoir. Je laisse tout là. Alex va venir purger les cailloux branlants et c’est pas bon si ça tombe sur la corde. Je ressors. On verra la suite.
(par Alain J)
Samedi 21.03.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G et Alex R. (3 photos)
Gouffre des Miroirs 3ème fois. Temps de visite : 21:00-02:00=5 heures. On continue d’équiper depuis le plongeoir. Alex plante ses spits avec une perceuse à accus pour des tampons de 12 ½ de diamètre. C’est trop gros et ça prend plus d'énergie sur l'accu. Va falloir mettre du 10 ½ de diamètre. Alex atteint le fond de la faille. Estimé à – 95m. On laisse les cordes en place. On ressort. Il fait froid y a encore des plaques de neige.
(par Alain J)
Dimanche 15.03.2015 - Gouffre des Rutelins, Pierre-Yves Jeannin, Gislène Uccelli, Pierre Uccelli, Eve Chédel
Topo de la branche remontant plus haut que l'entrée à partir de la Cathédrale. Très joli galerie phréatique fortement inclinée dans laquelle dégringolent des graviers et plaques d'argiles. Elle prendra le joli nom de Galerie du Sablier.
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 15.03.2015 - Gouffre d’Ouzène (France-Doubs) , Roland G et François B (10 photos)
Temps visité : 16:30-22:00=5 ½ heures. Il fait beau. On descend le 1er puit et juste avant la chatière, prendre à gauche un passage dans une sorte de marmite continue jusqu’au fond environ 7m. Là, on lève les yeux et il y a une cheminée aux parois concrétionnée. Il y a une corde à poste. Je grimpe et arrive en haut, je sécurise avec notre corde sur leur amarrage à 2 boucles et une chaine. François me rejoint. Là, devant nous, un couloir horizontal à la hauteur variable suivent le parcours. 2-3 puits à traverser. On a fait une ….. sur les anneaux déjà en place sur tout le parcours. Au fond de cette galerie un puit à descendre environ 8m. On arrive sur un plancher d’où partent 2-3 galeries. On privilégie aller qui descend pour rejoindre, au descendeur, la galerie du fond du gouffre. Le passage est très serré au milieu des concrétions, après ça s’élargis et on arrive au fond. Visite du fond avec son petit passage étroit et derrière des gours à plusieurs terrasses. François me propose de déséquiper le parcours par où on entre et de lui lancer la corde pour remonter le puit d’entrée. Il fait des photos en m’attendant. On remonte, déséquipe et retour à la voiture. Je trouve ce gouffre très beau pour ses concrétions dans les puits du haut.
(par Alain J)
Samedi 28.02.2015 - Grotte de Môtiers, Roland G. (3 photos)
Grotte de Môtiers, 43ème fois seul. Je retourne faire quelques photos aux lacs. Je flippe en voyant le niveau est monté de quelques centimètres. Je sors illico presto. Peur de me faire coincer là au fond. Si ça monte trop vite, le passage à la cave serait, je ne sais pas mortel, noyade assurée. Temps de visite : 18:30-20:00=1½ heure. Je suis descendu en corde dans le puits du 1er lac environ 6 m de descente.
(par Alain J)
Dimanche 22.02.2015 - Grotte de Môtiers, Roland G. (3 photos)
Grotte de Môtiers (42ème fois), seul. Découverte des 4 lacs au fond de la cave d’où il faut monter une cheminée, (il y a une corde avec nœuds). Galerie horizontale légèrement en pente descendante. Il faut enjamber une fissure de 70cm qui donne accès à un lac. Il faut continuer la galerie sur la gauche et on traverse une galerie bien concrétionnée avec de l’eau au fond (mi-botte). On arrive dans une galerie descendante, avec ses coulées stalagmitiques, qui donne accès aux lacs. Ce que l’eau est limpide. Mais froide. Le bassin est profond de 2~3 m. Je distingue au fond des semblants de galeries. Je fais quelques photos et je ressors. Je suis content d’avoir découvert ça. Temps de visite15:30-18:30=3 heures.
(par Alain J)
Samedi 21.02.2015 - Grotte de Môtiers , Roland G. (8 photos)
Grotte de Môtiers (41ème fois), seul. Je fais un tour par les échelles en dessous de la galerie du bourbier. Sortie par le bois et sortie. J’ai fait des photos avec la lampe à led. C’est un peu plus éclairé, mais c’est pas encore ça. Il faudrait des flashes à distance. Pas d’eau à l’entrée. Y a de la neige dehors et pas de soleil. Temps visité : 15:15-18:15=3 heures
(par Alain J)
Mardi 03.02.2015 - Gouffre de la Roguine, Roland G. (5 photos)
07:45 j’ai envie d’aller au gouffre de la Roguine. Il fait froid mais j’ai trop envie d’y aller. J’espère que la toute n’est pas enneigée. Faut y aller. J’y ai été ! Après le Couvent, la route est encore bonne sur 2.5km après c’était trop enneigé. 5km à pied en suivant la route. C’était gelé et pas pénible. J’arrive au trou de la Roguine. C’est beau quand c’est enneigé. J’installe la corde de 50m à 2 arbres et 1 gaine pour le surplomb. Je suis descendu pour chercher le crâne. Je pensais que c’était celui d’un ours. J’en ai trouvé un autre sous les cailloux. C’est un crâne de cheval. Je remonte en laissant les 2 crânes au fond du trou. Je déséquipe. La corde est trempe donc lourde, le retour est plus long, La température est montée et je m’enfonce dans la neige. Il y a un de ces vents et il pleut. Je suis arrivé à la voiture, trempé. Je vais chez Alex et Catherine. Ils m’invitent à un souper, patates, salade de carottes et un bon coup de rouge devant le fourneau. Ouah! Le pied! Je rentre sur Colombier.
(par Alain J)
Samedi 24.01.2015 - Grotte de la Tourne, Roland G, Alex R et François B. (10 photos)
Grotte de la Tourne avec Alex, François et Roc. Il fait froid. Il y a de la neige. Je vais chercher François à Travers. Passer chercher Alex à Champ du Moulin à « La Coccinelle ». Je fais quelques photos des rochers du Miroir sous la neige. C’est beau on voit bien les strates. Via la Tourne. François a pu obtenir les clefs après une heure à remplir des formulaires. Joli coup François ! Alors pour ouvrir la porte, il a fallu une pelle et un bon tour de clef. Ce que ça va dur! Ça y est, ça s’ouvre. Surprise le gouffre est juste derrière la porte. François équipe et il descend le 1er. Je descends en 2ème et Alex suit. Waouh c’est absolument magique toutes ces fistuleuses et un petit lac pour les reflets. Là, je mitraille en photo. J’ai pris une lampe à accus Makita au chantier. Ça éclaire bien mais les roches sont trop claires sur les photos. On passe à une 2ème salle d’où l’on est descendu de la 1ère par une bonne descente entre les cailloux. La 2ème salle est plus évasée. Il y a des stalagmites aux bords de petits gours. Je cherche le passage pour la 3ème salle. Ça passe entre les cailloux et un méandre pas trop serré. François descend par un puit au fond de la 2ème salle. J’étais en dessous en train de photographier, quand j’ai reçu la corde sur moi. Ça m’a fait sursauter. François descend et ensuite Alex. On visite la 3ème galerie avec ses cheminées et ses concrétions. Tout est beau la dedans. On retourne à la 1ère galerie et avant de monter on fait une pause poulet, vin rouge (que moi) pain. On remonte et on déséquipe. Refermer la porte et verrouiller. Temps de visite : entrée vers 13 :30-17 :00 = 3 1/2h.
(par Alain J)
Dimanche 18.01.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G, Alex R et François B. (3 photos)
2ème gouffre des Miroirs. Allez ! On remet ça ! Cette fois il y a François qui vient avec nous. Donc Alex et moi. Aïe, il y a de la neige vers le sommet de la Montagne de Boudry ! J’espère pouvoir monter avec la voiture jusqu’à la fruitière de Bevaix. Je vais chercher François chez lui à Travers à 09:00. On passe à 10:00 chercher Alex chez lui à Champ du Moulin « La Coccinelle ». Il nous toujours reçoit toujours chaleureusement. Thé ! On regarde sur mon ordi les photos que j’avais prises le week-end avant. Explications Kimméridgien à l'Oxfordien. Génial ! Bon c’est parti ! La montée jusqu’à la Fruitière était à la limite du hors-jeu pour la voiture. Il aurait fallu tout faire le reste à pied. Mais ça a passé ! Joli! 20 à 30 cm dans les champs. Je mets ma combi vers la voiture. Je m’équipe et hop on monte. Alex et François droppent comme des chevreuils. J’arrive à la falaise, je transpire à travers ma combi. C’est pas bien la combi pour marcher. Trop beau l'histoire de la désobstruction. Maintenant, je comprends l’enthousiasme de la découverte. Je suis tout belebele tagada, retourné, c’est trop génial, gigantesque. Faut que digère cette découverte. C’est inimaginable de décrire ce sentiment. Découvrir un endroit ou peut être personne n’y est encore allé. Waouh cette impression intérieure. Magique ! Merci Alex de nous avoir fait découvrir la découverte. On équipe la Petite Ecoeurne avec une corde de 60m attaché à un arbre. Ça arrive juste au trou. Ca je l’ai déjà écrit. Ce qu’il faudrait de même le départ avec un relais à un autre arbre en dessus (6-8m). Alex descend en 1er, François 2ème et moi en 3ème. On arrive au fond du trou. Alex a bien désobstrué et le passage est possible. Alex a pris sa perceuse à accus. Il passe en 1er pour équiper le 1er relais à 3m environ de l’entrée. François va voir et il revient. Je vais voir et faire des photos d’Alex qui équipe. Il y de la boue jusqu’aux oreilles et sur le bout du nez. Je ressors pour discuter avec François. Il m’explique la géologie. C’est fascinant. Il me fait remarquer 2 pierres qui sont biaisées chaque côté de la paroi (miroir de faille à peu près). Alex remonte. Il a fixé 3 spits et depuis ce dernier, la corde pend sur 25 ~ 30 m environ. Une immense faille ! Je ne peux pas m'empêcher. Je remonte la corde pour voir si il a fait un nœud au bout. Eh ben non ! Il y a un paquet de nœuds que je défais et je fais un nœud au bout. Je balance la corde et je descends. Je croise une chauve-souris qui roupille. Mais qu'est ce qu'elle est bien là ! Y a que moi qui pourrais la déranger. Mais je ne fais que la regarder dormir. Je continue la descente. Putain c’est magique cette faille déchiquetée et qui ondule vers la falaise. C’est fascinant. Je vais jusqu'au bout de la corde et: ho! Surprise! Je vois le jour qui donne sur la falaise extérieure. Waouh ce que c’est beau. Je prends 2-3 photos. Ça appelle de là haut ! Faut que je remonte. François attend depuis 4 heures et il a froid. Sensation étrange que de voir ça pour la 1ère fois et merde il y a ma lampe qui s’éteint. J’ai beau la remonter en route, elle s’éteint à chaque fois. Faut que la laisse se reposer un moment pour pouvoir l’allumer sur réduit. Je remonte un bout dans le noir. Je monte lentement et cette lumière qui vient du fond m'émerveille. Allez, je ressaye la lampe. Ouais ça marche. J’arrive au 3ème relais. Je love la corde et je l’attache au relais. J’ai défait le nœud pour remonter la corde. "Hé Roland, tu viens ou quoi? Tu fais quoi? Ouais, là il faut accélérer!" Ils s'impatientent. 2eme x 1er relais. Voilà j’arrive. François remonte la Petite Ecoeurne en 1er moi 2ème Alex 3ème et il remonte la corde mais pas son sac ou il a son téléphone, porte-monnaie, carte etc. Il s’en rend compte à la voiture. Trop tard pour remonter. On redescend en voiture. La route est gelée. Je roule en dehors des traces de pneu pour aider la vitesse lente. On cherche une cabane pour l'assemblée. On va se boire un thé à Bevaix. Alex dégèle et il laisse une trace de boue au sol qui lui a coulé des bas du pantalon et des souliers. Ha, ha, que c’est drôle. Ça change des gens bien fringués. Je ramène François à Travers. Mmh, miam, souper poulet curry avec riz. On regarde mes photos sur l’ordi. Je rentre à Colombier. Belle, très belle journée !
(par Alain J)
Samedi 17.01.2015 - Gouffre des Rutelins, Pierre-Yves Jeannin, Marc Boillat (SCVN-D), Antoine Ducommun (SCVN-D), Mathieu D (2 photos)
Sortie organisée pour former quelques intéressés à la topographie souterraine. En effet, il y a du boulot aux Rutelins! Nous commençons par une galerie inférieure pas très éloignée de la Cathédrale et butons sur un lac. Pour éviter la baignade, nous prenons un boyau latéral. Ca sera donc la Galerie du Lac et le Boyau du Lac. Les nouveaux apprécient de manière variée les systèmes de mesures et de dessin électroniques. Ils ressortent cependant assez convaincus! Les images jointes montrent leurs œuvres et la mienne. C'est un bon début.
(par Pierre-Yves J)
Dimanche 11.01.2015 - Tête à l’Ours N°2 , Roland G. (5 photos)
Tête à l’Ours N°2 aux Rochats pour la 2ème fois en solo. 12 :30-14 :30 sortie= 2 heures. Il y a 10cm de neige, je m’approche le plus possible avec la voiture jusqu’à une assez grande place. C’est beau la forêt sous une cape de neige. Je retrouve le trou sans problème, j’ai pris une corde de 10.5 de 50m et une dizaine de mousquetons. Je fais des photos à mon rythme. C’est impressionnant ce puit qui se dérobe sous mes pieds. C’est étroit 2~3 m de section au plus large. Au fond du premier puits le fond continue un petit bout et à mes côtés un méandre qui descend assez fort. J’arrive à un 2ème puit qui plonge, avec une forme régulière et symétrique jusqu’au fond. C’est humide ça coule un peu le long de la paroi. Au fond du 2ème puit il y a encore un minuscule méandre. Je ne le prend pas mais je vois un spit un peu plus loin. Je n’ai pas assez de corde pour m’engager dans le 3ème puit et si je reste coincé dans le méandre, il n’y a personne avec moi. Donc, prudence ! Je remonte, en passant j’ai vu un fossile coquille. Tout s’est bien passé ! En rejoignant la voiture, j’ai attaché la corde au harnais et j’ai tiré dans la neige pour la nettoyer. Je remballe tout et je rentre. Il fait froid !
(par Alain J)
Samedi 10.01.2015 - Gouffre des Miroirs, Roland G, Alex R (7 photos)
1ère au gouffre des Miroirs. J’ai rendez-vous chez Alex à 09:00. François Bourret vient aussi. On va voir à la Petite Ecoeurne en dessus de la fruitière de Bevaix. Alex a trouvé un trou. Je prépare le matos. Nouvelle François ne vient pas. Tant pis, il préfère dormir. Je le comprends. Moi j’avais trop envie de voir à quoi ça ressemble et du même coup de descendre un bout de la Petite Ecoeurne. Le temps est magnifique. Soleil, ciel bleu, des nuages, et un vent d’ouest assez fort. J’ai adoré la descente entre les falaises. Ça donne un effet de vision différent que si on se promenait à New York. Bon. 60m de corde pour descendre autour et au fond du trou. 1er et 2ème relais. 7 ~ 8 m du 2ème au 3ème et on est au fond du trou. Là ! Un courant d’air assez fort sort du trou (petite ouverture en amont) et sort en aval d’un autre petit trou que l’on a désobstrué un bout. Alex grattouille encore un petit peu et il voit de la lumière au fond du trou. Sûr, ça donne sur l'extérieur du couloir de la Petite Ecoeurne. On arrête de creuser là. On commence à désobstruer le trou souffleur en amont. C’est fou le courant d’air ! Je creuse encore un petit bout pour passer le casque et voir plus loin si ça donne accès à quelque part. Il se fait tard et il faut remonter. On verra la suite une autre fois. Quand ? On verra.
(par Alain J)
Mardi 25.11.2014 - Grottes de Motiers, Jacques Farine et Cécile Vuilleumier (SCNV)
Topo au fond avec Cécile, depuis le lac à la fin de la Galerie des Rails jusqu’au fond de la Fissure Terminale du Gigon, y compris jonction avec la Cinquième Galerie découverte il y a 10 ans par Jean-Claude et visée par Patrick en 2010. Total 75m de dévelopement utile. Petit bémol: la longueur du boyau descendant faisant suite au lac avait été sous-estimée auparavant, ce qui rabaisse la dénivellation totale de +-188m à +-183m. Nous remarquons un étrange dépôt de sable sous les échelles du Bourbier, à l’apparence poivre-et-sel comme aux Rutelins, que nous récoltons. Le passage du lac requiert une immersion quasi totale et à la fin nous avons beaucoup trop froid pour la suite logique: attaquer l’autre première de Jean- Claude, celle qui est étroite et en bas de la Fissure Propre, où l’eau coule de partout - justifiant son nom. Aussi, le niveau du siphon ne doit pas être loin. Et il se fait tard: Pierre Perrochet et un invité du CHYN nous attendent dehors pour visiter les Grottes. Nous sortons, nous changeons, croquons une morse rapide et .. repartons faire une visite intégrale, jusqu’au lac au bout des Rails. Nous sortons bien tard, mais bouclons une grosse journée en dégustant un apéro sympa sous un ciel clément.
(par Jacques F)
Dimanche 23.11.2014 - Gouffre des Rutelins, Jacques Farine, Jean-Claude Page et Béat (GSAC)
De nouveau sur invitation de Jean-Claude et Béat, désob dans le réseau complexe avoisinant la grande faille de la zone d’entrée: un boyau d’env. 40m complètement tapissé de cupules, dont la direction s’inverse vers la fin (!), mène de l’autre côté du grand lac accessible depuis le haut par la galerie principale. Du bord de ce lac, une large galerie presque entièrement remplie de sédiment remonte. Désob de la partie haute du sédiment, sous le plafond, sur env. 2m. Ça passe derrière, mais la première ne dépasse pas 1m40 car on débouche simplement dans une autre poche entre le sédiment et le plafond. Par contre cette poche est remplie d’une grosse quantité de sable noir apparemment différencié et ressemblant aux grains magnétiques récoltés vers le fond quelques semaines auparavant. Récolte d’env. 1 kg de ce sable pour analyse, et visite de l’enchevêtrement complexe de galeries caractérisant ce secteur.
(par Jacques F)
Jeudi 20.11.2014 - Milandre, Jacques F et des membres du SCJ
Jeudi et vendredi 20 et 21.11.2014. Participation aux travaux du CHYN: le jeudi, topo de la “galerie inférieure inférieure” sous la Grotte Touristique jusqu’à l’eau (avec coloration inattendue, à la boue, de la Bâme), et de la Galerie de l’Attrappe env. jusqu’à michemin avant la jontion avec la rivière aval. Le vendredi, jaugeages au Saivu, à la Bâme et de la Milandrine dans la grotte. Une tentative de jaugeage à l’extrème aval a du être annullée faute de trop d’eau et circulations inappropriées. Par contre la Milandrine a été jaugée avec succès vers le déshuileur aval. Super soirée avec le SCJ aux Gramps- Champs le jeudi.
(par Jacques F)
Dimanche 16.11.2014 - Grottes de Môtiers, Jacques Farine et Cécile Vuilleumier (SCNV)
Revisite globale avec Cécile, cette fois la crue est plus conséquente: le niveau au Bourbier est 10cm sous le seuil. Visite de la Désob Mastoc de l’entrée pour déterminer l’accès aux cheminées pas topographiées - pas besoin d’échelle. Finalement, topographie de tout le petit réseau dit “du Sivellen” en dessous de la Désob Mastoc, y compris de la première faite par François en 2006. Total 50 mètres de dévelopement. Et il reste encore du travail de topo dans le coin ...
(par Jacques F)
Dimanche 09.11.2014 - Grottes de Môtiers, Jacques Farine et Cécile Vuilleumier (SCNV)
Visite de toute la cavité maintenant en petite crue avec Cécile pour observations détaillées des niveaux et de leur évolution au cours de quelques heures. Récolte d’un Niphargus au siphon de la Cave, qui est juste après le virage. L’observation de Niphargus à Môtiers n’est plus une rareté - sauf pour le célèbre Lac des Crevettes, ou le passage de trop de monde doit jouer un rôle. Aussi, tentative de topo dans une départ en interstrate sous l’éboulis de la Deuxièmme Galerie, pas loin du Rasoir. Cette fois je ne passe pas .. ni Cécile ?!? A réessayer avec marteau/burin, c’est juste la pointe d’un petit bloc...
(par Jacques F)
Jeudi 06.11.2014 - Excursion hydrogéologique du bassin de l’Areuse, Jacques F, Pierre-Yves J
Participation à cette excursion sur invitation de Pierre-Yves Jeannin (ISSKA, GSTro), comprenant la visite de la Grotte de Vers-chez-le-Brandt.
(par Jacques F)
Mardi 04.11.2014 - Grottes de Môtiers, Jacques Farine et Cécile Vuilleumier (SCNV)
Revisées à l’entrée du Rasoir avec Cécile Vuilleumier pour confirmer les changements de direction observés la veille. Aussi, visite de la salle du Labyrinthe pour évaluer les chances de jontion avec la Plaventrée (faibles) et revisée intégrale de la Cave depuis la Première Galerie jusqu’au siphon.
(par Jacques F)
Lundi 03.11.2014 - Grottes de Môtiers, Jacques F et Cécile Vuilleumier (SCNV)
Fin de la topo du Rasoir avec Cécile Vuilleumier du SCNV. La topo de cette galerie, qui n’est ni sur la topo de Schnörr, ni sur celle du Gigon, avait été entreprise en 2010 avec Patrick Dériaz, mais avortée sur passe-plus. Pourtant j’en avais fait le dessin complet en 1994. Cette fois je repasse (avec les mêmes efforts qu’il y a 20 ans !), et nous pouvons finir ce bout de topo: 5h pour glâner une vingtaine de mètres de plus. A la sortie, je trouve le truc pour repasser la boîte aux lettres du premier coup et ne perds pas 20 min comme en 2010. Tout du long, Cécile repère de superbes Nérinées: la galerie semble se déveloper dans un banc métrique présentant une très haute densité de ces magnifiques fossiles. Qui sont probablement aussi à l’origine du nom de la galerie: la combi souffre beaucoup de toutes ces aspérités bien dures qui s’opposent à la progression des spéléologues.
(par Jacques F)
Samedi 01.11.2014 - Stage Topo SSS T1, Jacques F et les autres participants au stage (8 photos)
Participation à tout le stage (samedi et dimanche). Formation de base, mesures "classique" boussole/clinomètre/chevillère, et "moderne" DistoX/PDA. L’exercice sur le terrain permettra à certains stagiaires de contribuer à la retopo des Grottes de Môtiers. Photos Patrick Deriaz (SCNV)
(par Jacques F)
Samedi 25.10.2014 - Gouffre des Rutelins, Jacques Farine, Jean-Claude Page et Béat (GSAC)
Sur invitation de Jean-Claude Page et Béat (GSAC), visite jusqu’au fond de cette impressionnante cavité découverte il y a peu. Première de 30m dans une faille transversale à la Salle du Rapace. Prise d’échantillons (sable et roche) pour analyse spectroscopique gamma. La remontée me prendra 1h1/2 car mon matériel est tout dérèglé et mon croll assez usé pour coincer la corde tout le temps. Aussi, l’étroiture du Père-Noël passe mieux sans les longes pédales ! Le sable s’avère contenir des grains noirs magnétiques, similaires à ceux découverts par Jean-Claude dans d’autres cavités de la région. L’analyse gamma révèlera une composition en U/Th similaire aux roches encaissantes, pour le sable non différencié.
(par Jacques F)
Samedi 04.10.2014 - Grottes de Môtiers, Jacques F
Visite du secteur du Triangle toujours à l’étiage, pour la topo. Chambre Maurice. Le niveau n’est pas super bas, quand même: les départs connus sont encore sous l’eau. Au retour, inspection des parois et plafonds à la Scurion en préparation de la topo .. c’est fou comme les trous rapetissent avec cette lampe. Par contre les ambiguïtés sont tout de suite levées. Faire ou ne pas faire, telle est la question à laquelle la Scurion permet de répondre tout de suite.
(par Jacques F)
Vendredi 03.10.2014 - Grottes de Môtiers, Jacques Farine, Astrid Gunt (SCNV), Etienne Fardel (SCNV)
Topo du secteur des Trois Lacs avec Astrid Gunt du SCNV, ainsi que du début de la Plaventrée. Cette galerie humide remontant sous le Labyrinthe n’est accessible depuis les Trois Lacs qu’en étiage extrême ou après vidange de la vasque qui la précède. Voilà plus de 25 ans que je n’y étais plus allé ! Après 4h de travail, sortie pour manger et nous réchauffer. Etienne Fardel (aussi SCNV) nous rejoint et nous continuons à trois la topo de la Plaventrée. Arrêt après 20 mètres et 3h1/2 sur équipe frigorifiée, au virage. C’est vraiment beaucoup, beaucoup moins grand que sâle. Il doit rester encore 20m. Possible jonction avec le Labyrinthe toujours pas résolue !
(par Jacques F)
Jeudi 02.10.2014 - Grottes de Môtiers, Jacques F
Pose d’un tuyau pour vidanger la grande vasque au bas du Gargel.
(par Jacques F)
Lundi 29.09.2014 - Grottes de Môtiers, Jacques F
C’est l’étiage ! Mesures des niveaux dans toute la cavité. Visite du secteur des Trois Lacs, rarement hors de l’eau, en prévision de la topo.
(par Jacques F)
Jeudi 31.07.2014 - Trübelstock (VS), Jacques F
Montée au sommet, dans les nuages. Pas loin en dessous: dalles lapiazées avec pertes absorbant l’eau de fonte des névés, et belle charnière de pli. L’incasion est très forte à cette altitude. Un grand lac occupe le fond de la Plaine Morte. La rupture de ce lac qques jous plus tard fera la une des nouvelles (en Suisse romande).
(par Jacques F)
Samedi 19.07.2014 - Simmental, Jacques F
Du samedi 19 au samedi 26.7.2014. Tentatives de visites du Lapiaz de Walop/BE avortées sur météo vraiment trop diluvienne. Observation des sources en bas du lapiaz pour compenser. Les pics de crues montent et descendent rapidement (qqes heures/moins d’un jour). Visite aux sources des Siebenbrünnen sous le Glacier de la Plaine Morte, superbes en crue. Montée au Stockhorn depuis la station intermédiaire: ça sent pas vraiment le trou dans ce coin.
(par Jacques F)
Mardi 24.06.2014 - La Golée (Auvernier), Pierre-Yves J, Alain J et plein d'autres spéléos du canton
A l'occasion des 50 ans du SCVN-D, il y avait une exposition de photos spéléos à la galerie de La Golée (Auvernier). Ceci a été un bon prétexte pour réunir plein de spéléos du canton et discuter de spéléo. C'était aussi un peu l'occasion pour dévoiler la découverte de la grotte des Rutelins et montrer l'avancement de la topo de cette prometteuse cavité.